Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au nom de la Nation toute entière, Nicolas Sarkozy a rendu un hommage national aux soldats français morts en Afghanistan

Publié le par ump62

En présence de nombreux membres du Gouvernement, de dignitaires et représentants de l’Etat français, le président de la République, Nicolas Sarkozy, a rendu mardi matin, dans la cour d’honneur des Invalides, un hommage national aux 7 soldats français tués la semaine dernière en Afghanistan dont cinq victimes le 13 juillet d’un attentat suicide dans la vallée de Tagab en Kapisa (nord-est de Kaboul).

Au nom de la Nation tout entière et « avec la reconnaissance et le respect dus à ceux qui ont fait le sacrifice de leur vie pour leur pays », Nicolas Sarkozy s’est incliné devant les 7 cercueils recouverts chacun d’un drapeau tricolore sur lesquels il a accroché la légion d’Honneur.

« Vous n’êtes pas morts pour rien car vous vous êtes sacrifiés pour une grande cause. Vous avez défendu les plus belles valeurs de notre pays », a confié Nicolas Sarkozy notant que ces soldats avaient « combattu dans une guerre juste, engagée contre une tyrannie qui emprisonnait tout un peuple, qui opprimait les femmes, qui maintenait les enfants dans l’ignorance et qui avait transformé tout un pays en base arrière du terrorisme et de l’obscurantisme. Vous n’êtes pas morts pour rien, vous êtes morts pour la grande cause des peuples libres qui ont payé leur liberté avec le sang de leurs soldats ».

Assurant aux familles de ces soldats que « leur douleur touchait le cœur de tous les Français », le président de la République en a profité pour rendre un hommage appuyé à l’armée française « qui n’est pas seulement un instrument parmi d’autres d’une politique mais l’expression la plus achevée de la continuité de la Nation française dans l’histoire. L’armée française c’est l’affirmation par le peuple français de sa volonté de demeurer libre et de ne jamais devenir l’esclave de quiconque … Si la France, a-t-il poursuivi, a passé avec la liberté du monde un pacte multiséculaire, elle le doit d’abord à son armée qui n’est pas séparée du reste de la nation française car l’armée française fait corps avec la nation française ».

Comme l’ensemble des Française, l’UMP s’associe à l’hommage national rendu aux soldats tombés en Afghanistan et qui, également sur tous les autres théâtres d’opération dans le monde, en servant et défendant la France et ses idéaux, participent à sa sécurité, à la protection des peuples menacés par leurs propres dirigeants lorsqu’ils demandent la liberté et la justice.

L’UMP se retrouve dans les propos du président de la République pour qui « l’armée française est l’expression de la détermination constamment renouvelée de la France à défendre l’idée qu’elle se fait d’elle même, de sa vocation dans le monde et d’une certaine idée de l’homme profondément ancrée en elle ».

La Majorité présidentielle en ordre de marche pour les élections sénatoriales

Publié le par ump62

Dans le cadre d’un accord national pour les élections sénatoriales du 25 septembre prochain, la liste de la majorité sénatoriale dans le département du Pas-de-Calais sera conduite par Jean-Marie VANLERENBERGHE, Sénateur-Maire d’Arras, suivi de Natacha BOUCHART, Maire de Calais, Conseillère Régionale, Jean-François RAPIN, Maire de Merlimont, Conseiller Régional, Françoise HENNERON, Sénatrice, conseillère municipale de Roquetoire, et Michel PETIT, Maire de Berles-au-Bois, Conseiller Général.

Cette liste, forte de l’expérience des élus locaux qui la composent et du soutien de leurs nombreux collègues a été constituée pour porter au Sénat la voix de tous les territoires du Pas-de-Calais dans leur diversité, rurale, urbaine et littorale.

Elle sera complétée prochainement dans un esprit d’union républicaine et démocrate, sans sectarisme, en respectant la diversité des opinions à l’image de nos conseils municipaux. Elle sera présentée au retour des congés estivaux à la mi-août.

