Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel Petit et Claude Bachelet écrivent à Vincent Peillon

Publié le par ump62

 
Michel Petit et Claude Bachelet ont adressé un courrier à Vincent PEILLON, Ministre de l'Education Nationale, afin de lui faire part des difficultés rencontrées par les élus ruraux dans la mise en oeuvre de la réforme des rythmes scolaires : financement pérenne, recrutement, locaux et transport.
 
Vous trouverez ci-dessous la lettre et l'article de la Voix du Nord relatant cette démarche.
  
 

Pour visionner la lettre de Michel Petit et Claude Bachelet, cliquez ici → LETTRE

 

 

lettre-peilon-jpg.jpg

 

Pour visionner l'article dr presse , cliquez ici → ARTICLE

  

 DOC270213.jpg

      

 

Rappel : soirée-débat sur la crise le 6 mars 2013 à Arras

Publié le par ump62

 

Depuis 2007, la France, l'Europe et le monde font face à une crise financière puis économique sans précédent ; face aux problématiques, différentes politiques ont été mises en place.

 
Afin de vous éclairer sur cette situation, sur ce qui a été fait et ce qu'il reste ou conviendrait de faire, sur les risques encourus sur nos économies, sur les finances publiques, les banques, nos systèmes sociaux, Gauthier Osseland chargé de mission pour la 2ème circoncription vous convie là une soirée débat :

 

le 6 mars 2013 à 20 heures
au foyer Amoureux

Rue du Crinchon à Arras

Avec Thierry Michel
Investment Partners chez BNP Paribas
Adjoint aux Finances d'Elancourt

 

Après l'intervention qui se veut pédagogique, les questions seront les bienvenues.

Merci de confirmer votre présence à  federation.ump62@wanadoo.fr ou au 03 21 16 11 00

 

Sécurité : le laxisme de François Hollande

Publié le par ump62

 Sécurité : le laxisme de François Hollande

 

Garantir la sécurité des français est un devoir pour l'État républicain. Entre 2002 et 2012, les violences étaient en baisse sur 90% du territoire. Depuis l'arrivée de la gauche, la dynamique semble s'être inversée.

Voir la vidéo...

 

 

Argumentaires : amnistie des sanctions activités syndicales, échecs des engagements économiques de F. Hollande et fiscalisation des allocations familiales

Publié le par ump62

Argumentaire - Amnistie des délits et sanctions commis à l'occasion d'activités syndicales ou revendicatives : une loi immorale et dangereuse

Découvrez l'argumentaire « Amnistie des délits et sanctions commis à l'occasion d'activités syndicales ou revendicatives : une loi immorale et dangereuse ». N'hésitez pas à le diffuser à un maximum de personnes.

Découvrez l'argumentaire...

 

article-argu-110x110

 

Argumentaire - 4 engagements économiques de François Hollande : 4 échecs pour la France

Découvrez l'argumentaire « 4 engagements économiques de François Hollande : 4 échecs pour la France ». N'hésitez pas à le diffuser à un maximum de personnes.

Découvrez l'argumentaire...

 

article-argu-110x110

 

Infographie - Non à la fiscalisation des allocations familiales

Découvrez l'infographie « Non à la fiscalisation des allocations familiales ». N'hésitez pas à la diffuser à un maximum de personnes.

Découvrez l'infographie...

 

article-argu-110x110

 

 

 

 

Pierre-Emmanuel Gibson invité de l'émission "La voix est libre" sur France 3

Publié le par ump62

 

Pierre-Emmanuel Gibson était l'invité de l'émission "La voix est libre" sur France 3 le samedi 1er mars 2013.

 

Pour visionner la vidéo, cliquez sur l'image ci-dessous :

 

lvel.jpg

 

 

 

Liens de l’émission : http://pluzz.francetv.fr/videos/la_voix_est_libre_nord_pas_de_calais_,cafe_LVEL_lille_1_130302_984_02032013131346_F3.html

 

Retour en photos sur la réunion militante avec J.-F. Cope le mercredi 27 février 2013

Publié le par ump62

-3 mars 2013 :

 

Retour en photos sur la réunion avec les cadres à 18h30 :

 

8515720770_1bb27fa4c2.jpg

 

8514607685_be5fcdd4ee_z.jpg

 

8515721904_f5ef1205f0_z.jpg

 

8515721428_52551918fb_z.jpg

 

 

8515723250_d038eff68d_z.jpg

 

 8514606989_947b905be9_z.jpg

 

8514609065_b565a03b29_z.jpg

 

8514608341_bf12c04344_z.jpg

 

8515723892_ac1d8e7515_z.jpg

 

 

-1er mars 2013 : retour en photos sur la réunion publique.

