Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

congres ump novembre 2012

Déclaration de Jean-François Copé suite à la confirmation de son élection à la présidence de l'UMP

Publié le par ump62

 

 

Chers amis,

Dimanche 18 novembre, vous, les militants de l'UMP, vous avez voté en très grand nombre - plus de 176 000 - pour désigner le Président de notre mouvement.

Vous m'avez élu à la majorité absolue des suffrages exprimés.

La commission indépendante chargée de l'organisation et du contrôle des élections l'a proclamé officiellement lundi 19 novembre.

La commission chargée des recours, saisie par François Fillon et par moi-même, l'a confirmé aujourd'hui.

Cette commission est notre conseil constitutionnel. Elle a été prévue par nos Pères Fondateurs dès la création de l'UMP et elle se réunit régulièrement pour trancher les litiges au sein de notre parti. Conformément à nos statuts, c'est la seule instance légitime pour trancher les recours lors d'une élection interne.

Jamais son autorité et son intégrité n'ont été remises en cause à ce jour.

Ses membres sont des élus et des militants de l'UMP de tous horizons, élus par les militants, à travers un vote du Conseil national. La composition de cette commission est d'ailleurs quasi-inchangée depuis des années, bien avant mon arrivée à la tête de l'UMP.

Au sein de cette commission siégeaient des personnes qui avaient choisi François Fillon et d'autres qui m'avaient choisi. D'autres encore étaient restées neutres.

Il ne s'agissait pas pour eux d'exprimer une préférence personnelle mais de vérifier la sincérité du scrutin, à partir de faits objectifs.

Au terme de ses travaux, la commission nationale des recours a confirmé mon élection. Elle a même constaté une avancée plus large en ma faveur.

Des irrégularités graves ont en effet été constatées par huissiers dans quelques bureaux de vote, notamment dans les Alpes-Maritimes et en Nouvelle-Calédonie. La commission des recours a donc considéré que le résultat de ces bureaux ne pouvait pas être pris en compte.

C'est une question de respect du droit.

C'est aussi une question de morale et d'honneur pour notre parti.

Le résultat est là. Chacun doit désormais respecter votre vote et les statuts de notre famille politique. C'est la seule voie possible.

Pour autant, cette regrettable situation a généré de grandes tensions au sein de notre famille politique.

Etalées en place publique, elles ont donné une image désastreuse de notre parti et - à tort ou à raison - de beaucoup d'entre nous. J'en ai parfaitement conscience. Et c'est ma responsabilité de le dire sans langue de bois.

J'entends encore aujourd'hui des mises en cause extrêmement choquantes me concernant. Que ce soit sur les conditions d'organisation de cette élection ou sur les moyens de notre mouvement politique.

Ces propos sont indignes parce qu'ils sont contraires à la vérité. Tout a été vérifié et validé par la commission indépendante chargée de l'organisation et du contrôle des opérations électorales.

Je tiens à la disposition de ceux qui le souhaitent les réponses précises à ces allégations. Pour autant, l'heure n'est pas à la polémique. Non, je ne polémiquerai pas. C'est un devoir à l'égard des militants et des sympathisants de l'UMP.

 

Maintenant, il appartient à chacun, en conscience, de prendre ses responsabilités et de choisir.

Choisir le pardon plutôt que la division.

Choisir le travail en équipe plutôt que les querelles personnelles.

Choisir l'avenir plutôt que la rancœur.

Moi, devant vous, avec vous, je fais ce choix, sans aucune ambiguïté.

Et j'invite tous les membres de l'UMP, à tous les niveaux, quel qu'ait été leur vote, à faire ce choix.

Car je le redis haut et fort : il n'y a ni vainqueurs, ni vaincus, mais une seule et grande famille, l'UMP.

Le spectacle lamentable des derniers jours n'a fait honneur à personne. C'est une blessure pour tous les militants et les sympathisants de l'UMP. Comme vous, j'en ai souffert. Comme vous, j'en suis profondément désolé.

Nous devons maintenant reconstruire.

Le temps de la compétition interne est derrière nous.

J'invite donc avec gravité les parlementaires de l'UMP, députés, sénateurs, députés européens, ceux qui m'ont soutenu comme ceux qui ne m'ont pas soutenu, à se retrouver et à se parler. Je les invite à travailler main dans la main, pour incarner au parlement et dans nos territoires une opposition solide et unie face à la gauche.