Pour représenter l'arrondissement de Montreuil, Jean-François Rapin s'est imposé au regard de son expérience d'élu local et de ses responsabilités dans les structures où il représente les maires et collectivités territoriales (Comité des finances locales, bureau de l'Association des maires du Pas-de-Calais, bureau de l'Association nationale des élus du littoral…).

Sa candidature a été soutenue par Daniel Fasquelle, Député de la 4ème circonscription et président de la Fédération UMP du Pas-de-Calais qui souhaitait que le Montreuillois, qui a connu plusieurs sénateurs, figure en bonne position sur la liste de la Majorité.

Lancement de la caravane d'été au Touquet le 16 juillet

Publié le par ump62

 

Samedi, les jeunes de l'UMP62 s'étaient donnés rendez-vous au Touquet pour la première étape de la Caravane d'été.

 

Pour l'occasion, les "jeunes populaires" ont reçu la visite de Xavier Bertrand, Ministre du Travail, de l'emploi et de la santé, ancien Secrétaire général de l'UMP.

 

Après cette rencontre aves les jeunes de l'UMP62, le Ministre a effectué une visite au Centre Hospitalier de l'Arrondissement de Montreuil (CHAM).

 

Dimanche, la caravane d'été a poursuivi sa tournée des plages à Berck sur Mer...


IMG_1123.JPG

Xavier Bertrand au Touquet le 16 juillet 2011

Publié le par ump62

 

Chers Amis,

 

A l’occasion du passage de la caravane d’été des jeunes de l’UMP ce samedi 16 juillet au Touquet-Paris-Plage, nous aurons le plaisir de recevoir Xavier BERTRAND, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé.

 

Je tenais donc à vous convier à le rencontrer vers 16h00 (Parking Saint-Jean, face à l’Office de Tourisme).

 

Je vous invite également, pour ceux qui souhaitent dialoguer plus longuement avec le Ministre et boire le verre de l’amitié, à nous rejoindre vers 19h00 à la salle de réception Le Boël, chez Monsieur Sébastien LECAT, cuisinier traiteur au 14, rue de l’Ancienne Mare – Lieu dit LE BAHOT à VERTON (62180).

 

En espérant vivement vous rencontrer à cette occasion,

 

Bien amicalement

 

Daniel FASQUELLE

Député du Pas-de-Calais

Président Départemental UMP du Pas-de-Calais

Les défis de l'immigration...

Publié le par ump62

Chère Amie, Cher Ami,

Loin de l'angélisme du PS qui propose à nouveau des régularisations massives et le droit de vote aux étrangers, loin du discours de rejet et de repli tenu par l'extrême-droite, notre Majorité tient depuis 2007 un discours cohérent et responsable sur l'immigration.

Nous devons faire divorcer immigration et idéologie car c'est un sujet essentiel pour les Français qui attendent des réponses concrètes à leurs inquiétudes.

Nous avons déjà mené de nombreuses réformes et, sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy, nous avons déjà obtenu des résultats très importants : plus de 110 000 personnes ont été reconduites dans leur pays, 100 000 personnes qui tentaient d'entrer sur notre territoire ont été refoulées et de nombreux dispositifs sont venus lutter contre l'immigration illégale ou renforcer les conditions d'intégration.

Mais les problématiques liées à l'immigration évoluent sans cesse : ainsi doit-il en être de notre politique ! Conscients de la nécessité de l'adapter aux capacités d'accueil de la France, il nous a semblé nécessaire de débattre des nouveaux enjeux de l'immigration lors d'une Convention nationale le 7 juillet dernier.

Pour mieux maîtriser notre politique d'immigration, nous proposons notamment de :

Réaffirmer l'équilibre entre droits et devoirs : les prestations sociales seront conditionnées au respect des obligations scolaires et du contrat d'intégration.

Une fermeté assumée contre l'immigration illégale. Nous proposons de conditionner systématiquement l'obtention de titres de séjour à une entrée régulière sur le territoire et de mettre en place un système de « caution retour » pour les dossiers à risques.