  

8515726586_4b93277f95_c.jpg

 

8515727278_989560b086_c.jpg  

8515727682_a7f0929b83_c.jpg

 

8515728454_cbd7428080_c.jpg

 

8515729048_5e5895b3f9_c.jpg

 

8514614169_850eaa60da_c.jpg

 

8514615805_4d7d7f416a_c.jpg

 

8515724912_714f7b2ec5_c.jpg

 

8515725590_21ac3a1979_c.jpg

 

8515724612_7efcbc49e7_c.jpg

 

Crédit photos UMP

.................

Invitation-Jean-Francois-Cope.jpg

 

Dix mois de Présidence Hollande et quatre engagements qui sont quatre échecs cuisants

Publié le par ump62

biographie

 

François Hollande avait personnellement pris quatre engagements devant les Français pour l'année 2013 : obtenir une croissance à 0,8%, ramener les déficits publics à 3% de la richesse nationale, ne plus augmenter les impôts, et « inverser » la courbe du chômage.

Samedi 23 février, au Salon de l'Agriculture, il a été obligé de reconnaître qu'il avait échoué sur tous les points : la croissance ne sera pas de 0,8%, mais de 0,1% ; les déficits publics seront plus proches de 3,7% que de 3% ; les impôts vont « subsidiairement » augmenter ; le chômage s'approchera des 11%. Ce désastre, François Hollande en est directement responsable : en accentuant massivement la pression fiscale (+32 milliards d'impôts), alors que notre taux de prélèvements obligatoires est déjà le plus élevé de l'OCDE, François Hollande a pénalisé le pouvoir d'achat des ménages et paralysé l'activité des entreprises : il a cassé la croissance. Sans croissance, ni les déficits, ni le chômage ne peuvent se réduire.

Ce qui est ahurissant, c'est que François Hollande n'ait pas mesuré les conséquences de sa politique dont tous les experts disaient qu'elle était dangereuse. Sa crédibilité personnelle, et, par extension celle de la France, est très affectée. Ce qui est inquiétant, c'est que François Hollande semble n'avoir tiré aucune leçon de ses échecs. Il est de nouveau prêt à augmenter les impôts. Son ministre du budget a parlé de 6 milliards d'euros de recettes à trouver. Sont évoquées la fiscalisation des allocations familiales et des pensions de retraite, la suppression de la demi-part fiscale pour les parents d'étudiants, une hausse de la TVA sans baisse des charges sociales en contrepartie… Un nouveau matraquage fiscal des classes moyennes ne fera que déprimer encore davantage l'économie, faire reculer la croissance et augmenter le chômage et les déficits.

Il est urgent de mettre un terme à cette insupportable spirale récessive ! C'est pour cela que l'UMP défendra mi-mars une motion de censure contre la politique économique de la gauche. Une autre politique est indispensable dès aujourd'hui. L'avenir n'est pas à la hausse des impôts et de la dépense publique. Nous devons collectivement produire plus et mieux, en mettant les pouvoirs publics au service des entrepreneurs et des travailleurs du secteur marchand qui font la croissance et l'emploi durable. Il faut simplifier radicalement l'environnement réglementaire et fiscal des entreprises, et mettre l'accent sur l'innovation en s'appuyant notamment sur une fiscalité compétitive, qui taxe moins les facteurs de production. Il faut baisser les charges sociales et réformer en profondeur le marché de l'emploi, avec des procédures plus légères et rapides. Parallèlement, il faut protéger les personnes plutôt que les postes : instaurons un contrat de travail unique, concentrons les moyens de la formation professionnelle sur les demandeurs d'emploi et développons l'apprentissage. Enfin, il faut en finir avec les 35h par des négociations entreprise par entreprise. Quant aux fonctionnaires, ils doivent repasser aux 39h.

La compétitivité au service de l'emploi est la seule voie possible pour construire une France dynamique, qui attire les talents et les investissements. Une France de l'innovation, une France prospère et conquérante.