J'invite les cadres de l'UMP à organiser, dans tous les départements, dans toutes les circonscriptions, dans tous les cantons, des groupes de parole et de réflexion afin d'associer tous nos adhérents au travail de reconstruction qui s'impose. Après les échecs électoraux de l'année écoulée, c'est un impératif vital.

J'invite tous les militants à participer à ce travail pour tracer ensemble le chemin que nous devons emprunter, au service de la France.

Il n'y a plus un instant à perdre !

Dans les deux semaines qui viennent, avec Luc Chatel et Michèle Tabarot, nous rencontrerons et nous nous adresserons à l'ensemble des parlementaires, cadres, militants et sympathisants de l'UMP. Nous nous adresserons aussi à l'ensemble des Françaises et des Français.

Depuis 6 mois, François Hollande et sa majorité de gauche conduisent la France dans l'impasse. Ils font des choix dangereux pour notre pays :

  • Sur le plan économique, avec un véritable sabotage de nos capacités productives et une atteinte sans précédent à la valeur travail qui ne font qu'accentuer le chômage ;
  • Sur le plan de la sécurité et de la justice, avec une fragilisation terrible de l'autorité de l'Etat ;
  • Sur le plan de la cohésion nationale, avec une grande faiblesse face à la montée des communautarismes, comme en témoigne les ambiguïtés sur le droit de vote des étrangers. Et avec des projets qui fracturent profondément notre société. Je pense particulièrement à la remise en cause des fondements de la famille, à travers le mariage et l'adoption par les couples homosexuels.
  • Sur le plan diplomatique, enfin, avec le grand silence de la France face aux crises internationales et aux atermoiements européens.

Tout cela rend plus que jamais indispensable une opposition solide, rassemblée, déterminée.

Une opposition constructive à chaque fois que cela est possible.

Une opposition implacable à chaque fois que cela est nécessaire.

Mes chers amis, alors que la gauche a tous les pouvoirs, la seule force d'opposition républicaine, c'est l'UMP.

Avec plus de 310 000 militants,

Avec plus de 350 parlementaires,

Avec ses milliers d'élus locaux dans toute la France,

l'UMP est le seul parti qui peut incarner la résistance à la gauche et créer les conditions de l'alternance.

Il nous appartient aujourd'hui d'en être les garants. Pour cela, je veux prendre solennellement des engagements très clairs :

Tout d'abord, je m'engage à composer dans les jours qui viennent un collège avec différentes personnalités de notre famille politique, quel qu'ait été leur choix par le passé. Ce comité aura pour mission de nous accompagner dans le travail d'apaisement et de reconstruction qui s'impose.

A nouveau, je vais proposer à François Fillon de participer à cette équipe, avec ceux qui l'entouraient pendant la campagne. Nous avons besoin de lui. Je ne peux pas imaginer que François Fillon continue ses poursuites judiciaires contre son propre parti, sa propre famille politique.

Je m'engage à lancer une réforme de nos statuts afin d'améliorer, sans en bouleverser le principe, les conditions d'élection de l'équipe dirigeante de l'UMP.

Je m'engage à faire vivre la diversité au sein de l'UMP, notamment en permettant le fonctionnement des mouvements que les militants de l'UMP ont choisis : La droite forte, La droite sociale, France moderne et humaniste, Les gaullistes, La droite populaire. Ces mouvements, j'ai voulu qu'ils puissent s'exprimer, parce qu'ils font la force et la richesse de l'UMP. Par leur vote, les militants ont prouvé que cela correspond à leurs souhaits et à leurs attentes.

Je m'engage à créer toutes les conditions pour rendre irréversible l'organisation en 2016 de primaires ouvertes, afin de désigner le candidat de notre famille politique pour la présidentielle.

Je m'engage à lancer dès maintenant une réflexion programmatique de grande ampleur, afin de définir une ligne politique claire et courageuse, digne d'un grand parti de droite et de centre-droit, dans le prolongement de la campagne interne qui vient d'avoir lieu.

Ensemble, nous allons construire un projet courageux, généreux et porteur d'espérance pour tous les Français.