Responsabiliser tous les acteurs. Un poste de Commissaire européen en charge de l'immigration serait créé pour suivre en permanence l'application des accords de Schengen et contrôler que tous les Etats membres respectent scrupuleusement les règles communes. Les partenaires sociaux ou les partis politiques en France devraient faire connaître clairement leurs positions sur leurs choix en matière de politique migratoire.

 

Jean-François Copé

Secrétaire général de l'UMP

Repas champêtre autour de Daniel Fasquelle le 16 juillet

Publié le par ump62

-10 juillet 2011 :

 

Message de Daniel Fasquelle : "Merci à tous pour l'excellente soirée que nous avons passé tous ensemble, hier, à la salle du Bahot. Merci à tous mes amis de la 4ème circonscription, ceux des cantons de Fruges et Hucqueliers qui nous ont rejoints mais aussi à tous ceux qui avaient fait le déplacement du bassin minier pour partager ce moment de convivialité. Merci aux organisateurs de la soirée et au traiteur M. Lecat. Enfin, un grand merci à Xavier Bertrand qui nous a fait l'honneur de nous rejoindre après sa visite du CHAM et avec qui nous avons pu échanger sur des sujets qui vous tiennent à coeur !".

 

IMG_1132.JPG

 

IMG_1134.JPG

 

IMG_1126.JPG

 

-05 juillet 2011 :

 

Comme il le fait chaque année, Daniel Fasquelle propose à ses amis et militants de se retrouver autour d'un repas champêtre pour partager un moment d'amitié et de convivialité.

Cette année, c'est à la date du 16 juillet que le député de la 4ème circonscription, Président de la Fédération UMP du Pas de Calais, a souhaité organiser cette soirée.

Si vous êtes intéressés, vous pouvez vous rapprocher du Cabinet parlementaire de Daniel Fasquelle : 03 21 89 68 03.

Participation au repas : 27 € par personne.

Lieu :

Salle de réception Le Boël

chez Sébastien Lecat, cuisinier-traiteur

14 rue de l'Ancienne Mare

Leiu dit Le Bahot

62180 VERTON

Hervé Gaymard rencontre des agriculteurs du Montreuillois.

Publié le par ump62

IMG_0922.JPG

 

Réunion très constructive ce lundi soir, à la salle des fêtes de Campigneulles-les-Petites, avec les agriculteurs du Montreuillois : sur l'invitation de Daniel Fasquelle, Hervé Gaymard, député en Savoie et président du Conseil Général de la Savoie, qui prépare actuellement un rapport sur la PAC 2013 avec notre député, est venu à la rencontre des exploitants agricoles pour échanger sur les termes de la future politique agricole commune.

Pour l'ancien ministre de l'agriculture, de la pêche, de l'alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales (de mai 2002 à novembre 2004), l'agriculture est sans nul doute "le plus vieux métier du monde" car il faut depuis toujours "nourrir les hommes". C'est un métier noble, une vocation formidable et un métier d'avenir!".

Avec Daniel Fasquelle, il entend bien remettre d'ici l'été un rapport très complet sur les attentes des agriculteurs, tant l'enjeu de la PAC 2013 est crucial pour l'avenir de la profession.

La réunion de ce lundi soir devait permettre de prendre le "pouls" des agriculteurs du Montreuillois afin que ce rapport reflète le plus possible la réalité du terrain et les attentes de chacun. Après avoir évoqué les trois composantes essentielles de la PAC 2013, à savoir le budget, les aides, et l'assurance du risque économique, Hervé Gaymard a prêté une oreille attentive aux remarques de la salle ; plusieurs participants faisant remarquer les difficultés qu'ils rencontrent, qu'ils soient producteur de pommes de terre, de lait, de betteraves (par rapport au prix du sucre)...

Une profession bien décidée à se faire entendre et que Daniel Fasquelle et Hervé Gaymard ont promis de soutenir dans le rapport qu'ils préparent actuellement conjointement.

