Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

presidentielle 2012

Le comparateur de programme pour faire le bon choix

Publié le par ump62

Comparez les propositions de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, en fonction de votre profession, votre âge, votre lieu de résidence et de ce que vous souhaitez pour une France forte.

 

comparateur_320x190.jpg

Cliquez sur l'image ci-dessus

 

 

Jean-François Copé : "plus que trois jours !"

Publié le par ump62

 

Mes chers amis, nous nous approchons de l'instant décisif. Nous sommes à 3 jours du vote qui va amener les Français à se prononcer pour le prochain Président de la République...

  

A une semaine du 1er tour : jetons toutes nos forces dans la campagne !

Publié le par ump62

 

edito jfc 0 2

 

La campagne présidentielle que nous sommes en train de vivre est un rendez-vous historique pour notre pays. Dans une semaine maintenant, un choix crucial se pose aux Français : feront-ils le choix de la dépense publique à outrance, de l’assistanat et du matraquage fiscal des classes moyennes incarné par François Hollande ? Ou alors préfèreront-ils le choix du courage, du rassemblement et de l’ambition pour la France incarné par Nicolas Sarkozy ?

Ce choix est si crucial pour l’avenir de notre pays qu’il mérite que, cette semaine, nous jetions toutes nos forces dans la campagne. Car rien n’est joué. Ne nous laissons pas intoxiquer par des enquêtes d’opinion, le seul sondage qui vaille, c’est celui des urnes. Ne nous laissons pas déstabiliser par les pronostics partisans d’un petit monde médiatique, qui a choisi François Hollande depuis des mois, et tente de nous démotiver en laissant croire que l’élection est déjà faite.

Au contraire, la majorité silencieuse refuse que l’on parle à sa place, qu’on lui impose des idées qui ne sont pas les siennes, qu’on lui suggère un favori qu’elle n’a pas choisi. C’est à nous de mobiliser cette masse populaire et frondeuse autour de Nicolas Sarkozy. C’est à nous de convaincre le tiers des Français qui ne sait pas encore pour qui voter, ces près de 25% de nos concitoyens qui ne savent même pas s’ils vont aller voter. C’est dire si l’immense majorité silencieuse reste à mettre en mouvement dans cette dernière ligne droite.

Dans cette élection qui s'annonce si serrée, chaque voix, chaque initiative, chaque symbole, fera la différence. Voilà pourquoi je vous demande, chaque jour qui nous sépare du vote, de vous engager sans compter pour Nicolas Sarkozy. Voilà pourquoi je demande à tous ceux qui le peuvent de venir entourer Nicolas Sarkozy dans un grand rassemblement ce dimanche 15 avril à 14 heures, place de la Concorde à Paris. La place de la Concorde est un haut lieu de notre famille politique : souvenez-vous de la grande manifestation spontanée de soutien au général de Gaulle le 30 mai 1968, souvenez vous de la liesse populaire qui y a régné pour les victoires de 1995 ou de 2007. Une fois encore, ce 15 avril, la place de la Concorde a rendez-vous avec notre Histoire !

C’est ainsi que nous placerons Nicolas Sarkozy dans les meilleures conditions pour arriver en tête au soir du 1er tour. La victoire de Nicolas Sarkozy ne tient qu’à vous, l’avenir de la France ne tient qu’à vous, mobilisez-vous !

 

Avec Nicolas Sarkozy, ce qui a changé dans le Pas de Calais

Publié le par ump62

62-PASDECALAIS.jpg

 

---------------------

 

La France avance, notre pays change et se modernise. Qu’en est-il dans el Pas de Calais ?

 

-25,4%, c’est le chiffre de la baisse de la délinquance globale depuis 2002 dans votre département

 

En 2011, grâce à l’action ferme et déterminée de Nicolas Sarkozy, la délinquance au niveau national a baissé pour la 9ème année consécutive, alors qu’elle avait explosé de +17,8% entre 1997 et 2002.

