Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Enseignement universitaire en anglais : une grave atteinte à la langue française et à la francophonie !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

J'ai dénoncé avec force une grave atteinte à la langue française et à la francophonie hier soir, en commission des affaires culturelles, dans le cadre de l’examen du projet de loi sur l’enseignement supérieur.
Ce projet de loi prévoit, dans son article 2, d’assouplir considérablement l’obligation d’enseigner en français dans nos universités.
En tant qu'universitaire et Doyen honoraire de la Faculté de droit de Boulogne-sur-mer, c’est pour moi, un recul d’une extrême gravité, une capitulation dont on ne mesure pas encore la portée face à l’impérialisme de l’anglais.
Un recul en terme de souveraineté intellectuelle car c’est la porte ouverte à la constitution d’équipe d’enseignants-chercheurs qui ne parleront et ne penseront plus qu’en anglais.
Quel signal va-t-on envoyer à tous ceux qui apprennent le français pour venir étudier en France ? Comment va-t-on expliquer à des étudiants francophones que l’on va leur proposer des cours en anglais en France ? Comment ne pas craindre un affaiblissement du niveau académique quand on va demander à des enseignants de faire cours dans une autre langue ?
Si les élites continuent à renoncer à défendre le français, le déclin de notre langue sera inéluctable !
Daniel Fasquelle

Jean-Francois Copé : "Une autre politique est indispensable !"

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Hervé Mariton en convient lui-même : après quatre grandes conventions organisées sur les thèmes de la famille, de l'autorité, de la fiscalité, du travail et avant celle, prévue le 30 mai, sur l'Europe, consacrer une convention sur le bilan de la première année du quinquennat de François Hollande semblait aisée tant les Français sont les premiers à pointer et convenir des dysfonctionnements, errements, couacs, erreurs, impasses dans lesquelles le président de la République et le Gouvernement socialiste entrainent la France.

Promesses reniées, mensonges, matraquage fiscal et chômage sans précédent, explosion de la délinquance qui trouve sa source dans le laxisme et la culture de l'excuse, déclin de l'autorité, récession économique… Au bilan factuel désastreux de 12 mois de gouvernement socialiste, Jean-François Copé, président de l'UMP, et une vingtaine de parlementaires et d'anciens ministres parmi lesquels Benoist Apparu, Luc Chatel, Bruno Le Maire, Marie-Anne Montchamp, Valérie Pécresse, Eric Woerth, ont démontré qu'une « autre politique était possible » en détaillant de nombreuses propositions concrètes et opérationnelles.

« Nous sommes la première force politique du pays, un parti de Gouvernement. Si nous devons nous opposer avec la plus grande force à la politique irresponsable et dangereuse de François Hollande, il est de notre devoir de préparer l'alternance et d'élaborer un projet, ce que nous faisons avec nos conventions », explique Jean-François Copé pour qui « deux évènements malheureux » ont symbolisé en une semaine et « de manière cruelle » la première année du quinquennat de François Hollande : les violences urbaines au Trocadéro et l'annonce, par l'Insee, de l'entrée de la France en récession.

Pour le président de l'UMP, les violences inacceptables au Trocadéro sont « le syndrome d'un Etat incapable d'assumer la puissance régalienne qui est celle de protéger les personnes et les biens. Ces véritables émeutes ont piétiné l'autorité de l'Etat et ridiculisé le Gouvernement qui a accumulé depuis une année tous les messages de laxisme ».
Quant à la récession, et malgré les alertes de Nicolas Sarkozy et de l'UMP du danger d'élire à la tête du pays le candidat socialiste porteur d'un « projet irresponsable avec l'omniprésence, au mauvais sens du terme, de l'Etat dans la vie économique de notre pays », Jean-François Copé s'interroge : « comment pouvait-il en être autrement avec le choix d'un matraquage fiscal dont l'ampleur est inédite dans l'histoire économique de notre pays ».