 

IMG_0916.JPG

 

Source : blog de Daniel Fasquelle

Primaire socialiste : non au fichage politique !

Publié le par ump62

 

fichage PS afiche 1

 

Il ne s’agit pas de s’opposer au principe des primaires mais d’obtenir des garanties sur leur organisation et sur le respect des libertés individuelles. Aujourd’hui, le flou juridique le plus total entoure les primaires, c’est pour cela que l’UMP tire la sonnette d’alarme et réclame une grande opération vérité.

 
1/ Avec ses primaires, le PS va pouvoir établir une liste nominative des opinions politiques des Français !


Le PS va se servir des listes électorales pour constituer un fichier des votants aux primaires, et donc en négatif un fichier de ceux qui n’y auront pas voté, qui seront supposés être des « opposants politiques ».
Cette gigantesque opération de fichage des opinions politiques est une vraie menace pour les libertés individuelles :


- Ficher les opinions politiques des citoyens, c’est contraire à nos principes républicains et démocratiques :
- L’article 10 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 dispose que « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi ».
- L’article 3 de la Constitution de 1958 stipule : « Le suffrage peut être direct ou indirect dans les conditions prévues par la Constitution. Il est toujours universel, égal et secret ».
- Ficher les opinions politiques c’est dangereux au quotidien pour les citoyens : les primaires peuvent en effet servir d’instrument de discrimination ou de clientélisme en fonction de l’orientation politique des citoyens. Dans les villes socialistes, le maire saura qui a des sympathies pour le PS et qui n’en a pas ! Qu'en sera-t-il alors de l'avancement du fonctionnaire qui n'aura pas été voter ? de la subvention du président de club qui n'aura pas été voter? de la maman qui demande une place de crèche ou des personnes qui demandent un emploi ou un logement ? A l’inverse, les agents ou les citoyens peuvent participer à la primaire dans le seul but d’obtenir une faveur d’un maire socialiste. Dans les deux cas, la liberté d’opinion n’est plus protégée, et des pressions peuvent être exercées pour aller voter.

Les arguments du PS pour rassurer les Français ne tiennent pas :
- Rien n’est plus faux que de dire que les primaires du PS sont une élection comme les autres ! Les primaires du PS ne sont pas pluralistes et n’assurent pas la confidentialité du vote. Dans un scrutin normal, le secret du vote est préservé car rien ne permet de dire si la personne a voté à gauche ou à droite. Là, on saura que tous les votants sont de gauche : il n’y a que des candidats socialistes !
- Aucune garantie sérieuse n’est apportée sur la destruction immédiate des listes des votants et par différence des non-votants ! Et les « pratiques des élus socialistes » nous ont vaccinés contre tout angélisme.
Rappelons-nous les propos des socialistes sur les pratiques « démocratiques » dans leur parti après le congrès de Reims :
- S. Royal avait dénoncé « des méthodes qui portent atteinte au code de l'honneur, les méthodes de l'appareil du parti sont totalement insupportables » ;
- M. Valls : « c'est dans les urnes, et de quelle manière, qu'on essaie de voler la victoire »
- M. Boutih, membre du bureau national du PS, il est « évident qu'une opération de bourrage d'urnes » a eu lieu, « la triche est une pratique banalisée au sein du PS, c'est le coeur même du système ».


Rappelons-nous aussi du fichage organisé par Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, de tous ceux qu’il suspectait d’être des « opposants notoires ». En matière de fichage politique des opposants, le PS n’en est pas à son coup d’essai ! (Article paru dans Libération du 27/11/2007 « A Nantes, Ayrault fiche ses opposants maladroitement » : Le député et maire de Nantes (Loire-Atlantique) plaide l'«erreur». Jean-Marc Ayrault s'explique sur l'envoi aux militants socialistes de la ville d'une fiche méthodologique destinée à lister, dans les quartiers, «la présence de relais connus ou d'opposants notoires à la municipalité».).
Dans ce cadre, comment se fier à la parole des dirigeants du PS comme garantie de la non constitution de fichiers politiques ?