 

Argumentaires : non à la fiscalisation des allocations familiales et le projet de loi sur les élections locales

Publié le par ump62

Argumentaire - Défendons la politique familiale : non à la fiscalisation des allocations familiales

Découvrez l'argumentaire « Défendons la politique familiale : non à la fiscalisation des allocations familiales ». N'hésitez pas à le diffuser à un maximum de personnes.

Découvrez l'argumentaire...

 

article-argu-110x110

 

Argumentaire - Projet de loi sur les élections locales : la gauche prête à tout pour conserver le pouvoir

Découvrez l'argumentaire « Projet de loi sur les élections locales : la gauche prête à tout pour conserver le pouvoir ». N'hésitez pas à le diffuser à un maximum de personnes.

Découvrez l'argumentaire...

 

article-argu-110x110

    

Une journée passée au salon de l'agriculture n'effacera pas 9 mois d'abandon des agriculteurs

Publié le par ump62

edito 320x190

 

François Hollande pense-t-il vraiment que les agriculteurs seront dupes de ses « coups » de communication ? Il a fait savoir sur tous les toits qu'il allait passer plus de « 10 heures » au salon de l'agriculture, ce 23 février 2013. Ce n'est qu'un trompe-l'œil grossier : François Hollande a négligé l'agriculture depuis son élection, son marathon médiatique au salon ne suffira pas à masquer ses échecs en la matière.

Le bilan de François Hollande se résume en effet à deux reculs : réduction de 10% du budget de l'agriculture entre 2012 et 2013 ; baisse de près de 12% du montant de la Politique Agricole Commune (PAC), actée lors du Conseil européen du 8 février dernier. Plus qu'un recul, ce dernier point est un renoncement. François Hollande avait écrit, dans son engagement présidentiel n°6, qu'il « défendrait un budget européen ambitieux pour l'avenir de l'agriculture ». Or, le 5 février 2013, devant le Parlement européen à Strasbourg, il expliquait déjà que « la France n'est pas prête à sacrifier la politique de croissance pour la Pac ».
Jamais un Président français n'avait ainsi capitulé au niveau européen dans la défense de nos intérêts, comme si l'agriculture était à ses yeux une simple variable d'ajustement budgétaire.

Au-delà même de cette approche comptable, le secteur agro-alimentaire souffre, à l'image de toute notre économie, de la politique de François Hollande basée sur la préférence aveugle pour l'impôt. A l'export, notre secteur agro-alimentaire, même s'il a enregistré un remarquable excédent commercial de 11,4 milliards en 2012, a été dépassé par l'Allemagne, qui gagne chaque année de nouvelles parts de marché au détriment de la France. Il faut d'urgence une politique de compétitivité pour l'Agriculture qui se traduise par une baisse du coût du travail, un allègement des contraintes administratives, et un soutien au financement et à l'innovation des PME du secteur. Notre objectif immédiat doit être de refaire de la France la première puissance commerciale agricole d'Europe devant l'Allemagne.

Enfin, on cherche vainement une esquisse de projet pour le monde rural. Jamais il n'a semblé prioritaire pour François Hollande qui semble plus occupé à donner des gages à ses alliés Verts, qu'à s'intéresser aux 11 millions de Français qui vivent en zone rurale. Preuve en est d'ailleurs la loi électorale actuellement en discussion à l'Assemblée nationale. Ce texte prévoit la division par deux du nombre de cantons avec en ligne de mire une volonté manifeste de sous-représenter les campagnes au profit des villes alors que, depuis 1999, la croissance démographique en zone rurale est plus forte qu'en zone urbaine ! Délaisser ainsi les zones rurales pour privilégier les zones urbaines mène à une division absurde et mortifère pour notre pays.

Je refuse ce mépris latent du monde rural et cette absence patente d'ambition pour notre agriculture. L'agriculture est le liant entre notre passé et notre avenir, entre les Français des villes et les Français des champs. Sur elle reposent notre indépendance et notre sécurité alimentaires alors qu'il va falloir augmenter de 70% la production agricole d'ici 2050 pour nourrir 9 milliards d'habitants sur la planète. Plus que jamais elle doit être au cœur de notre stratégie de souveraineté pour la France. Le monde rural n'est pas seulement le magnifique musée à ciel ouvert où se déploient les paysages, les territoires, les cultures qui ont façonné, et façonnent encore, l'identité de la France au fil des siècles. C'est une zone de dynamisme, de croissance et d'innovation au potentiel considérable. La ruralité doit être une priorité : elle mérite mieux qu'un clin d'œil électoraliste passager de François Hollande.