Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Affaire Cahuzac : Daniel Fasquelle demande une commission d'enquête !

Publié le par ump62

Daniel Fasquelle, qui avait posé la question à Jérôme Cahuzac le 5 décembre dernier dans l'Hémicycle, demande une commission d'enquête sur le mensonge de Jérôme Cahuzac dans ce qui apparaît, de plus en plus, comme une affaire d'Etat.

La question qui se pose désormais est de savoir depuis quand Francois Hollande et Jean-Marc Ayrault étaient informés.

Il faut aussi que le parti socialiste prenne ses distances en excluant immédiatement Jérôme Cahuzac.

Alors que le fossé se creuse de plus en plus entre les francais et les institutions qui les représentent, l'affaire Cahuzac est un nouveau mauvais coup porté à la démocratie.

Il est urgent qu'un grand débat s'instaure, comme le réclame l'association des élus pour la démocratie, une association qui demande le retrait immédiat du projet de loi sur le cumul des mandats qui risque d'éloigner encore un peu plus les francais de leurs élus.

 

RAPPEL

 

Mise en examen de Jérôme Cahuzac : voici ce qu'il m'avait répondu le 5 décembre 2012 !
Je viens de réagir, en direct, sur BFM tv à propos de la mise en examen de Jérôme Cahuzac. Pour rappel, voici les questions que je lui avait posées, lors de la séance des questions au Gouvernement du mercredi 5 décembre 2012 :  
  
M. Daniel Fasquelle. Ma question s’adresse à M. Jérôme Cahuzac, ministre du budget. 
Monsieur le ministre, vous voulez faire de la lutte contre la fraude fiscale un axe prioritaire de votre action gouvernementale. Vous avez, dans ce combat, notre plein et entier soutien. Vous êtes aussi pris aujourd’hui dans une polémique depuis les révélations de Mediapart. À juste titre, les Français s’interrogent et vous demandent la plus grande transparence.
Pour dissiper tous les doutes, dans l’intérêt de tous, Pouvez-vous répondre précisément, cet après-midi, aux trois questions suivantes ?
Première question : est-il exact, monsieur le ministre, que vous avez eu un compte non déclaré à l’Union des banques suisses de Genève pendant de longues années ?
 
Deuxième question : est-il exact que vous vous êtes déplacé en Suisse début 2010 et que vous avez clôturé ce compte à la veille de votre élection à la présidence de la commission des finances ?
 
Troisième question : est-il exact que les avoirs ont ensuite été transférés dans un paradis fiscal en Asie ?
Monsieur le ministre, ces accusations sont d’une extrême gravité. Il est essentiel que vous disiez toute la vérité, cet après-midi, devant la représentation nationale et devant les Français.
 
 
M. Jérôme Cahuzac,ministre délégué chargé du budget. Monsieur le député, j’appartiens au gouvernement de Jean-Marc Ayrault, qui a été investi par la représentation nationale. Votre question est donc légitime et il est normal que j’y réponde.
Je démens catégoriquement les allégations figurant sur le site Mediapart. Je n’ai pas, monsieur le député, je n’ai jamais eu de compte à l’étranger, ni maintenant, ni auparavant. Je démens donc ces accusations, et j’ai saisi la justice d’une plainte en diffamation, car ce n’est que devant la justice, hélas, que les accusateurs doivent prouver la réalité des allégations qu’ils avancent.
Et c’est donc devant la justice que je m’expliquerai face à ces contradicteurs, en attendant d’eux des éléments probants qui, à ce jour, font manifestement défaut. Merci, monsieur le député, de m’avoir permis de le dire devant la représentation nationale. 

  

Une continuité entre François Hollande et François Mitterrand : celle des « affaires »…

Publié le par ump62

Franck Allisio, Secrétaire national et Président des Jeunes Actifs, les Trentenaires de l'UMP, se déclare écœuré par les aveux et les mensonges de Jérôme Cahuzac, au nom de toute une génération de militants qui se battent chaque jour sur le terrain pour donner l'image la plus noble de la politique.