Dans le Pas-de-Calais, la délinquance a ainsi baissé de 25,4% depuis 2002 et les atteintes aux biens ont même baissé de 42,6%, alors qu’elles avaient respectivement augmenté de + 19,4% et de + 11,8% entre 1997 et 2002 (source ONDRP-Cartocrime - Chiffres 1997-2011).

 

Des investissements massifs dans 3 pôles de compétitivité

 

Au niveau national, l’Etat a accordé 1,5 milliard d’euros aux 71 pôles de compétitivité pour la période 2009-2011.

Dans le Pas-de-Calais, 3 pôles de compétitivité bénéficient d’investissements massifs de l’Etat :

- Situé à Arques, le pôle MAUD est spécialisé dans les matériaux et applications pour une utilisation durable. Il est présent sur les marchés des arts de la table, de l’imprimerie et des arts graphiques, des emballages-packaging, de la plasturgie et des produits biosourcés. Il rassemble près de 56 entreprises dont 40 PME, et représente au total plus de 14 000 emplois.

- A Boulogne-sur-mer, le pôle Aquimer, spécialisé dans la filière des produits de la mer, cherche à maximiser des ressources disponibles, positionner les produits aquatiques dans l'alimentation du futur, et faire émerger de nouvelles approches métiers et technologiques pour dynamiser l’industrie aquatique. Il rassemble près de 50 entreprises dont 31 PME, et représente plus de 7 600 emplois.

- Situé à Loos-en-Gohelle, le pôle TEAM², labellisé en mai 2010, est spécialisé dans les technologies de recyclage, de valorisation des déchets et la recyclabilité des matières et matériaux. Sur les 300 éco-entreprises installées en région Nord - Pas de Calais, près de 200 sont déjà impliquées directement dans le projet TEAM², soit 2/3 des éco-industries présentes sur le territoire. TEAM² rassemble 60 entreprises et 25 laboratoires de recherche.

 

2,5 millions d’euros de soutien de l’Etat pour 4 pôles d’excellence rurale

 

Les pôles d'excellence rurale sont des projets favorisant le développement des territoires ruraux qui reçoivent à ce titre un financement de la part de l'État.

 

Il en existe 4 dans le département :

  • Un pôle pour valoriser la production de la faïence, qui fait partie du savoir-faire et de l'histoire du terroir, sur le territoire de Desvres, aujourd'hui le dernier centre de production céramique de la Région Nord-Pas-de-Calais, par la création d'un village des métiers d'art autour d'une pépinière d'entreprises
  • A Hesdin, un projet de développement de la filière bois, par la construction d’un bâtiment ossature bois pour l’installation de la plate-forme d’Animation de la filière, la création d’une coopérative d’approvisionnement en matériau bois et en fourniture d’éléments de construction, l’aménagement industriel à Preures, la création d’une unité de production de combustibles à base d’anas de lin complété de sciures de bois, la construction d'un bâtiment industriel à Regnauville, et la création d'un fonds de prêt pour les entreprises du bois
  • A Lillers, la Maison du tourisme du pays de la Lys romane, pour valoriser les richesses touristiques et patrimoniales du territoire (un personnage célèbre, le patrimoine médiéval, des sites naturels, les traditions rurales, les métiers agricoles, le patrimoine fluvial, un site de pèlerinage...)
  • A Avesnes-le-Comte, un pôle pour bâtir une plate-forme de services, recherche et échanges avec l'ensemble des acteurs du bâtiment et de l'innovation technologique, par la mise en place d'un parc communautaire de 13 hectares qui accueillera une vingtaine d’entreprises en pointe sur les produits et services, d'une plate-forme multiservices et d'un projet-cadre d’animation et de formation.

 

159,6 millions d'euros injectés par le Plan de Relance dans la région pour les infrastructures et le logement

 

Au plus fort de la crise, Nicolas Sarkozy a décidé de relancer fortement l’investissement public afin de soutenir des secteurs majeurs de l’économie, limiter la récession et préserver l’emploi.