Persuadé qu'il faut adresser impérativement aux Français un message d'espoir, Jean-François Copé et toute la famille politique de l'UMP montrent qu'un « autre chemin est indispensable ». Il nécessite de dire la vérité aux Français. D'assumer que le modèle sur lequel notre pays fonctionne depuis trente ans n'est plus adapté. Qu'il faut enclencher un nouveau mouvement : alléger le poids de l'État dans l'économie et le renforcer dans les fonctions régaliennes pour protéger les Français.
« C'est sur cette base qu'il faut construire un nouveau projet qui donnerait toute sa place à l'innovation, à la modernisation, à l'espérance et qui, en même temps, rappellerait à ceux qui mettent l'idéologie avant l'efficacité qu'on est la cinquième puissance économique du monde », souligne Jean-François Copé. « Et lorsqu'on est à la tête de la cinquième puissance économique du monde, on doit se souvenir que l'on succède dans la démocratie au Général de Gaulle et que l'on a une sorte d'obligation de hauteur et non de diriger, sur une base doctrinale, un projet de parti politique ».

Et pour construire ce projet, Jean-François Copé précise qu'il faut préparer les Français à mener cinq batailles.
Celle de l'économie en assumant l'arrêt immédiat des hausses d'impôts, la libération totale du travail, la baisse des dépenses publiques.
Celle de la réforme du couple Education, école / entreprises « car les élèves ne sont pas les ennemis des entrepreneurs et les entrepreneurs ne sont pas les ennemis de la France ».
Celle des réglementations et notamment de la refondation d'un Code du travail qui devient aujourd'hui « l'ennemi de l'emploi ».
Celle de l'autorité où, comme les violences au Trocadéro l'ont démontré, « tout est à repenser ». Celle, également d'une nouvelle Europe, question vitale pour nos enfants, une « Europe qui protège et une Europe des résultats ».

Des batailles qui commandent un engagement puissant et quotidien de toute la famille UMP heureuse de son unité et convaincue que les Français saisiront l'occasion des prochaines échéances électorales, celles des municipales de mars 2014, « un sévère avertissement » à François Hollande et son gouvernement socialiste qui sont en train de mener une politique complétement désastreuse pour la France et les Français ».

Le triple échec de François Hollande sur ses 3 priorités

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Il y a quelques semaines le chômage a battu des records, nous apprenons aujourd'hui que la France est techniquement en récession car en croissance négative pour le second trimestre consécutif, et que le pouvoir d'achat des Français à historiquement reculé de 0,9% en 2012 alors qu'il avait augmenté de 0,5% et 0,9% en 2011 et 2010.

François Hollande, qui avait fixé comme priorités de son quinquennat la lutte contre le chômage, le pouvoir d'achat et la croissance, se trouve 1an après son élection, en triple échec sur ses priorités.

Ce triple échec relève de la responsabilité exclusive du Président de la République qui a cassé la croissance en augmentant massivement la fiscalité, (plus de 30 milliards en 1 an), multiplié les messages de défiances vis-à-vis des entrepreneurs de notre pays, mis à mal la politique de réduction du train de vie de l'Etat qui avait été mise en œuvre par la précédente majorité.

La baisse historique du pouvoir d'achat des Français trouve son origine dans 2 mesures symboles de la présidence Hollande: l'augmentation massive des impôts et la suppression des heures supplémentaires détaxées qui a touché 9 millions de foyers.

L'ensemble de ces chiffres démontrent, si besoin était, l'urgence d'un changement radical de politique afin que notre pays retrouve de la compétitivité, de l'emploi, de la croissance et du pouvoir d'achat pour ses habitants.

François Fillon : la recession est d'abord un problème français !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

J'étais ce matin l'invité la matinale de l'Opinion. J'ai pu réagir aux chiffres publiés par l'INSEE ce matin qui confirment l'entrée de la France en récession et révèlent une baisse historique du pouvoir d'achat des ménages.

 

La récession est d'abord un problème français. Je mets en garde le gouvernement depuis l'été contre ce risque de récession. Nous sommes sortis d'une crise financière très difficile avec une position français affaiblie en terme de compétitivité. C'est la responsabilité de tous les gouvernements depuis 15 ans. Nous avions engagé avec Nicolas Sarkozy apres la crise un effort pour améliorer la compétivité française en essayant de baisser les charges, d'augmenter la TVA et en prenant des initiatives sur les investissements d'avenir. On peut considérer que ces initiatives étaient tardives et insuffisantes mais elles allaient dans la bonne direction. Le gouvernement de François Hollande à annuler toutes ses réformes et ne les à remplacer par aucune initiative réelle en matière de compétitivité. Ceci explique l'entrée de la France en récession. C'est vrai que c'est dans un contexte européen lui même difficile mais il y a des pays en Europe qui s'en sortent mieux, ce qui montre que la France peut le faire aussi.


