Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Folles Propositions du PS - Les retraites

Publié le par ump62

Après ce premier débat de la primaire socialiste, le décalage entre la gravité de la crise que nous affrontons et le déphasage total des candidats PS saute plus que jamais aux yeux. Pendant 3 heures, les candidats socialistes ont préféré parler d'eux-mêmes plutôt que des Français.

Les seules propositions concrètes qui ont émergé du débat sont la sortie du nucléaire et la dépénalisation du cannabis. Cela suffira peut-être au PS pour nouer une alliance avec les Verts, mais ce n'est certainement pas suffisant pour tracer des perspectives d'avenir à notre pays, la France.
Face à la surenchère démagogique à laquelle se livrent les candidats socialistes, nous devons nous mobiliser derrière le Président de la République seul à même de protéger la France et les Français.

 

 

A. Flajolet "J'ai une confiance totale dans la disponibilité et la compétence des amis de G. Larcher unis au sein de l'équipe Unis pour le Pas de Calais !

Publié le par ump62

L’av enir d268001e notre pays se construit par des choix européens et internationaux, mais aussi  chaque  jour dans nos collectivités territoriales grâce aux élus locaux.

Depuis quatre ans le paysage a singulièrement évolué avec les réformes de la taxe professionnelle, des collectivités territoriales, des solidarités, autour de trois mots-clés :

AUTO NOMI E, RESPONSABILITE, SOLIDARITE.

A quelques jours d’un choix décisif, je souhaite rappeler quelques éléments qui ont jalonné notre quotidien d’élus :

1.      La majorité présidentielle, au cœur de la crise économique et financière a pris les mesures nécessaires pour garantir l’autonomie financière des collectivités territoriales puisque la crise de 2007-2008 fait que l’Etat perd 22% de ses recettes fiscales mais garantit le respect strict des principes de compensation et assure une majoration en 2010 de l’enveloppe de 1,2%

2.      La majorité présidentielle a organisé la réforme des collectivités territoriales en assurant l’exclusivité de la compétence générale aux communes, en incitant à la mutualisation rationnelle des services intercommunaux et en créant le conseiller territorial. Cette réforme, je l’ai soutenue parce qu’elle garantit l’autonomie financière des collectivités.

3.      La solidarité porte un nom, c’est la péréquation.

-  La DSR 2004 était de 420 millions, en 2011 elle est de 852 millions.

 - La DSU 2004 était de 609 millions, en 2011 elle est de 1,182 milliard

La péréquation des droits de mutation à titre onéreux a permis au département du Pas-de-Calais de toucher une somme de 9.086.674€ prélevée sur les finances des départements les plus riches.

En 2012, le fonds de péréquation pour les communes pauvres sera doté de 250 millions d’euros pour atteindre 1 milliard en 2015.

J’ajoute que les pôles d’excellence rurale (835 millions) et les zones de revitalisation rurale (511 millions en 2011) sont des outils nouveaux de solidarité, comme les efforts pour le haut débit ou les contrats de présence postale territoriale.

Demain, les élus locaux auront à choisir des SENATEURS chargés de les représenter, de poursuivre le chantier de la modernité des institutions mais aussi de garantir nos racines rurales ou urbaines, de soutenir les projets communaux et intercommunaux qui font la cohésion sociale et l’animation territoriale.

Annoncé comme candidat au Sénat afin de poursuivre ce travail de rénovation dans le respect des territoires et de leurs légitimes aspirations, j’ai considéré que ma mission de Commissaire chargé de la politique de l’eau et de la préparation du Forum Mondial de l’Eau à Marseille ne me permettait pas la disponibilité nécessaire.

J’ai une confiance totale dans la disponibilité et la compétence des amis de Gérard LARCHER unis au sein de l’équipe Unis pour le Pas de Calais pour faire un bon travail.

André  FLAJOLET  

                                                                                         Député Maire de Saint Venant


Jean-François Copé : "le 11 septembre n'a pas fait reculer nos valeurs !"