Dans le Nord-Pas-de-Calais, 159,6 millions d'euros ont été engagés pour réaliser de nombreux travaux au plus près de chez vous, parmi lesquels :

  • 650 000 euros pour la restauration de la Cathédrale de Boulogne-sur-Mer
  • la restauration des remparts de Montreuil-sur-Mer et de l’Eglise de Calais
  • 1,22 million d'euros pour l'emmarchement de la cathédrale d’Arras
  • 1,7 million d'euros pour l'entretien de la RN47
  • 555 000 euros pour la modernisation de la Poste à Dourges, Hardinghen, Oye Plage, Vimy, Calonne Ricouart, Barlin, Fruges, Marquion, Houdain, Lens, Lestrem, Boulogne-sur-mer, Saint-Pol-sur-Ternoise et Berck-sur-Mer
  • La rénovation du Palais de Justice à Boulogne sur Mer
  • 3,1 millions d'euros pour la création d'établissements pour personnes âgées dépendantes à Berck, à Marquise et à Esquerdes
  • 500 000 euros pour la réalisation de la maison du Louvre Lens
  • 5,9 millions d'euros pour le raccordement ferroviaire de Saint-Laurent Blangy, qui permet aux trains de fret d’éviter l’agglomération lilloise pour se diriger vers le Grand Est. Cette opération a particulièrement bénéficié à l’économie locale (2,5 millions d’euros de commandes ont été confiés à cinq entreprises locales (DECIMA FORCLUM, Guintoli, WATTEZ, ETF et Demathieu & Bard).
  • Les exemples sont encore nombreux près de vous comme dans tout le pays (source data.gouv.fr)

 

1,1 milliard d'euros engagés pour la rénovation urbaine

 

Le Plan National de Rénovation Urbaine (PNRU), c’est 12 milliards d’euros de subventions sur 10 ans pour améliorer radicalement le lieu de vie de 4 millions d’habitants dans 500 quartiers populaires. Il mobilise 45 000 emplois dans les travaux publics sur ses chantiers. D’ores et déjà, les résultats sont visibles.

 

Dans le Pas-de-Calais, 1,1 milliard d’euros ont été mobilisés pour la rénovation urbaine : par exemple 130 millions d’euros pour le quartier Transition à Boulogne, 44 millions d’euros pour le quartier Saint Pol à Arras, 43 millions d’euros pour le quartier du Rotois à Courrières, 43 millions pour le quartier République à Avion, 46 millions pour la cité des Camus à Angres…

 

x2 : Le nombre d'entreprises créées a doublé entre 2008 et 2010 dans le Pas-de-Calais

 

Dans le seul département du Pas-de-Calais, plus de 32 700 entreprises ont été créées depuis 2007. 8 769 entreprises ont été créées en 2010, alors que moins de 2 500 entreprises seulement étaient créées chaque année en moyenne entre 1997 et 2002. Ces bons résultats s'expliquent notamment par le succès du statut de l'autoentrepreneur, créé par Nicolas Sarkozy et qui offre un cadre social et fiscal avantageux à ceux qui choisissent d'entreprendre. 15 201 autoentreprises ont ainsi été créées dans le Pas-de-Calais en 3 ans.

 

Le Louvre-Lens ouvrira ses portes le 4 décembre 2012

 

Nicolas Sarkozy a fait de la décentralisation de la culture un axe fort de sa politique culturelle. En effet, la proximité géographique avec les lieux culturels demeure un critère fondamental de l'accès à la culture (14% des habitants des villes de moins de 20 000 habitants fréquentent les lieux culturels, contre par exemple 60% des Parisiens). C'est pourquoi Nicolas Sarkozy a soutenu plusieurs initiatives majeures destinées à rendre la culture plus proche de ses publics :

Le centre Pompidou-Metz, lancé en mai 2010. C’est un très grand succès : il a accueilli 552 000 visiteurs en 2011, dont 60% de Lorrains.

Le centre Pompidou mobile, musée nomade qui s'adresse aux populations éloignées de l'offre culturelle traditionnelle. Structure d'exposition démontable et transportable, conçue dans l'esprit de la fête foraine, il permet de présenter une sélection des chefs-d'œuvre de la collection du Centre Pompidou, qui est la plus importante en Europe dans le domaine de l'art moderne et contemporain.