Nous travaillerons autour de deux axes majeurs :

  • La bataille de la compétitivité, pour créer de l'emploi et de la prospérité pour tous les Français,
  • La bataille de la République contre tous les communautarismes, pour continuer d'écrire ensemble l'Histoire de notre Nation au 21ème siècle.

Je m'engage à veiller à ce qu'aucune alliance électorale ne soit tolérée avec l'extrême-droite. En parallèle, je m'engage à ce que nous soyons toujours à l'écoute des problèmes des Français, sans aucun tabou, notamment sur les questions de sécurité, d'immigration, de lutte contre l'assistanat, d'Europe, de compétitivité...

Je m'engage à ce que l'UMP ne se soumette jamais au politiquement correct, mais qu'elle n'ait qu'une obsession : avancer des propositions justes et efficaces, en réponse aux souffrances et aux espérances du Peuple de France.

Je m'engage à ce que nous regagnions ensemble le cœur des Français, ville par ville, village par village, en lançant sur le terrain une grande « révolution civique » au service de nos concitoyens.

Je m'engage à lancer le plus grand plan de recrutement jamais réalisé par un parti politique, afin d'inviter toutes les Françaises et tous les Français de bonne volonté à nous rejoindre, pour incarner la Génération Reconquête à l'occasion des prochaines élections locales de 2014.

L'objectif, c'est une immense vague bleue pour reconquérir les territoires perdus - communes, départements, régions - et un profond renouvellement politique dans notre pays.

Je m'engage à ce que l'UMP assume avec fierté ses racines, son héritage, ses valeurs, son ambition, au service de la France et des Français.

Dès à présent, avec Luc Chatel et Michèle Tabarot, nous avons besoin de chacune et chacun d'entre vous. Et vous, vous pouvez compter sur nous.

Vive l'UMP !
Vive la République ! Vive la France !

 

Jean-François Copé
Président de l'UMP

 

Appel à sauvegarder l'unité de l'UMP...

Publié le par ump62

Chers amis,
 
L'UMP connaît aujourd'hui de fortes tensions nées de l'élection à la présidence de notre mouvement.

 

C'est dans ces périodes troublées qu'il faut faire preuve, plus encore que d'habitude, de sang froid, de dignité et de solidarité.

 

Dans les jours qui viennent, c'est aussi à chacun d'entre nous d'oeuvrer à maintenir l'unité de notre mouvement.

 

Il le faut a tout prix car il en va de l'avenir de la droite française et du centre droit.

 

La scission de l'UMP en deux, voire plusieurs partis, entraînerait, en effet, une multiplication des candidatures aux prochaines et nous éliminerait dans un grand nombre de scrutins dès le premier tour.

 

La situation serait donc bien pire qu'a l'époque des rivalités entre le RPR et l'UDF ; des rivalités qui nous ont fait perdre le pouvoir. Sans compter que la disparition de l'UMP ferait du Front national le premier parti d'opposition.

 


Les deux candidats ont décidé de se placer  sur un plan juridique, l'un s'appuyant sur la commission des recours et l'autre choisissant de saisir la justice. On entend aussi d'autres propositions.

 

Ce qui compte, c'est que l'on arrive à un résultat incontesté qui respecte la volonté des militants et que l'UMP retrouve au plus vite sa place de premier opposant au pouvoir socialiste qui abime notre pays.

  


Laissons ces différentes démarches aller a leur terme et restons unis et solidaires.

  


D'autres partis ont vécu des crises très graves et ont su rebondir. Faisons en sorte qu'il en soit de même pour l'UMP et que le Pas-de-Calais soit un exemple de cette volonté de conserver intactes nos chances de reconquête et de victoire. Nous le devons a nos militants, sympathisants et aux français.

 
Vous pouvez compter sur nous pour agir dans cet esprit dans notre département et a Paris.

 

Daniel FASQUELLE

Président de l'UMP62

 

Philippe RAPENEAU

Secrétaire départemental

 

Congrès de l'UMP : les résultats nationaux

Publié le par ump62

 

-26 novembre 2012 :

 

ump-bloc-congres-copie-2

 

Président de l'UMP

 

176.608 votants / 174.678 exprimés

Jean-François COPÉ

50.03 %

87.388 voix

François FILLON

49.97 %

87.290 voix

 

Mouvements

 

France Moderne et Humaniste

18.17 %

La Boîte à idées, la motion anti divisions !