 

2/ Le PS trompe les Français en parlant d’une primaire « ouverte », mais pour voter
il faudra payer un euro qui vaudra adhésion au PS !


- Nous demandons donc au PS de jouer carte sur table et de dire la vérité aux Français : en payant 1 euro symbolique et en signant une charte des valeurs de la gauche avant de voter, les potentiels électeurs aux primaires doivent savoir qu’ils deviennent adhérents au PS et qu’ils ne participent donc pas à une primaire ouverte mais à un vote interne.
- Et si le PS explique que les votants ne sont pas des adhérents, alors les primaires sont un vote ouvert destiné à mobiliser les électeurs au-delà du simple contingent des militants du PS. Cela a deux implications :
- le coût des primaires est une dépense électorale et doit être intégré dans le compte de campagne du candidat socialiste, ce que le PS ne prévoit pourtant pas.
- toute mise à disposition gratuite de personnel ou de matériel –urnes, isoloirs etc.- est illégale. Les maires qui accorderaient gratuitement du matériel électoral au PS pourraient être punis de 3 750 € d’amende et d'un emprisonnement d'un an.
L’UMP demande que soit levée toute ambiguïté sur le caractère de la primaire :

-vote interne ou vote ouvert

-ce dont dépend l’obligation ou non des participants d’adhérer au PS

-la légalité de l’aide à l’organisation des primaires par les mairies et l’équité financière entre les comptes de campagne des futurs candidats à l’élection présidentielle.

 
3/ Les primaires du PS sont en contradiction avec les grands principes revendiqués
par la gauche :


- Dans un communiqué de Presse du 19 octobre 2009, le PS déclarait : « La possibilité de fichage des opinions politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales et le fichage d’origine géographique, laissent la voie ouverte à des dérives » ! Mais quand cela sert ses intérêts électoraux, le PS n’hésite pas à organiser une gigantesque opération de fichage des opinions politiques des Français !
- Avec ses primaires, le PS réhabilite le suffrage censitaire en instaurant un ticket d’entrée de minimum 1 euro pour voter. Et Régis Juanico, trésorier du PS, d’assumer dans le JDD du 19 juin : «L'idée, c'est […] d'être bénéficiaire pour dégager de l'argent pour 2012 » ! Pour le PS, les votants aux primaires, ce sont avant tout des vaches à lait…
Certains au PS s’interrogent d’ailleurs ouvertement sur cette situation. Ainsi, Ségolène Royal (« en aparté » dans France Soir du 21 juin) : « les gens que je croise sont choqués que le vote ne soit pas gratuit. D'autant qu'on ne leur rendra pas la monnaie... »-  Le PS a prévu environ 10 000 bureaux de vote, essentiellement dans les grandes villes quand la France compte 36 000 communes. Le PS envoie un message clair aux Français : vote en priorité réservé aux bobos ; ruraux, passez votre tour ! Ségolène Royal s’en inquiétait dans les Inrockuptibles du 18 mai : «Avec la hausse du prix de l'essence, si les bureaux de vote sont trop éloignés, s'il n'y en a pas suffisamment, il y a aura une barrière financière et des gens ne pourront pas participer à la primaire. »


4/ Enfin, le Parti Communiste partage les mêmes inquiétudes que la majorité au
sujet des primaires socialistes.


- Le 19 mai dernier, l’Association nationale des élus communistes et républicains (Anecr) a adressé une circulaire à ses adhérents, soit 800 maires et des milliers de conseillers municipaux du PC, dans laquelle elle demande de ne pas favoriser l’organisation des primaires socialistes pour la présidentielle de 2012.
- « Je ne t’apprendrai pas que nous considérons cette initiative avec une grande réticence, car tournant le dos à des valeurs fondamentales qui sont notre bien commun », écrit Dominique Adenot, le président de l’Anecr, maire de Champigny-sur – Marne, ancien fief de Georges Marchais. « Cette élection primaire n’a aucun cadre républicain ». «Rien n’oblige par exemple à prêter des salles habituellement dévolues aux élections officielles». « Si des frais sont engagés, il est souhaitable de facturer la même chose qu’à toute association ou parti (fleurs, ménage…) ».