Alors que Jean-Marc Ayrault qualifiait de « minable » le choix d'expatriation de Gérard Depardieu, son propre ministre du Budget détenait un compte en banque à l'étranger et pratiquait la fraude fiscale. Jamais le traditionnel écart de la gauche au pouvoir entre ce qu'elle dit et ce qu'elle fait n'a été plus flagrant et choquant.

Les Trentenaires de l'UMP, comme tous les citoyens engagés de droite comme de gauche, se sentent salis et demandent à François Hollande de prendre toutes ses responsabilités et dire toute la vérité afin de faire son devoir : protéger nos institutions et notre démocratie entachés par les agissements d'un homme qu'il a nommé ministre.

 

Argumentaire : l'explosion de la délinquance et François Hollande en rupture avec les français

Publié le par ump62

Argumentaire - L'explosion de la délinquance est le prix du laxisme de la gauche

 

Découvrez l'argumentaire « L'explosion de la délinquance est le prix du laxisme de la gauche ». N'hésitez pas à le diffuser à un maximum de personnes.

 

Découvrez l'argumentaire...

 

article-argu-110x110

 

Argumentaire - François Hollande en rupture avec les Français

 

La gauche avait promis beaucoup de l’émission télévisée de François Hollande le 28 mars 2013 et elle ne va absolument rien changer pour le quotidien des Français.

 

Découvrez l'argumenraire...

 

article-argu-110x110

 

La seule manière d'améliorer le pouvoir d'achat c'est de faire en sorte que l'on puisse travailler plus et travailler mieux. Il n'y a pas de miracle !

Publié le par ump62

 

 

 

« Les Français attendaient une réponse concrète à trois sujets qui sont aujourd'hui leurs angoisses majeures : le chômage, le pouvoir d'achat et l'insécurité. Sur ces trois sujets, non seulement il n'y a pas eu de réponses, mais en réalité il y a toutes les raisons de craindre que la situation ne s'aggrave encore ».
D'un ton particulièrement grave, Jean-François Copé, président de l'UMP, s'est montré particulièrement déçu, vendredi, à l'occasion d'un point presse organisé au siège de l'UMP, des réponses apportées par François Hollande interrogées, la veille sur France 2, sur les mesures qu'il comptait prendre pour rendre compétitif notre pays alors que nous sommes confrontés à une grave crise.

1000 chômeurs de plus par jour depuis 10 mois, baisse pour la première fois depuis 1984 du pouvoir d'achat, PIB en baisse, délinquance en hausse dans toute la France …, les clignotants sont tous au rouge. Pour seules réponses, François Hollande matraque fiscalement les Français, embauche des fonctionnaires, augmente les dépenses publiques. Bien loin des attentes concrètes des Français qui attendent toujours que le président Hollande fixe si ce n'est un cap, du moins une ébauche de perspective.

« Mais comment en est-on arrivé là ? », s'interroge Jean-François Copé. « Parce que François Hollande a menti aux Français durant sa campagne électorale pour se faire élire. Et les Français, de bonne foi », analyse le président de l'UMP, « ont voté pour un homme dont ils pensaient que la politique qu'il allait mettre en œuvre serait efficace alors que nous avions très tôt alerté sur le caractère inefficace, inopérant et artificiel des mesures qu'il préconisait ».

Mais l'élection est passée, François Hollande –qui a toujours nié la crise pendant la campagne présidentielle- a été élu et notre pays est désormais en quasi-récession.