9,19 %

La Droite Populaire

10,87 %

La Droite Forte - Génération France forte 2017

27,77 %

La Droite sociale avec Laurent Wauquiez

21,69 %

Le Gaullisme, voie d'avenir pour la France

12,31 %

 

Charte des valeurs

 

OUI

96,10 %

NON

3.90 %

 

 

19 novembre 2012 :

 

 

ump-bloc-congres

 LES RESULTATS NATIONAUX

 

Jean-François COPÉ

50.03 %

François FILLON

49.97 %

   

Jean-François Copé élu président d'une UMP

Par 87 388 voix (50,03%) contre 87 290 voix à François Fillon (49,97%), Jean-François Copé a été proclamé officiellement, lundi soir, par Patrice Gelard, président de la Commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales (COCOE), président de l'UMP.

Avant de prononcer les résultats, Patrice Gelard a tenu à remercier tout le personnel de l'UMP qui s'est mobilisé pour cette élection, les membres de la COCOE ainsi que les représentants des candidats et des motions qui ont participé au travail de la commission « dans un esprit consensuel ».

Patrice Gelard a également évoqué l'une des missions à laquelle devra s'atteler la nouvelle équipe dirigeante : la rénovation des statuts de l'UMP qui sont « inadaptés aux exigences du temps présent et de la démocratie interne de notre mouvement ».

Le « score serré » entre Jean-François Copé et François Fillon « va nous amener à vivre et à travailler ensemble dans le même esprit d'unanimisme qui a présidé aux travaux de la commission », a souligné Patrice Gelard. Un esprit d'union qui a dominé la déclaration de Jean-François Copé lequel a confié avoir appelé François Fillon et assuré tendre grands ouverts ses bras et ses mains.
« Dans mon esprit comme dans mon cœur il n'y ni amertume, ni rancœur », a confié Jean-François Copé pour qui « le temps de l'action doit se faire dans un bon esprit. Une ligne politique a été définie, une méthode de travail évoqué : être un parti politique républicain, moderne et qui combattra toujours le politiquement correct », a-t-il poursuivi.

Jean-François Copé a rappelé l'objectif à court terme qui doit mobiliser toute notre famille politique: reconquérir les territoires perdus. « Notre première mission sera de réaliser les conditions d'une vague bleue et que l'on montre ainsi aux socialistes, aux communistes, aux écologistes et aux mélenchonistes qu'ils auront en face d'eux une UMP clairement déterminée et engagée pour servir la France et les Français et combattre la politique complètement néfaste de François Hollande ».

En évoquant ce « moment démocratique qui a été un moment très important dans la vie de notre famille politique », Jean-François Copé a associé à sa victoire l'ensemble des militants UMP et celles et ceux qui ont œuvré avec une ferveur extraordinaire pour cette élection ». Jean-François Copé a également eu une pensée particulière à l'égard de Nicolas Sarkozy et une « plus personnelle » pour Jacques Chirac avant d'indiquer qu' « à compter de demain s'ouvre le temps du travail ».

 

  

François Fillon : "De tout coeur, merci à chacun, merci à vous tous"

Publié le par ump62

 

header_v2.jpg

 

Mes amis,

Par ce message, je souhaite adresser à tous les adhérents de l’UMP, quel que fut leur vote, l’expression de mon profond respect.

Malgré l’échec de la présidentielle et des législatives, vous n’avez pas baissé les bras. Vous avez été des dizaines de milliers à participer à nos réunions et à aller voter dans des conditions parfois difficiles. Vous méritez tous un grand coup de chapeau.

Avec mes équipes, nous avons mené une belle campagne, pleine de solidarité et d’espoirs partagés, mais la victoire n’est pas au rendez-vous.

Je le regrette pour mon parti et pour mon pays, mais j’ai pris acte du résultat. L’unité de l’UMP m’est apparue plus importante que les critiques qui entourent l’organisation d’un scrutin qui a révélé ses défaillances.

J’assume mes choix, j’assume la campagne que j’ai faite qui avait sa cohérence et son honneur. A ceux qui m’ont apporté leur suffrage, je dis avec affection, merci de m’avoir soutenu !

