Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Important - Vote par procuration : Aucune voix ne doit manquer à nos candidats !

Publié le par ump62

Vous serez absent le 10 et/ou le 17 juin et vous souhaitez voter lors des élections législatives ? C'est possible grâce au vote par procuration !

 

Accéder au site

 

Une fois le formulaire rempli en ligne, vous serez contacté par votre fédération départementale qui vous expliquera la marche à suivre pour pouvoir établir la procuration.

 

visuel.jpg

  ---------------------

 

Mode_emploi_procuration.jpg

 

******************

-18 mars 2012 :

Vous connaissez une personne qui sera absente le 22 avril et/ou le 6 mai ? Aidez la à donner procuration !

 

Qui peut donner procuration ?

 

Toute personne ne pouvant se déplacer ou être présente le jour du vote peut donner procuration à une personne qui votera à sa place.

 

Une simple attestation sur l’honneur suffit pour attester de vos (votre) :

  • Vacances
  • Obligations professionnelles ou formation vous empêchant de vous rendre dans votre bureau de vote le jour du scrutin
  • État de santé, handicap, ou assistance à une personne malade ou infirme
  • Inscription sur les listes électorales d’une autre commune que celle où vous résidez.

À qui donner procuration ?

 

On donne  procuration à la personne de son choix remplissant les conditions suivantes :

  • Être inscrite obligatoirement sur les listes électorales de votre commune (pas forcément le même bureau)
  • Avoir une seule procuration

Où effectuer les démarches ?

 

La personne doit se présenter le plus rapidement possible afin de remplir le formulaire dans l’un des services suivants :

  • Au commissariat de police
  • À la brigade de gendarmerie
  • Au tribunal d’instance

ATTENTION : se munir de d'une pièce d’identité ainsi que des nom, prénom, date de naissance et adresse de la personne à qui il est donné procuration.

 

► Quand effectuer ces démarches ?

 

Il est important d’effectuer ces démarches le plus rapidement possible.

 

En effet, le vote par procuration doit être enregistré par les mairies au plus tard la veille du scrutin. Il faut donc se présenter dans l’un des services cités ci-dessus suffisamment tôt pour que la procuration puisse arriver en mairie.

 

Jean-François Copé : "je n’ai qu’une seule obsession, l’unité de l’UMP pour la victoire de nos idées"

Publié le par ump62

6835419064 0b5cf4ce90 z

 

Après une campagne présidentielle où nous nous sommes engagés à 100% derrière Nicolas Sarkozy et où j’ai pu voir cette formidable mobilisation et cette ferveur sans précédent, je me suis fixé un seul et unique objectif : tout donner pour gagner les législatives. Depuis, j’y consacre toute mon énergie et toutes mes forces en multipliant les déplacements sur le terrain pour soutenir nos candidats. Cette mobilisation totale, nous la devons tous à nos militants qui sur le terrain se donnent chaque jour sans compter.

Ces élections législatives sont cruciales pour l’avenir de notre pays. Elles sont le dernier moyen d’éviter l’irréparable si la gauche l’emportait et concentrait tous les pouvoirs. Nous devons absolument faire barrage à la politique dangereuse et irresponsable de la gauche. Je ne veux pas d’une France qui perde la maîtrise de son destin parce que la gauche n’aura pas eu le courage de réduire la dette. Je ne veux pas d’une France qui perde sa souveraineté parce que la gauche aura anéanti notre industrie nucléaire. Je ne veux pas que la France soit minée par le chômage parce que la gauche n’aura pas fait les réformes indispensables pour restaurer notre compétitivité. Je ne veux pas d’une France socialement déstabilisée par le matraquage fiscal des classes moyennes, par l’anéantissement de la réforme des retraites, par la fragilisation de notre politique familiale, par la préférence pour l’assistanat et l’individualisme plutôt que pour la solidarité et la responsabilité. Je ne veux pas d’une France divisée par le communautarisme et l’insécurité. Ne perdons jamais de vue que ce qui compte, c’est la France !