Sur le même modèle, le Louvre-Lens ouvrira ses portes fin 2012, au cœur de l'ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Le Louvre-Lens a bénéficié de 5,75 millions d’euros de soutien de l’Etat. 700 000 visiteurs sont attendus la première année dans ce complexe de 28 000 m² qui n’est pas une simple annexe du Louvre, mais abritera les véritables collections du Louvre et des expositions temporaires sur plus de 6 000 m². L’arrivée prochaine du Louvre à Lens constitue une opportunité exceptionnelle pour constituer à Lens et dans sa région un pôle culturel majeur, facteur de développement urbain et économique ainsi que de cohésion sociale.

 

4 déplacements de Nicolas Sarkozy près de chez vous depuis 2007

 

Le 19 janvier 2008, Nicolas Sarkozy était à Boulogne-sur-Mer pour rencontrer les marins-pêcheurs et faire un point sur ses engagements pris en faveur de la filière pêche. Avec un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros, près de 8 000 navires et 23 000 marins pêcheurs, la pêche fait vivre 70 000 personnes sur le littoral français, en exploitant la 2e plus vaste zone maritime du monde (11 millions de km²). Face aux difficultés rencontrées par la filière pêche, Nicolas Sarkozy a lancé un plan pour le développement de la pêche durable et responsable, doté de 310 millions d’euros. Il a été entièrement exécuté et a notamment permis d’alléger les coûts du carburant, moderniser notre flotte et renforcer la sécurité des marins-pêcheurs.

Le 21 février 2008, Nicolas Sarkozy s’est rendu à Noyelles-Godault sur l’ancien site de Metaleurop. 35 millions d’euros ont été mobilisés pour la dépollution du site. Nicolas Sarkozy a visité le nouvel Ecopôle Sita Agora, qui emploie près de 400 salariés et témoigne de la reconversion industrielle de l’ancien site dans le recyclage des véhicules, la valorisation des câbles, le recyclage des palettes et la dépollution des terres et sédiments.

Plus récemment, Nicolas Sarkozy était à Héricourt et à Arras le 12 mai 2011 pour visiter l’exploitation agricole de Mickaël Poillion (qui avait débattu avec lui dans l’émission « Paroles de Français » sur TF1) ainsi que la « Place Nature » d’Arras, un événement imaginé par les Jeunes Agriculteurs, reconstituant, sur la Grand’Place des grandes cultures, des maraîchages et des activités d’élevage.

 

1 établissement de réinsertion scolaire ouvert à la rentrée 2011

 

Pour éviter que les élèves perturbateurs ne nuisent au bon déroulement de la classe et à la vie de l’établissement, Nicolas Sarkozy a mis en place un nouveau type d’établissement scolaire : l’établissement de réinsertion scolaire (ERS). Il en existe aujourd’hui 17 au niveau national. Il y en aura 20 à la rentrée 2012. Les ERS accueillent un nombre restreint d'élèves difficiles âgés de 13 à 16 ans, auxquels ils offrent un encadrement et un enseignement qui promeuvent le respect de l'autorité, le goût de l'effort, de l'apprentissage, du sport et l'initiation aux métiers. Les élèves des ERS ont ensuite vocation à retourner dans le système éducatif traditionnel.

Dans le Pas-de-Calais, 1 ERS a ouvert ses portes à Merlimont à la rentrée 2011 et accueille 10 élèves.