Face à cette situation et « devant la dégradation extrême de la confiance des Français » envers le président de la République et de sa majorité, l'UMP a pour « exigence de montrer aux Français qu'il y a un autre chemin non seulement possible mais indispensable à prendre avec une politique radicalement différente de celle proposée par François Hollande ».
Ce chemin passe, aux yeux de Jean-François Copé, par des déblocages majeurs. Celui du coût du travail avec une baisse minimale de 10% des charges sociales ; celui de la simplification du Code du travail qui garantirait les grands principes (protection des salariés tout en permettant aux entrepreneurs de créer, produire, investir et embaucher en France), la durée du travail étant pour confiée à la négociation au sein des entreprises et des branches ; celui du contrat de travail, Jean-François Copé plaidant pour un contrat unique à durée indéterminée avec des droits progressifs qui protègent les personnes plutôt que les postes ; et enfin celui d'une justice prud'homale qui doit être totalement refondée sur un objectif : tout contentieux doit être réglé en moins de 4 mois.
« Il faut également mettre le paquet sur la formation, revoir les filières d'orientation, reposer clairement la question de l'apprentissage, mot que François Hollande n'a même pas prononcé, c'est vous dire combien il est loin des réalités », pointe le président de l'UMP.

Quant au pouvoir d'achat qui est aujourd'hui une obsession de millions de Français s'interrogeant sur la façon de l'améliorer ou de le préserver au minimum, Jean-François Copé s'est indigné du « regard choquant » que porte François Hollande. « Dire que le pouvoir d'achat des Français allait s'améliorer par le seul fait qu'il avait encadré les loyers et qu'il y aurait une petite baisse du prix du gaz montre combien François Hollande est déconnecté de la réalité que vivent les Français », réprouve Jean-François Copé.

« La seule manière d'améliorer le pouvoir d'achat c'est de faire en sorte que l'on puisse travailler plus et travailler mieux. Il n'y a pas de miracle. Il faut faire de cette question une priorité absolue », souligne Jean-François Copé assurant que l'UMP, par son travail, ses propositions construit un chemin totalement différent, en rupture complète avec la politique de François Hollande et de sa majorité.

 

Le laxisme de la gauche crée un climat d'impunité pour les délinquants

Publié le par ump62

Le gouvernement avait déjà choqué lorsqu'il avait annoncé en mai 2012, la suppression des tribunaux correctionnels pour les mineurs récidivistes de plus de 16 ans poursuivis pour des délits punis d'au moins 3 ans d'emprisonnement. C'était fermer les yeux sur une terrible réalité : l'augmentation de 575% des violences commises par les mineurs depuis 1990 !

Comme l'a annoncé, Christiane Taubira mardi 19 mars, le gouvernement veut malheureusement aller plus loin dans son « œuvre » de destruction de l'arsenal pénal mis en place par Nicolas Sarkozy. Il veut supprimer la rétention de sûreté, qui permet de garder enfermés des criminels condamnés à au moins 15 ans de prison s'ils sont jugés dangereux à l'issue de leur peine. Il y là une incohérence majeure : la gauche défend avec acharnement le principe de précaution dans le domaine de l'écologie, mais refuse de l'appliquer quand il s'agit de protéger la société de la violence de grands criminels. Ensuite, il veut abroger les peines-plancher, qui durcissent systématiquement la sanction pour les récidivistes. Enfin, il veut instaurer un mécanisme de libération conditionnelle automatique pour désengorger les prisons. C'est une seconde incohérence majeure : comment la gauche peut-elle critiquer d'un côté l'automaticité des peines contre les délinquants, mais promouvoir de l'autre l'automaticité des libérations conditionnelles ?

Abroger ces dispositifs c'est prendre un risque grave pour les Français : on ne peut pas renforcer leur sécurité en diminuant les sanctions contre les récidivistes et en favorisant l'inexécution des peines. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si on observe une simultanéité entre la tenue de ce discours laxiste et l'augmentation de la délinquance depuis 10 mois. S'il y a une courbe que le Président Hollande a réussi à inverser, c'est malheureusement celle de l'insécurité. Alors que celle-ci était en repli jusqu'au mois de mai 2012, elle a explosé depuis. Selon l'Observatoire de la délinquance, les escroqueries ont augmenté de 11 points en zone police depuis juillet 2012, les atteintes aux biens de 6 points et les atteintes volontaires à l'intégrité physique de 15 points en zone gendarmerie depuis mai 2012…