Publié le par ump62

 

4 ans d-action 440x480

 

Le 11 septembre 2001 a signé l’acte de naissance tragique du 21ème siècle. Avec la chute du mur de Berlin, le monde occidental s’était laissé bercer par l’illusion de la victoire définitive du libéralisme et de la démocratie. Certains théoriciens en venaient même à saluer l’avènement d’une « fin de l’Histoire ». Et le mythe s’est effondré violemment, sous nos yeux horrifiés, avec la chute des Twins Towers de New-York. Soudainement, les démocraties occidentales ont pris conscience que leurs valeurs n’étaient pas partagées par tous, que leur puissance était contestée, que l’Histoire n’est jamais terminée. Soudainement, nous avons redécouvert, -pour ceux qui l’avaient oublié !-, que les Etats-Unis et l’Europe appartiennent viscéralement à une même communauté de destin.

Comme les Français se sentaient Américains en 1781 à Yorktown, quand ils combattaient pour l’indépendance des Etats-Unis, comme les Américains se sentaient Français en 1944 à Omaha Beach, quand ils débarquaient en Normandie pour libérer la France, nous nous sentions tous Américains le 11 septembre 2001. N’oublions pas que, quelques jours après les attentats, Jacques Chirac a été le premier chef d’Etat étranger à venir sur le sol des Etats-Unis pour témoigner de la compassion de tous les Français.

Et, depuis 2001, nous avons agi main dans la main pour défendre nos valeurs. Sans tomber dans le piège tendu par Ben Laden du choc frontal des civilisations, nous avons sans relâche combattu le terrorisme notamment en Afghanistan, où, aujourd’hui encore, soldats Américains et Français tombent pour poser durablement les fondations de la démocratie sur les ruines de cet ancien sanctuaire du terrorisme international.

Ce combat commun n’est pas vain. Alors que certains en Europe s’interrogent parfois sur l’opportunité de nos engagements contre le terrorisme, ou en viennent même à douter de la justesse de la cause que nous défendons, la plus belle réponse nous est venue du monde arabe. 10 ans après le 11 septembre, les jeunesses arabes se sont soulevées en Tunisie, en Egypte, en Libye, au Yémen, en Syrie contre leurs dictateurs. Pas au nom du djihad islamiste. Pas au nom du rejet de l’occident. Mais au nom de nos valeurs : celles de la démocratie, de la justice, de la liberté, de l’égalité. Si ces révolutions aboutissent à l’établissement de démocraties, alors Ben Laden aura échoué.

Le 11 septembre n’a pas fait reculer nos valeurs. Plus que jamais, comme le montre le Printemps arabe, démocratie et liberté sont les aspirations profondes des peuples. Plus que jamais Etats-Unis et Europe incarnent ces idéaux. C’est en les assumant encore, que nos patries conserveront au 21ème siècle leur place si particulière dans le concert des nations.


Un seul objectif : la victoire en 2012 !

Publié le par ump62

Unie et rassemblée, la famille UMP a lancé à Marseille la campagne présidentielle 2012

 

10848-campus2011-05-440x380.jpg

 

 

Main dans la main, François Fillon et Jean-François Copé ont appelé les militants au devoir de vérité et de courage

Rassemblée et enthousiaste. La famille UMP dans toutes ses composantes, forces et sensibilités, venue de toutes les régions de métropole et d’Outre-mer, était à l’unisson dimanche matin autour de Jean-François Copé et de François Fillon pour lancer officiellement depuis Marseille, « cette ville où le PS ne sent pas la rose », la campagne présidentielle 2012 de l’UMP autour de son candidat naturel : Nicolas Sarkozy.

Et Nicolas Sarkozy, notre président de la République, était dans les cœurs, les esprits et les cris enthousiastes et porteurs des 6 000 militants présents à Marseille lors de cette troisième et dernière journée d’un Campus qui restera inscrit dans la vie de notre mouvement tant par son organisation que par la ferveur suscitée.

Aux premiers d’entre eux les 2000 Jeunes Populaires et Jeunes Actifs qui, par la voix de Benjamin Lancar et Franck Allisio, ont prêté le « serment de Marseille ».

« Nous sommes prêts à nous lever, à tout donner. A tout donner pour notre famille politique, à porter notre projet pour la France, pour et autour de Nicolas Sarkozy. La France mérite mieux qu’un président normal. Nicolas Sarkozy ne rêve pas, il agit, lui », lançaient-ils de concert.

Le pilote, nous l’avons !

Et l’action de Nicolas Sarkozy, si déterminante, si salvatrice pour l’avenir de la France, de l’Europe et de l’organisation policée de notre monde, chacun à leur tour Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale, Jean-Claude Gaudin, président du groupe UMP au Sénat, Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale et Gérard Larcher, président du Sénat, l’ont saluée.