Pour que les Français retrouvent du pouvoir d'achat il faut revenir sur l’excès d’augmentation d’impôts. Je ne dis pas qu'il n'était pas nécessaire d'augmenter les impôts, nous l'avons fait nous même parallèlement à une stratégie de baisse de la dépense publique pour réduire  les déficits. Mais il y a des limites à ce qui est supportable. Aujourd'hui  le gouvernement socialiste va se rendre compte qu'une augmentation excessive d’impôts c'est la récession mais aussi des recettes fiscales qui sont très insuffisantes par rapport à ce que le gouvernement attend. La  deuxième chose c'est qu'il faut relancer la production. Le plus important c’est de dire aux Français la vérité. Aujourd'hui il y a beaucoup de peur, de craintes, il y a des problèmes de société préccupants mais derrière tout cela il y a le déclin économique. Le continent européen est sur la pente du déclin et la France qui aurait pu basculer du côté de l'Allemagne et de l'Europe du Nord est plutôt entrain de basculer du coté de l’Espagne ou l'Italie.

Grande manifestation populaire le 26 mai à Paris

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Notre rôle de premier parti d’opposition est de dénoncer, chaque jour, la politique irresponsable de François Hollande et de son gouvernement, qui entraîne notre pays vers la récession et nuit gravement à l’avenir de la France et des Français.

Alors que la priorité des Français est l’emploi, François Hollande a choisi de ne prendre aucune décision courageuse pour sortir notre pays de l’impasse économique et sociale dans laquelle il nous conduit depuis un an. Il préfère masquer son impuissance, son incompétence et son manque d’autorité et de courage en désignant des boucs émissaires ou en faisant voter, de manière précipitée, des lois sur des sujets de société qui divisent profondément la société française.

Depuis des mois, comme de nombreux Français, vous vous êtes mobilisés contre le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe, en participant notamment aux grandes manifestations nationales des 13 janvier et 24 mars derniers.

Une nouvelle grande manifestation populaire est organisée le 26 mai prochain à Paris.

Comme le 13 janvier et le 24 mars, je serai présent à cette manifestation. Je vous invite à nouveau à y participer afin de montrer à ce gouvernement et à sa majorité qui méprisent tous ses opposants, que par-delà l’opposition au mariage et à l’adoption pour les couples de même sexe, c’est l’ensemble de la politique conduite par François Hollande et son gouvernement depuis un an que nous condamnons.

Afin que vos responsables départementaux puissent organiser votre participation à cette manifestation, je vous remercie de contacter votre fédération qui pourra vous communiquer toutes les informations pratiques concernant cette manifestation.

Je compte sur vous !

Avec ma fidèle amitié,

Jean-François Copé
Président de l'UMP

Bilan de François Hollande : la mobilisation continue !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

 

Chère Amie, Cher Ami,

Cette semaine, cela fait maintenant un an que François Hollande préside aux destinées de la France. Un mot nous vient à l'esprit pour qualifier cette première année : l'échec.

J'étais en début de semaine à Nîmes pour dresser le bilan désastreux de la première année de François Hollande et pour tracer les perspectives d'une autre politique que nous devons incarner et proposer aux Français. Vous pouvez retrouver ci-dessous la vidéo de mon discours.

Toute cette semaine, l'UMP a été mobilisée, grâce à chacune et chacun d'entre vous. Je veux vous en remercier. Ce week-end, la mobilisation continue dans chacune de vos fédérations. Mais vous pouvez aussi militer de chez vous avec des vignettes « bilan » à partager sur les réseaux sociaux.

 

DECOUVREZ LA CAMPAGNE


Ensemble, nous allons faire de grandes et belles choses pour l’UMP, et pour la France !