Il est de la responsabilité de François Hollande de mettre un terme au démantèlement programmé de notre arsenal pénal et à l'angélisme ambiant de son gouvernement qui créent un climat propice à l'explosion de la délinquance. Loin des rodomontades creuses de Manuel Valls et de l'idéologie de Madame Taubira, les Français, de droite comme de gauche, qui sont victimes de l'insécurité, veulent un retour de l'autorité.

A l'UMP, nous assumons sans complexe une ligne de fermeté avec des propositions fortes. Il faut adapter le nombre de places de prison à notre politique pénale et non l'inverse ! C'est pourquoi nous proposons la construction de plus de 20 000 places de prison afin de garantir l'exécution de toutes les peines. Nous voulons aussi une réforme du code pénal des mineurs qui renforce les sanctions et introduise notamment une obligation de réparation du dommage causé dès 12 ans. La dégradation de la sécurité des Français depuis 10 mois est insupportable, le gouvernement doit dès aujourd'hui changer de cap. La gauche doit enfin comprendre que le laxisme nourrit la délinquance et que la fermeté n'est pas un crime !

 

Retour sur le séminaire des délégués de circonscription du 23 mars 2013

Publié le par ump62

 

8581918247_26a6d578db_z.jpg

 

La France gronde face aux erreurs désastreuses de François Hollande

« Travailler, travailler, travailler, se mobiliser à fond, laisser de côté les états d'âme et ne penser qu'à une seule chose : se mettre au service des Françaises et des Français à l'occasion des municipales de mars 2014. »

Les 350 délégués de circonscription qui ont participé toute la journée de samedi à une journée de travail et de formation sur les municipales 2014 n'ont pas attendu très longtemps pour que Jean-François Copé, président de notre famille politique, leur présente la « feuille de route chargée, passionnante, difficile » qui se présente à eux dans cette année pré-électorale.

Mais avant de rentrer dans le détail de la méthode, Jean-François Copé et l'ensemble des cadres et élus présents ont tenu à manifester leur amitié et leur affection à Nicolas Sarkozy. "L'annonce de sa mise en examen a évidemment provoqué un grand choc pour chacun d'entre nous. Et pour tout dire, je n'en comprends, pour ce qui me concerne, toujours pas les motivations sur le fond», a réagi Jean-François Copé, invitant tous les commentateurs qui s'expriment dans les médias « à prendre du recul ». Mais aussi à ce que l'on « respecte l'un des grands principes du droit français qui s'appelle la présomption d'innocence et qui mériterait sans doute un peu plus de retenue que cet espèce de déchaînement, de passion, tellement typique de l'époque dans laquelle nous vivons ».

Se présentant en « garant de l'esprit de rassemblement » qui anime notre famille, Jean-François Copé a invité chacun des membres de l'UMP à se concentrer dans le travail d'opposition et le devoir de propositions tel que notre famille politique, par la voix de son président, l'a fait lors de la défense de la motion de censure contre le Gouvernement socialiste.

« Soyons d'abord là pour nous occuper des Françaises et des Français », a lancé Jean-François Copé, passant en revue les mauvaises décisions que François Hollande a pris depuis 10 mois qu'il est au pouvoir, animé par une « haine antisarkozyste infantile ». Abrogation des réformes votées par notre ancienne majorité pourtant nécessaires pour moderniser notre pays et augmentation de 32 milliards d'euros des impôts. Toutes les composantes de notre société sont frappées par ce matraquage fiscal organisé.