Tout en insistant chacun et avec force sur la nécessité de l’unité de notre famille à l’approche d’une échéance si capitale. D’autant, souligne Christian Jacob, que « le pilote, nous l’avons : c’est Nicolas Sarkozy. Il est ce moteur indispensable pour la France, pour l’Europe. Il faudrait avoir des œillères pour pouvoir contester cela ».

« Fier » du travail accompli par la majorité depuis le début de ce quinquennat, « nous devons plus que jamais exprimer nos convictions », poursuit Christian Jacob fustigeant « l’immobilisme, la paralysie des neurones » d’un PS plus préoccupé de ses primaires que de l’avenir de la France.

Vérité et courage

A ce travail de la majorité, le sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, y a associé l’ « inoxydable » François Fillon. « Vous tenez le cap des réformes et du redressement de la France. Votre politique correspond à l’intérêt du pays. En cela vous faites honneur à tous ceux qui participent et soutiennent ce travail et à votre famille politique».

Ce « discours de vérité et de courage » du Premier ministre comme l’action de Nicolas Sarkozy « qui a su garder par gros temps le cap de l’avenir, qui a donné force, engagement et dignité à notre pays » sont autant d’éléments qui font entrevoir à Gérard Larcher la victoire en 2012. Une victoire qui ne peut avoir d’existence sans, selon lui, la force d’un troisième pilier : l’UMP. «
Sous l’impulsion de Jean-François Copé, l’UMP ouvre les débats que d’autres s’interdisent
, ouvre la voie à un air frais, offrant ainsi une vraie vision d’avenir s’appuyant sur un bilan ».

Marquant comme beaucoup d’autres son « bonheur » de partager un tel moment, Bernard Accoyer a été impressionné par l’affluence de ce campus (plus de 10 000 personnes sur les 3 jours). Pour lui, « si nous sommes si nombreux, c’est que rarement la France aura eu autant besoin de se rassembler pour défendre, face à la gauche, les valeurs qui nous sont chères : celles de la France de toujours ».

Une envie de vivre et de réussir ensemble

Et cette France, « c’est pour elle que nous sommes réunis, c’est pour elle que nous sommes engagés et c’est pour elle que, chaque jour, nous nous battons, tous unis avec Nicolas Sarkozy », reprend Jean-François Copé notant combien l’action du président de la République s’inscrivait dans le patriotisme du XXIème siècle, « fidèle à ses racines, ouverte sur les autres et le monde avec cette envie de vivre et de réussir ensemble ».

Invitant sans relâche notre formation politique à s’ouvrir au monde, Jean-François Copé a invité les participants de ce campus à prendre un peu de hauteur. Et de regarder notre pays, la France, sous un autre angle : 5ème force économique mondiale, pays où l’on vit le mieux au monde et pays qui ne représente que 0,5% de la superficie mondiale et à peine 1% de la population dans ce « nouveau monde qui est en train de naître ».

Les récentes crises (financière, économique, sociale, environnementale, géopolitique) sont autant de mutations profondes qui rebattent les cartes entre les peuples, les nations et les continents.

Autant de situations qui nous obligent à « être lucides sur la gravité des enjeux », autant de situations qui « nous engagent à la vérité et au courage », souligne Jean-François Copé pour qui « le devoir de courage c’est d’abord de prendre les décisions nécessaires pour réduire rapidement les déficits. Dans le contexte mondial tourmenté que nous connaissons, ce qui compte c’est la solidité et la réactivité des dirigeants ». Ni Martine Aubry, ni François Hollande n’ont ces aptitudes. Leur refus de voter la règle d’or prouve que l’intérêt supérieur de la France et des Français n’est pas dans leur programme. Et que décidemment, rétrogrades et passéistes, il ne peuvent s’inscrire dans le nouveau monde qui se créé.