Avec ma fidèle amitié,


Jean-François Copé
Président de l'UMP

Face à l'échec de François Hollande, l'UMP doit incarner l'espérance

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Un an après l'élection de François Hollande, un mot s'impose pour qualifier son bilan : l'échec. En un an, la situation de la France et des Français s'est considérablement dégradée. La gauche est en échec dans tous les domaines.

Echec sur l'emploi d'abord. En mars 2013, il y avait 3,2 millions de chômeurs dans notre pays. Un bien triste record. Echec sur le pouvoir d'achat, qui a reculé pour la première fois depuis 1984 à cause des hausses d'impôts. Echec sur la compétitivité, alors que les marges de nos entreprises sont au plus bas depuis 1985. Echec sur la croissance car, selon le FMI et la Commission européenne, nous serons en récession en 2013.

Echec sur la sécurité pace que la délinquance, notamment en ce qui concerne les atteintes aux biens et les violences aux personnes, explose dans des proportions inédites depuis les années Jospin. Echec sur la cohésion nationale : la France a été déchirée par le projet de loi sur le mariage et d'adoption pour les couples de même sexe. Echec sur l'Europe où le lien de confiance avec l'Allemagne est rompu.

Echec sur l'affirmation de notre souveraineté car François Hollande a fragilisé des secteurs clés de notre indépendance : la maîtrise de la dette, l'agriculture et bien sur la Défense nationale.

Echec personnel enfin car le mode de gouvernance de François Hollande ne fonctionne pas : la France ne peut pas se contenter d'une « boîte à outils » comme seul cap. La France ne peut pas avoir deux personnalités faibles à sa tête. La France ne peut pas avancer avec un gouvernement qui dérive de couac en couac et une majorité qui tire à hue et à dia.

L'UMP ne doit pas s'arrêter à ce constat d'échec. Nous avons le devoir de préparer l'alternance pour proposer un chemin d'espérance aux Français. Une autre politique est non seulement possible, mais nécessaire dans l'intérêt de la France.

Nous avons plusieurs défis à relever. D'abord, il y a le défi de la compétitivité. Nous devons baisser les impôts et alléger les normes et réglementations pour libérer le travail et la croissance. Cela suppose aussi de maîtriser les dépenses. Ensuite, nous devons renforcer l'autorité en ne transigeant jamais sur la laïcité, en punissant plus fermement et systématiquement les délinquants et en appliquant la logique des droits et des devoirs à tous les niveaux. Enfin, il y a une action à mener au niveau européen pour une Europe qui protège avec pour cela une répartition plus claire et plus pragmatique entre ce qui relève des Etats et ce qui relève de l'UE.

La France n'est pas condamnée au déclin. Ensemble, retroussons-nous les manches pour redresser notre pays. J'ai besoin de chacune et de chacun d'entre vous.

Jean-François Copé

Président de l'UMP

Daniel Fasquelle : F. Hollande si peu fier qu'il n'ose pas fêter l'anniversaire de son élections.

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Francois Hollande a accédé à la Présidence de la Republique le 6 mai 2012.

Un an après, il est si peu fier de lui qu'il n'ose même pas fêter cet anniversaire. Et pour cause ! Le rêve francais qu'il nous annonçait a tourné au cauchemar !

Cauchemar économique et social car le chômage explose et le pouvoir d'achat est, historiquement, en baisse ! On devait faire payer les riches, mais ce sont tous les francais qui trinquent quand les plus aisés quittent le pays.

Cauchemar moral avec l'affaire Cahuzac qui a jeté le discrédit sur l'ensemble de la classe politique et avec les tripatouillages electoraux qui les francais ne tarderont pas à découvrir et qui n'ont d'autre but que de rester par tous les moyens au pouvoir.

Cauchemar européen car la France se trouve de plus en plus isolée, Hollande ayant cassé le couple franco-allemand mis en place par de Gaulle. Cauchemar sociétal, enfin, avec la porte ouverte à la gestation pour autrui et la PMA et donc à la violation des droits de la femme et de l'enfant.

Pour mettre fin à ce cauchemar, il faut que Hollande prenne conscience des réalités et qu'il écoute enfin les francais. Député de l'opposition, je continuerai, pour ma part, à dénoncer avec force les méfaits d'une politique qui abîme la France et à laquelle il faut mettre fin au plus vite. 
!

Daniel Fasquelle

Président de l'UMP62