 

La FRANCE FORTE dans le Pas-de-Calais, c'est aussi…

 

- 1 université autonome à Arras depuis le 1 janvier 2011 grâce à la loi LRU

- 3 écoles de la deuxième chance à Liévin, Saint-Omer et Arras (E2C). Avec le soutien de l’Etat, elles donnent une seconde chance aux jeunes sortis du système scolaire sans aucun diplôme

- 2 maisons pour l’accompagnement et l’intégration des malades d’Alzheimer (MAIA) à Montreuil et Arras, 2 plateformes d’accompagnement et de répit à Béthune et Saint-Pol-sur-Ternoise, et 10 centres mémoire de ressources et de recherche ouverts dans le département grâce au Plan Alzheimer lancé par Nicolas Sarkozy

- +27% d'exploitations pratiquant l'agriculture biologique en 3 ans dans le département

- 68 980 bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA). Avec le RSA, la reprise d’une activité devient réellement plus avantageuse que le maintien dans les revenus de l’assistance (20% de revenu en plus en moyenne)

- 9 545 bénéficiaires du minimum vieillesse et 22 826 bénéficiaires de l'allocation adulte handicapé qui auront vu leurs prestations revalorisées de 25% en 5 ans

- 4 projets financés et labellisés par le Plan cancer II, notamment au Centre hospitalier de Lens et au centre de radiothérapie Pierre Curie à Beuvry

Jean-François Copé devant la jeunesse de France : « Le courage, Monsieur Hollande, ça ne tombe pas du ciel à 57 ans ! Ça se cultive toute une vie durant »

Publié le par ump62

 

ump_jean-francois_cope_meeting_jeunes_02.jpg

 

Bernadette Chirac, Valérie Pécresse, Michèle Alliot-Marie, Marie-Anne Montchamp, Janette Bougrab, Salima Saa, Nathalie Kosciusko-Morizet, Luc Chatel, François Baroin, Frédéric Mitterrand, David Douillet, Valérie Rosso-Debord, Franck Riester, Pierre Lellouche… Nombreuses étaient les personnalités qui, samedi après-midi à la Porte de Versailles, entouraient Jean-François Copé mais également Benjamin Lancar, président des Jeunes Populaires, Franck Allisio, président des Jeunes Actifs, Olivier Vial, président de l’UNI pour accueillir Nicolas Sarkozy à l’occasion d’un grand meeting dédié à la jeunesse de France.

« C’est une aventure humaine unique dont vous vous souviendrez toute votre vie » confiait en préambule Jean-François Copé heureux de partager ce moment avec 10 000 jeunes qui ont ainsi répondu à son appel de novembre 2010, celui de « la levée en masse » des forces militantes pour l’élection présidentielle de 2012.

Une jeunesse qui sait dans quel monde elle vit, à quelles épreuves et quels bouleversements elle est confrontée mais « une jeunesse qui refuse la fatalité, bien consciente que les socialistes sont prisonniers du siècle passé alors que vous êtes déjà projetés dans une nouvelle époque ».

Dans ce monde nouveau où tout est à inventer, ouvert aux « immenses espérances et défis formidables, aux futurs à inventer et ailleurs à explorer », Jean-François Copé indique un chemin à ne pas emprunter : celui de François Hollande qui « veut brider votre ambition, votre envie d’innover, de réussir ».

Candidat « anti-jeunes » par excellence, François Hollande le prouve par son programme, véritable « insulte à la jeunesse », « boulet qu’il veut mettre à vos pieds », détaille Jean-François Copé prenant appui, notamment, sur sa volonté de détruire la réforme des retraites qui aurait pour conséquences immédiates l’augmentation du coût du travail et une ponction supplémentaire sur les salaires.

Au contraire de Nicolas Sarkozy, François Hollande n’est pas habité par le courage, donnant toujours raison au dernier qui a parlé pour ne se fâcher avec personne. « Mais le courage, Monsieur Hollande, ça ne tombe pas du ciel à 57 ans ! Ca se cultive toute une vie durant. Par des choix clairs. Par des risques assumés. Par une vraie aptitude au commandement », observe Jean-François Copé.

Le volontarisme et le courage de Nicolas Sarkozy ont ainsi permis pendant le premier quinquennat de poser les fondations de la maison France. « Maintenant nous devons la construire. Et pour cela nous avons besoin de vous », lance Jean-François Copé fixant les futurs axes de travail : la réforme de l’école (après celle de l’université), le changement de notre modèle de croissance en dépensant moins et créant plus de richesses, le respect de l’équilibre entre les droits et les devoirs, la consolidation du pacte républicain, une nouvelle gouvernance de l’Europe…

Autant de réformes et chantiers pour qu’ensemble et sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy nous gardions la maîtrise de notre destin et que nous écrivions les nouvelles pages de l’histoire de France, celle d’une France forte dans une Europe forte.