 

10848-campus2011-04-440x380.jpg

 

3 priorités pour préparer l’avenir

« Ce nouveau monde, ce n’est pas la fin de la France, c’est une nouvelle espérance », estime Jean-François Copé qui fixe dans ce nouveau contexte 3 priorités pour préparer l’avenir :

  • changer notre modèle de croissance en dépensant moins et créant plus, en remplaçant la dette par le travail et l’innovation, en allant chercher la croissance au-delà de nos frontières. Simplifier notre rapport au travail, alléger le coût du travail (par notamment la TVA anti-délocalisation), transformer notre tissu industriel en misant sur la croissance de nos entreprises intermédiaires… sont autant de pistes évoquées par notre secrétaire général, fruits notamment de nos conventions
  • l’éducation « parce qu’il n’y a pas de grande nation soudée et puissante sans un effort éducatif ambitieux : autonomie des équipes éducatives, développement des classes métiers-études, validation des savoirs fondamentaux à l’entrée du collège…
  • renforcer notre pacte républicain. « Soyons fermes sur nos valeurs et sur le respect d’un principe simple : l’équilibre des droits et des devoirs. Sans cet équilibre notre communauté nationale se déchire et les égoïsmes prennent le pas sur le bien commun», souligne Jean-François Copé.

3 priorités pour un objectif : mener à la victoire. Avec un engagement de tous fondé sur le cœur et la générosité, « ce mot que l’on n’ose plus prononce alors qu’il est le plus beau de tous ».

Lucide sur les enjeux

Aux jeunes militants de l’UMP, François Fillon, à l’instar de Jean-François Copé, a conseillé d’être lucides sur les défis et contraintes qui pèsent sur notre avenir. « Avoir 20 ans, note-t-il, ce n’est pas nécessairement courir derrière des illusions et ce n’est pas exiger de la société plus qu’elle ne peut vous donner. Exigez la vérité plutôt que les mirages, choisissez l’action plutôt que la commisération », lance-t-il, s’étonnant de certaines mesures préconisées par le PS : « quelles valeurs servent-elles ? Est-ce celles de l’audace ? Est-ce celles du mérite ? Est-ce véritablement celles de la solidarité ? Où est-ce l’annonce mensongère d’une existence sans défis ? »

Cette vérité et ce courage, François Fillon l’exige également sur le débat de la dette (règle d’or) auquel le PS préfère la fuite et la déresponsabilisation. « Tout parti et tout programme ignorant les contraintes financières devra être considéré comme inconséquent », prévient-il.

Unité, condition de notre réussite collective

Dans la campagne présidentielle ouverte par l’UMP ce week-end au Campus de Marseille, François Fillon a assuré qu’il y prendrait « toute sa part » et a demandé à tous les membres de notre famille politique d’adhérer aux trois engagements du pacte de Marseille : rester unis autour du président de la République « car l’unité est la condition de notre réussite collective ; porter haut nos valeurs et défendre notre action face au front conservateur qui va aujourd’hui de l’extrême droite à l’extrême gauche ; continuer à bâtir notre projet « parce qu’il n’y a pas de victoire électorale sans domination intellectuelle ».

C’est toute la philosophie de la démarche de l’UMP initiée par Jean-François Copé qui organise, semaines après semaines, des conventions thématiques dans le cadre du Projet 2012 de l’UMP pour apporter des réponses concrètes aux questions des Français et servir notre idéal commun : la République.

 


10848-campus2011-03-440x380.jpg

 

Retrouvez toutes les informations, déclarations, photos et vidéos du campus en cliquant sur l'image ci-dessous :

 

bandeau_campus_940x211.gif

 

Election sénatoriale : une équipe en campagne (complété)

Publié le par ump62

 

La meilleure façon de rencontrer les élus locaux, c'est d'aller à leur rencontre... Une évidence sans aucun doute ; néanmoins, seule la liste Majorité sénatoriale conduite par Jean-Marie Vanleremberghes tient une réunion dans chacune des intercommunalités du Pas de Calais.

 

Un "marathon" fait de 36 réunions qui n'étonnera pas les élus locaux puisque Jean-Marie Valeremberghes a, tout au long de son mandat de sénateur, veillé à rendre compte de ses travaux en organisant chaque année une réunion de proximité dans chacun des arrondissements.

 

Quant à Françoise Henneron, elle s'est inscrite dans une relation de proximité avec les élus locaux avec un soucis permanent de les rencontrer, de les écouter... et de les aider !

 

Pour illustrer ces réunions organisées dans les Communautés urbaine, communautés d'agglomération et communautés de communes, du Pas de Calais, voici quelques photos prises... sur le vif !

 

 

A Berles au Bois...

 

P1010482.JPG

 P1010484.JPG

 

A Barly...

 

P1010470.JPG

P1010471-copie-1.JPGP1010476.JPG

P1010478.JPG

 

A Wirvignes...