J’ai été touché par votre confiance. Avec moi, vous vous êtes engagés dans un combat dont nous savions qu’il serait difficile. Vous avez été formidables de vaillance, de responsabilité et de dévouement. Sans vous, sans les bénévoles qui m’entouraient et les élus qui m’ont épaulé, jamais je n’aurais pu mener cette campagne.

A ceux qui n’ont pas voté pour moi, je dis que leur choix m’impose plus de gravité encore. A ceux qui furent à mes côtés, je demande d’avancer sans rancune ni déception. Nous avons fait notre devoir et défendu nos convictions avec une force qui, je le crois, transcende l’actualité immédiate.

Nos principes et nos idées germeront dans le cœur et l’esprit de tous ceux, militants, sympathisants et électeurs, qui nous ont suivis avec estime et confiance. Chaque jour qui passe renforce ma certitude que notre pays est en train de décrocher et que le redressement national devra s’imposer.

Je leur demande de ne jamais oublier ce qui a fondé l’essentiel de notre engagement : je veux parler de cette volonté de servir la France, avec vérité et avec le désir de rassembler nos concitoyens. Je vous renouvelle ma conviction qu’à l’avenir, le parti vainqueur sera celui qui unira les Français pour les aider à se dépasser.

Soyez fiers d’être français. Souvenez-vous que notre parti c’est d’abord notre pays ! C’est pour lui que je me suis engagé dans cette campagne et c’est pour lui que je continuerai avec vous à faire entendre ma voix. Je ne lâche pas !

Je continuerai de porter les idées auxquelles je crois.

Il y a bien des façons d’aller de l’avant pour servir son pays. Nous aurons l’occasion d’en reparler ensemble.

De tout cœur, merci à chacun, merci à vous tous.

François Fillon

 

 

 

Communiqué des élus du 62 engagés aux côtés de François Fillon : "Soyons cette droite forte et humaniste voulue par nos adhérents !"

Publié le par ump62

 

Le 18 novembre, les adhérents de l’UMP étaient invités à se déplacer dans les bureaux de vote afin d’élire leur nouvelle équipe dirigeante.

A l’issue d’un marathon fortement médiatisé, la Commission de Contrôle des Opérations  Electorales - la désormais très célèbre COCOE - a validé les résultats du scrutin de dimanche.

C’est donc François Copé qui a été élu à la Présidence de l’UMP avec Luc Chatel et Michèle Tabarot qui occuperont respectivement les fonctions de Vice-président et de Secrétaire général.

Comme François Fillon que nous avons soutenu, nous prenons acte de ces résultats. La tâche du nouveau Président de l’UMP ne sera pas facile ; nous lui souhaitons beaucoup de réussite dans ses nouvelles fonctions.

Les résultats de dimanche étant très serrés, la nouvelle équipe dirigeante va devoir rassembler toute notre famille politique, sans exclusion, et avec la réelle volonté d’associer toutes les forces vives de l’UMP et quelles que soient les préférences exprimées dans le cadre de cette élection interne.

Si la droite décomplexée a séduit la majorité de nos adhérents, la droite sociale, humaniste et réaliste  prônée par François Fillon a, elle aussi, rassemblé près de la moitié de nos adhérents.

A partir d’aujourd’hui, il faudra donc tout mettre en œuvre pour que notre famille politique s’enrichisse de ces deux sensibilités. Celles-ci doivent pouvoir cohabiter et se compléter afin de permettre à l’UMP de partir, rassemblé  et renforcé, à la reconquête des territoires.

Ensemble, nous devrons former une opposition crédible et représenter une alternative audible pour les  français.

François Fillon a déclaré hier qu’il ferait connaitre dans les jours qui viennent les formes que prendra pour l’avenir son engagement politique.  Nous attendrons qu’il s’exprime avant de décider comment nous allons nous organiser pour faire vivre notre sensibilité au sein de l’UMP.

Unis, rassemblés et riches de nos sensibilités, soyons cette droite forte et humaniste voulue par nos adhérents !

 

Natacha Bouchart, Sénateur-Maire de Calais
André Flajolet, Conseiller régional, ancien Député
Carole Marien, Conseillère régionale
Michel Petit, Conseiller général
Philippe Rapeneau, Conseiller régional, Président de la Communauté Urbaine d’Arras
Jean-François Rapin, Conseiller régional

 

Daniel Fasquelle : La France a besoin d'une opposition déterminée et constructive !