« Depuis 10 mois qu'il est au pouvoir, François Hollande a pris toutes les mauvaises décisions. Cela a eu pour conséquence première de mettre en un temps record le pays en situation d'impasse. Il est en train de couler le pays », relève Jean-François Copé pour qui les observateurs, depuis Paris, « sous-estiment » l'ampleur du mécontentement. « La France gronde et notre objectif est de faire en sorte que ces mécontents comprennent qu'en votant UMP ils adresseront un gigantesque message à François Hollande qui l'obligera à changer de politique ».

Et pour ce changement de politique, l'UMP construit son projet qui s'articule autour de trois axes forts au niveau national : baisser les impôts et les dépenses publiques ; revoir totalement l'organisation du travail et en particulier « assumer la question des 35 heures » ; « arrêter d'emmerder les Français, pour reprendre une expression chère à Georges Pompidou en combattant les hyper réglementations, les changements de fiscalité permanents, simplifier les normes… »

Quant au niveau local, si chaque commune a ses particularités il n'en demeure pas moins que Jean-François Copé pointe les sujets régaliens qui préoccupent tous les Français, que cela soit l'explosion de la délinquance, les coups de canifs à la laïcité, les messages laxistes envoyés par la ministre de la Justice et aux conséquences désastreuses.

Il détaille également un socle d'engagements que les candidats UMP prendront dans le cadre de ces municipales : maîtrise des impôts locaux au contraire des élus socialistes qui les font exploser dans leurs communes, départements, régions ; mise en place de polices municipales armées et de caméras de vidéosurveillance, « ce que la gauche ne veut jamais faire »…

Et pour amorcer ce travail, notre famille politique a lancé, sous l'animation de Camille Bedin, secrétaire générale adjointe, la « révolution civique ». Déjà, dans une trentaine de départements, des militants viennent apporter une réponse, accompagner leurs concitoyens sur des problématiques touchant à l'emploi, l'accompagnement scolaire, l'accompagnement de projet… Des mains tendues qui montrent le vrai visage de notre parti fraternel et solidaire .

« Nous avons là une feuille de route fantastique. Dans un pays où tout est fait pour incarner la morosité, il nous faut incarner l'espérance. Nous sommes les seuls à pouvoir le faire », remarque Jean-François Copé invitant tous ceux qui le souhaitent à rejoindre nos permanences pour construire le devenir de leur ville.

 

8583012986_1b75f6da35_z.jpg

 

8583011020_2d1f1dc45d_z.jpg

 -----------------

 

 

 

Guide des aides départementales

Publié le par ump62

Les membres du groupe Union@ction.62, groupe d’opposition constructive au sein du Conseil Général du Pas-de-Calais, ont décidé d’élaborer un document retraçant les aides départementales existantes à destination des communes mais également des habitants du Pas-de-Calais.

 

Des aides en faveur du développement de l’hébergement touristique, aux mesures en faveur du sport ou de la culture, en passant par les dispositifs de soutien en matière de développement local, ce document est avant tout un support d’informations contenant le descriptif des mesures départementales.

 

Vous y trouverez le détail des dispositifs, leurs critères d’attribution, mais également les coordonnées des services départementaux dédiés à chaque mesure.

 

Pour consulter ou télécharger le Guide des Aides Départementales 2013, cliquez ci-dessous :

 

 

2442800453.jpg 

 

Argumentaire - 10 mois de François Hollande, 10 mois d'échecs pour la France et les Français

Publié le par ump62

Argumentaire - 10 mois de François Hollande, 10 mois d'échecs pour la France et les Français

François Hollande « demande à être jugé sur les résultats ». Cela fait 10 mois que la situation de la France et des Français se dégrade dans tous les domaines.

Découvrer l'argumentaire...

 

article-argu-110x110

 

 

Vidéo de l'émission "Politiquons" avec Philippe Rapeneau (Weo - le 24 mars 2013)

Publié le par ump62

 

Vidéo de l'émission :

 

---------------

Philippe Rapeneau sera l'invité de l'émission "Politiquons" sur Weo le dimanche 24 mars 2013 à 19h00.

 

DOC190313-19032013094048.jpg