 


Les services à la personne sont un élément clé pour préserver la ruralité

Publié le par ump62

Objectif : Orépondre aux attentes des 20 millions de ruraux en matière de qualité de vie, d’enseignement, d’attractivité, d’innovation, de développement économique…

« La ruralité, ce n’est pas une carte postale jaunie que l’on regarde avec nostalgie mais une réalité vécue au quotidien par 20 millions de Français ». Cette réalité là, l’UMP a souhaité la mettre en avant mardi lors d’une nouvelle convention à l’Assemblée nationale placée sur le thème « La Ruralité, un atout pour la France ».

Une convention prospective destinée à produire des propositions venant enrichir le programme présidentiel 2012 que l’UMP remettra à la fin de l’année à son candidat.

Pour Jean-François Copé, qui animait cette convention avec Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale ainsi que les députés Pascale Gruny (Aisne) et Yannick Favennec (Mayenne), membres du groupe de travail parlementaire sur le développement des territoires ruraux, l’objectif est clair : « notre majorité a fait un travail considérable pour rendre attractifs les territoires ruraux. Nous avons posé les bases de réformes structurelles importantes. Mais cet effort doit être prolongé, amplifié lors du prochain quinquennat par des décisions stratégiques sinon la France rurale sera en très grande difficulté ».

Depuis 2007 les réalisations et initiatives de la majorité sont nombreuses, de la résorption de la fracture numérique à l’accès aux soins, du soutien à la rénovation des logements au développement économique, à l’emploi, du soutien financier aux maisons de santé pluridisciplinaires… Sans oublier ce qui n’avait jamais été mis en place auparavant : l’amorce d’une péréquation entre les territoires ruraux, « meilleure des garanties pour assurer la cohésion nationale », note Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture et délégué général UMP au projet.

« En choisissant de venir vivre en zone rurale, les Français recherchent une qualité de vie, des équilibres. Et tout notre travail, note Pascale Gruny, est d’imaginer, d’impulser avec les acteurs locaux de nouvelles politiques publiques pour adapter la ruralité aux attentes et demandes des Français en matière de services à la personne, de santé, d’enseignement, de transports ».

Pour y parvenir Christian Jacob, par ailleurs député-maire de Provins (Seine-et-Marne) plaide pour une approche beaucoup plus pragmatique qu’actuellement, se basant sur une différenciation des territoires, ce qui tranche avec la posture socialiste accrochée aux moratoires figeant ainsi les situations ce, en décalage complet avec les réalités.

Une approche pragmatique c’est par exemple de mutualiser les services publics plutôt que de laisser ouverte une agence postale qui n’accueille que 3 ou 4 personnes dans une semaine. Réorganiser le service public en fonction des réalités ce n’est pas l’abandonner.

Une approche pragmatique c’est par exemple avoir un regard prospectif avant la fermeture d’une classe ou d’une école qui peut être vécue dans une commune comme un séisme, surtout si l’on s’aperçoit que dans les 3-5 ans à venir les effectifs seront à la hausse.

Une approche pragmatique ce peut être inciter l’Etat à décentraliser des enseignements supérieurs en zone rurale. « Plutôt que de faire déplacer des élèves, cela serait plus pertinent que cela soit les enseignants qui le fassent», relève Christian Jacob qui plaide pour la mise en place de formations spécifiques liées aux économies du territoire concerné. Ce d’autant que la vraie coupure constatée entre zones rurales et zones urbaines se fait au moment où les jeunes doivent entrer à l' université. L’éloignement, le coût des transports, des logements sont rédhibitoires pour de nombreuses familles.