 

P1010400.JPG

P1010402.JPG

 

A Coyecques :

 

P1010395

 

 

La cité phocéenne accueille du 2 au 4 septembre le campus de notre famille politique

Publié le par ump62

Le campus de l' UMP,  qui se déroule à marseille du 2 au 4 septembre, donne le signal de la mobilisation de notre famille politique en vue des élections !

C'est l’occasion pour tous les jeunes militants et, bien au-delà, de tous les membres de notre famille politique de se rassembler et de mettre à profit ce moment d’unité pour échanger, proposer et poursuivre les débats lancés par Jean-François Copé depuis son élection à la tête de notre mouvement en novembre dernier.

Lors de sa première intervention lors du Bureau politique qui l’avait élu au poste de secrétaire général, Jean-François Copé s’était engagé à lancer la levée en masse pour 2012. En dix mois bien du chemin a été parcouru et aujourd’hui cet engagement se transforme en succès. En renouant avec la liberté de parole, en ouvrant grandes ses portes et ses fenêtres, l’UMP est la seule formation politique qui débat sans tabou sur tous les sujets qui préoccupent les Françaises et les Français au quotidien.

A l’origine de tous les débats de société, l’UMP, sous la houlette de Jean-François Copé et avec le concours des think-tanks, parlementaires, fédérations, a engagé également une profonde rénovation de la gouvernance avec une transformation du Bureau politique devenue désormais l’instance de décision. Dans le même esprit le Conseil national, hier simple chambre d’enregistrement, est maintenant le Parlement du parti où chaque conseiller national peut interpeller sous le mode de fonctionnement de l’Assemblée nationale tant le secrétaire général que les responsables de notre formation.

Près de 6 000 personnes sont attendues dès le vendredi 2 septembre dans la cité phocéenne. « Ce campus répond à 3 objectifs », résume Jean-François Copé. « Rendez-vous majeur pour nous, il se déroulera tout d’abord dans un esprit de rassemblement de la famille UMP avec toutes ses composantes et ses sensibilités. Il sera en contrepoint de ce qui s’est passé à La Rochelle où le PS, totalement déchiré, est miné par ses querelles de personnes avant la primaire. Lorsque l’on fait le compte des phrases assassines, il ya de quoi faire un joli lexique que nous ne manquerons pas de présenter », note Jean-François Copé.

Le deuxième objectif de ce campus est dans la droite ligne de notre action engagée depuis fin 2010 dans le cadre du projet 2012 de l’UMP pour la Présidentielle. « Nous privilégierons le débat de fond avec notamment de grandes tables rondes sur des thématiques de cet été comme la crise financière, les droits de l’Homme et la démocratie, sur les espérance s de la jeunesse ». Des jeunes venus de Tunisie, de Libye, de Syrie, d’Egypte, de Côte d’Ivoire apporteront leurs témoignages.

Ce campus 2011 « donnera également le coup d’envoi de la Présidentielle pour notre parti qui va s’engager dans une dynamique très forte. Nous sommes extrêmement mobilisés », souligne Jean-François Copé notant que lors de ce campus se tiendra également un Conseil national qui débattra sur le bilan du quinquennat, sur le rapport d’étape du projet 2012 présenté par Bruno Le Maire, délégué général en charge du projet, ainsi que sur les résultats d’une consultation auprès de nos militants et adhérents .

 

semaine_actu_01_texte_400x68.jpg

 

Claude Greff, Secrétaire d'Etat à la famille, en visite au Touquet

Publié le par ump62

Claude Greff, Secrétaire d'Etat à la famille, était en visite au Touquet le 30 août dernier, dans le cadre de sa tournée de France des villes porteuses du label "Famille Plus", qu'elle souhaite développer.

La Secrétaire d'État à la Famille a tenu un discours à l'office de tourisme du Touquet avant de visiter un club de plage et un gîte de la station, l’un et l’autre titulaire du label «Famille Plus», qu'affichent 103 stations en France, côtières ou non.

«Quand on arrive quelque part, on a envie de trouver un service, un accueil et une prise en cause globale de la famille. » et c’est là toute l’ambition du label créé par des associations d'élus au sein des établissements hôteliers et de loisirs.

Dans la future convention qui liera l'État et la CAF, pour la période 2013-2016, la Secrétaire d'État prône un usage plus large de ce label et des aides aux vacances en famille.

 

MG 1384