Publié le par ump62

Les militants ont tranché, Jean-François Copé est notre nouveau président. Certes, le résultat est très serré, mais en démocratie, on est élu dès lors que l'on réunit au moins une voix de plus que la majorité. Nous devons donc tous nous mobiliser autour de notre nouveau président pour faire vivre et grandir l'UMP. Les militants sont aussi partagés. Cette élection a fait apparaître, en effet, deux tempéraments : un Jean-François Copé volontaire et combatif et un François Fillon plus modéré et rassembleur.


Elle a aussi mis en évidence deux lignes politiques entre lesquelles les militants ont eu beaucoup de mal à trancher. Face à la droite décomplexée de Jean-François Copé qui veut traiter des vrais sujets, il existe un courant qui rencontre un écho important chez les militants dans l'esprit du Gaullisme social incarné par François Fillon.


Le message des électeurs est donc clair. S'ils ont choisi Jean-François Copé, ils souhaitent que l'UMP continue de faire vivre les deux sensibilités et les personnalités diverses qui font la richesse de notre mouvement. La responsabilité de Jean-François Copé est donc aujourd'hui de rassembler. Pour bien le connaître, je sais qu'il en a la capacité et la volonté, je lui fais confiance pour maintenant très vite tourner la page et aller de l'avant.


Avec le soutien de tous, il saura, avec Luc Chatel et Michele Tabarot faire de l'UMP à la fois une opposition déterminée et constructive.


La France en a besoin.

 

Daniel Fasquelle

Président de la Fédération UMP du Pas-de-Calais.

 

 

Jean-François Copé : Ensemble, nous allons faire de grandes et belles choses pour l'UMP et pour la France !

Publié le par ump62

 

banniere_jfc_Newsletter.jpg

 

Chère Amie, Cher Ami,


Vous m'avez élu à la tête de l'UMP au terme d'une campagne passionnante qui m'a permis d'aller dans toute la France à votre rencontre. Mes premiers mots sont pour vous, les militants. Après tant de déceptions à la suite de nos défaites électorales, il est heureux que vous soyez à l'honneur. Vous avez été fantastiques. Je veux vous dire ma profonde reconnaissance. Vous vous êtes mobilisés en nombre dans un grand élan démocratique. Je veux vous dire ma conscience aigüe de la responsabilité considérable que vous m'avez confiée.


Cette élection ne me crée aucun droit, aucun. Seulement des devoirs. Et d'abord le devoir impératif d'assurer la cohérence et l'unité de l'UMP. À mes yeux, il n'y a pas deux catégories de militants, ceux qui ont voté pour moi et ceux qui n'ont pas voté pour moi. Il n'y a qu'une seule et grande famille, l'UMP. L'UMP avec toutes ses sensibilités. L'UMP qui va mener le combat pour la France, avec une ardeur renouvelée.


Le choix de ce dimanche, c'est le choix d'une droite décomplexée, fière de ses valeurs, fière de son projet, fière de la France. C'est le choix d'une opposition tonique, qui assume une résistance claire face à la gauche. C'est enfin le choix d'une nouvelle génération pour partir à la reconquête et construire ensemble une France décomplexée.

Je veux bien sûr remercier tous ceux qui m'ont soutenu, tous ceux qui m'ont aidé, tous ceux qui ont prouvé la noblesse du combat politique : ils ont prouvé que rien n'est jamais écrit à l'avance. C'est une leçon que nous devons retenir pour les campagnes à venir.


Je veux dire à François Fillon, et à travers lui à tous ceux qui l'ont soutenu, mon respect, mon estime et ma volonté sincère que nous travaillions ensemble. Ce qui nous rassemble est beaucoup plus important que ce qui nous a distingués durant cette campagne. Nous partageons les mêmes valeurs, nous avons les mêmes objectifs : la grandeur de la France, le bonheur des Français. Je souhaite que François Fillon, avec sa personnalité, avec sa sensibilité, occupe une place éminente dans notre combat. Ce qui est vrai pour lui est vrai pour ceux qui l'ont soutenu. Dans les jours qui viennent, j'associerai tous les talents de notre famille politique aux combats à venir. J'ai besoin de chacun.