Une approche pragmatique ce peut être la mise en place d’une défiscalisation pour permettre la reconquête immobilière (rénovation) des centres-bourgs, une proposition de l'UMP soutenue par Benoist Apparu, secrétaire d'Etat au Logement.

Une approche pragmatique c’est également un regard différencié sur l’offre de soins, première des préoccupations des familles vivant en zones rurales. Si l’intensification de la création des maisons de santé est une priorité, l’UMP avance une proposition novatrice : la mise en place d’un numerus clausus régionalisé, ce pour lier les étudiants à leur territoire.

« L’installation en milieu rural ne nous fait pas peur mais le problème est que nous ne connaissons pas cette réalité dans notre formation », confie Sébastien Mabon, représentant les internes en médecine générale. Ce qui pousse notre formation politique à proposer qu’un stage en zone rurale soit systématiquement prévu dans le cursus des étudiants en médecine.

« Les services à la personne sont un élément clé pour préserver la ruralité », résume Jean-François Copé qui n’en oublie pas pour autant une composante majeure des 20 millions de ruraux, à savoir les 500 000 agriculteurs, acteurs primordiaux de la ruralité mais également d’une réalité stratégique : notre indépendance alimentaire.

L’agriculture fera l’objet d’une convention spécifique en septembre prochain et montre combien l’UMP, dans sa démarche prospective et responsable, semaine après semaine, met sur la table, thème après thème, toutes les questions que peuvent se poser les Français.

Une démarche qui tranche radicalement avec celle de nos adversairesLe PS, prisonnier de ses alliances avec les Verts, reste figé sur le bouclier rural, synonyme de mise aux normes drastiques et étouffement de la profession agricole.
Le FN préconise la fermeture des frontières alors que les agriculteurs tirent une partie de leurs revenus dans l’exportation !

En proposant chaque semaine de nouvelles idées, des suggestions destinées à enrichir le programme de notre candidat à la Présidentielle, notre seul objectif à l’UMP est de construire une France adaptée aux réalités, préparée pour affronter les défis de son époque et qui n’en oublie pas pour autant la cohésion de tous les Français autour d’une République qui agit et qui protège.

 

 

 

Défendons nos valeurs !

Publié le par ump62

Chère Amie, Cher Ami,

Permettez-moi, pour changer, de commencer avec une citation de Jean Jaurès : « Le premier des droits de l’homme, c’est la liberté individuelle ». Et vous le savez, à l’UMP, nous sommes de fervents défenseurs de cette valeur première et universelle : la liberté.

Et que fait le parti socialiste avec l’organisation de ses primaires ? Il porte atteinte aux libertés individuelles, à votre liberté !

Pour illustrer mon propos, je vais vous raconter une anecdote révélatrice des problèmes soulevés par l’organisation de ces primaires.

J’ai reçu il y a peu de temps, un agent municipal travaillant dans une ville administrée par un maire de gauche. Il s’inquiétait, à juste titre, des conséquences des primaires socialistes sur sa carrière : n’étant ni de droite, ni de gauche, il ne comptait pas y participer. Mais puisque les votants devront signer une liste d’émargement, les maires socialistes auront à leur disposition une liste de tous leurs sympathisants, mais aussi, en négatif, le fichier de tous leurs opposants ! Quelles pressions risquent de s’ensuivre pour cet employé s’il ne va pas voter à ces primaires ? Il est intolérable qu’un élu puisse ficher politiquement les fonctionnaires de sa commune !

Peut-être habitez-vous un village de quelques milliers d’habitants : tous sauront alors qui se déplace ou non, et tous supputeront sur vos opinions politiques ! Il y a là une atteinte au précieux secret de l’isoloir.

Il s’agit d’un sujet très grave, et j’estime qu’il est de mon devoir de dénoncer les dérives des primaires organisées par le Parti Socialiste.

Si vous aussi vous souhaitez agir concrètement pour dénoncer ces pratiques, engagez-vous à nos côtés en rejoignant l’UMP.

 

Bien fidèlement,

Jean-François Copé