Jean-François Copé : « François Hollande ne propose plus rien et reste cantonné sur un projet inconstant »

Publié le par ump62

 

ump_jean-francois_cope_point_presse_20120314_336x290.jpg

 

Réuni ce mercredi 14 mars autour de Jean-François Copé, le bureau politique de l’UMP a salué le meeting de Villepinte. « Ce grand succès populaire est pour nous une grande satisfaction car c’est le résultat d’un an de travail, de mobilisation mais également d’une levée en masse qui s’est concrétisée. Ce rendez-vous marquera les 70 000 à 80 000 personnes qui ont vécu ce moment. Parce qu’au-delà de l’enthousiasme exceptionnel, Nicolas Sarkozy a ouvert des perspectives importantes pour l’Europe », remarque Jean-François Copé.

« A Villepinte, Nicolas Sarkozy a marqué sa volonté d’être efficace sur des sujets qui sont sur la table, parfois depuis longtemps en Europe, tels que la réciprocité dans les échanges commerciaux, l’amélioration des accords sur l’espace Schengen qui datent de 1997 », observent Marc-Philippe Daubresse et Hervé Novelli, secrétaires généraux-adjoints.

« Depuis des mois Nicolas Sarkozy propose aux partenaires européens d’améliorer l’accord Schengen, de mieux contrôler les flux migratoires. Il souhaite que les négociations engagées aboutissent. Dans son discours, à Villepinte, il a posé un calendrier de négociations qui devront être conclusives », observent Jean-François Copé, Marc-Philippe Daubresse et Hervé Novelli.
Même démarche pour le Small Business Act. Adopté en juin 2008 par le conseil des ministres de l’Union européenne, le Small Business Act reconnaît le « rôle essentiel » joué par les PME dans l’économie européenne. « Un calendrier avait été annexé mais il n’a pas été mis en application. La volonté exprimée par Nicolas Sarkozy est, là encore, de le mettre en application. Comme il souhaite également que, par le Buy European Act, une part des marchés publics européens soit réservée aux PME européennes », insiste Hervé Novelli remarquant que dans des pays comme le Japon il est impossible pour un pays étranger de répondre à un appel d’offre public japonais alors qu’une entreprise japonaise peut répondre à un appel d’offre public en Europe.

« Tout ceci démontre que Nicolas Sarkozy est dans le débat de fond. A intervalles réguliers il délivre des propositions fortes qui composent sa vision stratégique et la nôtre d’une France forte dans une Europe forte », souligne Jean-François Copé.
« Nicolas Sarkozy est une force de propositions alors que François Hollande est dans la critique systématique, ne propose rien de courageux au moment où notre monde change et que nos compatriotes ont besoin que le chemin soit éclairé. Ce sont là des stratégies différentes », observe encore Jean-François Copé relevant une nouvelle incohérence, un nouveau revirement de François Hollande sur sa proposition de taxation à 75% des très hautes revenus. « Laurent Fabius a déclaré ce matin sur Europe 1 que cette mesure n’avait pas vocation à être durable après que François Hollande ait changé d’avis à plusieurs reprises à quelques minutes d’intervalle sur RTL en expliquant que cette mesure serait exceptionnelle, puis qu’elle serait durable ». Les tergiversations de François Hollande arrivent même à embrouiller ses très proches camarades et décrédibilisent sa stature d’homme d’Etat, incapable de fixer un cap et de rassembler les siens.

« François Hollande ne propose plus rien et reste cantonné sur un projet inconstant », résume Jean-François Copé qui annonce pour le week-end du 23 au 25 mars une opération militante très importante : « 72 heures pour la France forte » qui se traduira dans tout le pays par du porte-à-porte, des distributions de tracts, des réunions publiques…

72 heures pour une France forte, entreprenante, confiante dans son avenir et ses valeurs.