Je pense à Nicolas Sarkozy. Nous sommes fiers de lui, fiers de son action au service de la France. Je lui réitère mon engagement de fidélité et celui des militants de l'UMP. Je pense aussi à Jacques Chirac, fondateur de notre parti.
L'UMP est aux côtés des Français qui souffrent du désastre Hollande. Le Peuple de France est inquiet, en mal d'espérance. Nous serons toujours à son écoute. Nous ne tairons pas ses souffrances, et nous lui proposerons des solutions, avec une obsession : qu'elles soient justes et efficaces. Peu importe le politiquement correct.


Nous allons lancer une grande révolution civique, pour incarner la générosité face à la crise.


Nous allons recourir à tous les moyens démocratiques pour empêcher l'irréparable dans les projets de François Hollande.


Nous allons lutter, avec responsabilité mais sans concession, pour gagner la bataille de la compétitivité et de l'emploi en France. Pour restaurer l'autorité, dans la rue, à l'école, dans la famille. Pour faire triompher la République sur le communautarisme. Pour continuer à écrire ensemble la grande aventure de la France au 21ème siècle.


Ensemble, nous allons faire de grandes et belles choses pour l'UMP et pour la France !Vive l'UMP !

 

Vive la République et vive la France !


Jean-François Copé

Président de l'UMP

  

François Fillon : J’ai pris acte des résultats de ce scrutin

Publié le par ump62


Capture-d-ecran-2012-06-29-a-16.00.38-copie

 

J’ai pris acte des résultats de ce scrutin.

 

La vérité m’oblige à dire que j’aurais préféré m’en satisfaire. Tel n’est pas le cas, pour des raisons qui dépassent de loin mon destin personnel. Les méthodes qui s’y sont déployées ne rencontrent de ma part aucune approbation.

 

Mais, au-delà des nombreuses irrégularités de ce scrutin que j’aurais pu contester, ce qui me frappe surtout ce soir, c’est que la fracture qui traverse notre camp politique est désormais manifeste. Cette fracture est à la fois politique et morale. 

 

La réduire et la dépasser, tel est l’objectif que je m’assigne.

 

Je ferai connaitre dans les jours qui viennent les formes que prendra pour l’avenir mon engagement politique.

 

François Fillon

 

Daniel Fasquelle, Président de la Fédération UMP du Pas-de-Calais appelle à une co-présidence de François Fillon et Jean-François Copé

Publié le par ump62

Dans le Pas-de-Calais, le scrutin est beaucoup plus serré que certains les pronostiquait. Entre François Fillon qui l’emporte avec 52,27% sur Jean-François Copé, ce résultat montre qu’il y a au sein de l’UMP, deux sensibilités qu’il faut maintenant rassembler.


Du reste, de nombreux militants ont hésité parfois même jusqu’au moment du vote.

Ce qui peut se comprendre dans la mesure où l’UMP n’a de sens que parce qu’elle réunit à la fois une droite décomplexée pour reprendre les termes de Jean-François Copé et une droite plus modérée à l’image du Gaullisme social incarné par François Fillon.


Personnellement, comme beaucoup de militants, c’est dans la synthèse de ces deux courants que je me sens le plus à l’aise car la droite a parfois pêché à la fois pour ne pas dire assez clairement les choses mais aussi par manque d’écoute à l’égard des difficultés des Français.


L’essentiel reste, qu’au-delà des nuances qui se sont exprimées pendant cette campagne, il n y a pas de réel désaccord sur le fond si l’on regarde bien les propositions des deux candidats.

Le principal enseignement du scrutin de dimanche, c’est en réalité que l’UMP a besoin de ces deux sensibilités et de ces deux personnalités.

Par conséquent, j’appelle pour ma part, ce lundi matin, à une fusion des deux équipes et à une co-présidence de l’UMP de François Fillon et Jean-François Copé pour les trois années qui viennent.

C’est la seule solution qui peut permettre de préserver l’unité et la richesse du mouvement.


Et puisque l’heure est aux calculs, le moment est venu d’additionner les idées et les talents pour s’opposer au pouvoir socialiste et préparer la reconquête.

 

Daniel Fasquelle

Président de l'UMP62

 


 

1 2 3 > >>