Cette victoire aux législatives ne pourra s’obtenir qu’à une condition, que chacun d’entre nous ait une seule obsession : l’unité de l’UMP. La division serait mortelle et les militants ne nous pardonneraient pas de vaines querelles de personne. Depuis mon arrivée à la tête de notre mouvement il y a plus d’un an, je n’ai cessé de me poser en garant du rassemblement. Notre parti a la chance d’avoir une richesse extraordinaire, celle de regrouper un large éventail de sensibilités de droite et de centre droit. Voilà pourquoi j’ai toujours eu à cœur que chacun puisse s’exprimer librement au sein de notre parti, que l’on puisse parler de tous les sujets sans tabou, car j’ai la conviction que c’est cette diversité qui fait notre force.

C’est dans cet esprit de rassemblement, que pour mener la campagne des législatives, j’ai proposé un comité stratégique collégial qui regroupe notamment les anciens Premiers ministres, Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé et François Fillon, le Président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer et Christian Jacob, le Président du Groupe UMP à l’Assemblée. Avec l’équipe dirigeante de l’UMP et des personnalités qui incarnent la diversité de notre mouvement, nous nous réunissons toutes les semaines. Dans cette dernière ligne droite, nous sommes tous mobilisés pour remporter ces élections décisives et permettre à l’UMP d’appliquer son projet responsable et ambitieux. C’est un devoir vis-à-vis de nos militants, c’est un exigence vis-à-vis de nos candidats, il en va de l’avenir de notre pays.

 

Ne laissons pas la France à l’homme d’un clan !

Publié le par ump62

Les masques sont tombés : plutôt que d’être le Président de tous les Français, François Hollande a choisi d’être le chef d’un clan. Dans ses discours de campagne, il n’avait cessé de promettre unité, rassemblement, apaisement, respect de l’opposition… tout l’inverse des paroles et des actes symboliques qu’il a posés lors de la passation de pouvoir.

François Hollande a en effet multiplié les gestes d’inélégance et de sectarisme le 15 mai, pour sa première journée en tant que Président de la République. Il n’a pas pris la peine de raccompagner Nicolas Sarkozy à sa voiture ou même d’attendre sur le perron qu’il quitte la cour de l’Elysée. Il a rendu hommage à l’action de tous ses prédécesseurs, sauf Nicolas Sarkozy.
Finalement, lors de cette journée, François Hollande n’a parlé ni des Français, ni de la France, il n’a pas eu un mot pour l’opposition, il s’est contenté de céder, comme durant toute sa campagne, à l’antisarkosysme. C’est la première fois qu’un Président consacre son discours d’investiture à une opération de dénigrement de son prédécesseur ! Pour un jour placé sous le signe de la « réconciliation », c’est un message de défiance envoyé aux 17 millions de Français qui ont choisi Nicolas Sarkozy.

Ce clanisme, François Hollande l’a assumé en n’invitant à déjeuner que des anciens Premiers Ministres socialistes, puis en ne conviant que des anciens ministres socialistes de l’Education nationale lors de l’hommage à Jules Ferry, comme si la République se limitait à la gauche ! François Hollande a montré qu’il est toujours le candidat de la gauche, mais certainement pas encore le Président de la République, le Président de tous les Français. C’est un signal inquiétant.

Quel contraste avec l’attitude de Nicolas Sarkozy qui avait salué, dès le 6 mai au soir, la victoire de François Hollande, qui l’avait associé, dans un élan d’union nationale, aux cérémonies du 8 mai et qui, hier encore, a assuré avec beaucoup de dignité et de respect la transition républicaine.

Pour faire barrage à cette gauche clanique qui semble vouloir s’accaparer le pouvoir et dont le projet politique, mélange de laxisme, d’archaïsme économique et d’irresponsabilité financière, serait une impasse pour la France, j’appelle donc à voter massivement pour les candidats de l’UMP aux élections législatives des 10 et 17 juin prochains.

Il nous reste moins d’un mois avant ces élections cruciales. Je sais que vous avez déjà beaucoup donné durant la campagne présidentielle, mais je vous demande de vous mobiliser encore massivement sur le terrain, en soutien de nos candidats, pour qu’un maximum de nos élus entrent à l’Assemblée nationale et défendent notre vision de la France. Une France qui conserve la maîtrise de son destin en faisant le choix du travail, du mérite, de la générosité, de la responsabilité et de l’autorité.