Jean-François Copé : «Nicolas Sarkozy est l’homme de la situation pour la France d’aujourd’hui et de demain»

Publié le par ump62

Au lendemain de l’émission « Des paroles et des actes », Jean-François Copé a tenu à saluer l’élan qu’incarne la candidature de Nicolas Sarkozy pour la France et les Français. Nicolas Sarkozy a ainsi pu détailler plusieurs propositions de son projet qui s’appuie en partie sur la même dynamique programmatique, les trois mêmes piliers que le projet 2012 de l’UMP : Rassemblement (sujets régaliens comme la sécurité, l’immigration, la laïcité…) ; Courage (compétitivité, emploi, réindustrialisation, lutte contre les délocalisations…); Dimension européenne et internationale.


« François Hollande n’est présent sur aucun de ces trois piliers. Il est en embuscade, voire en ambigüité. Et c’est cela qui va faire la différence », note Jean-François Copé dont l’ « intuition profonde est que Nicolas Sarkozy sera élu car les gens, au fond d’eux-mêmes, au moment fatidique, vont faire la différence ».

Et la prestation de Nicolas Sarkozy, mardi soir à l’émission télévisée « Des paroles et des actes » a conforté cette intuition de Jean-François Copé. « Pas plus que François Hollande, Laurent Fabius, qui est désormais son défenseur, n’a dit un seul mot sur la compétitivité, les déficits, la nécessaire stature internationale d’un candidat à l’élection présidentielle ».

 

 

La palme d'or du double language décerné à François Hollande

Publié le par ump62

Après le silence coupable et le déni de François Hollande et de son entourage sur les évènements indignes qui se sont déroulés à Bayonne, Jean-François Copé a tenu également, lors du point presse de ce vendredi, souligner à nouveau le double langage permanent, l’ambigüité permanente de François Hollande et prendre à témoin les Français.

Après avoir manifesté à Tulle contre la réforme des retraites avant de se raviser à Paris ; après son discours au Bourget contre la finance avant de la rassurer en se montrant libéral à Londres ; après son intention de rattraper les petits caïds mais dans la foulée annonçant qu’il abrogerait les peines-plancher contre tous les récidivistes, voilà que le candidat des socialistes poursuit dans ses mensonges et sa navigation à vue en fonction de l’auditoire devant lequel il se trouve.

Sur le plateau de TF1, François Hollande a, dans l’improvisation la plus totale, fait cette annonce populiste d’imposer à 75% nos compatriotes les plus riches.

Une idée « farfelue, irréaliste, dogmatique mais totalement contradictoire avec ses propos tenus il y a un an », rappelle Jean-François Copé s’appuyant sur un long entretien du candidat socialiste sur le site Médiapart. François Hollande estimait alors qu’un taux confiscatoire -tel celui qu’il propose maintenant-, qui plus est « sur une toute petite fraction des contribuables n’aura aucun effet puisqu’alors là, on est sûr des effets de délocalisation et ne produira aucune recette ».

Et voilà qu’aujourd’hui le François Hollande 2012 dit exactement le contraire du François Hollande 2011. « Cela mérite la Palme d’or du déni. Il est en totale contradiction. Comment peut-il avoir fait un grand écart, un tel reniement », s’interroge Jean-François Copé qui ne sait plus, comme de très nombreux Français, « à quel moment François Hollande dit ce qu’il pense ».

Un François Hollande manipulateur qui, dans cette vidéo, désigne à l’avance les effets d’une telle mesure : les délocalisations. Et lorsque Nicolas Sarkozy en tire les mêmes conclusions, François Hollande s’indigne.

« En démocratie, il y a une exigence de vérité, de respect et de tolérance. Ces méthodes doivent cesser. François Hollande ne peut pas tout se permettre pour gagner une élection », souligne Jean-François Copé qui appelle solennellement le candidat socialiste et le PS à faire une campagne digne et non « basée sur les attaques et le mensonge ».

 

 

1 2 3 > >>