Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Camille Bedin dénonce le suicide forcé des autoentrepeneurs

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Mercredi 12 Juin 201

Camille Bedin, secrétaire générale adjointe de l'UMP, dénonce le suicide forcé des autoentrepeneurs décidé aujourd'hui par le Gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Il s'agit d'une folie, entorse au bon sens et entrave à la compétitivité et à la liberté d'entreprise. Pourquoi empêcher les Français de vouloir créer des richesses ??

Alors que des milliers de "poussins" se sont mobilisés pour défendre le statut d'auto-entrepreneur, qui a permis à plus d'un million de français de travailler et gagner de l'argent, le Gouvernement a décidé aujourd'hui d'ignorer leur inquiétude. Pire, il a décidé de les contraindre à mourir. En obligeant les auto-entrepreneurs réalisant un chiffre d'affaires à passer dans le régime "normal" et en abaissant les seuils de revenus, Sylvia Pinel a fait le choix de généraliser la rigidité et de scléroser encore plus l'économie française.

Par cette annonce, le Gouvernement condamne de nombreux Français qui vivent de revenus limités à ne plus pouvoir gagner d'argent. Dans quel pays vit-on ? Quelle est cette folie qui pousse Gouvernement à dépenser son énergie pour empêcher les gens de travailler et gagner leur vie ? Qui sont ces ministres qui travaillent à limiter le revenu des Français ?

Les choix annoncés ce matin en Conseil des ministres sont une catastrophe pour l'économie française, un désastre pour l'esprit d'entreprise. Ils marquent le triomphe de la frilosité, de la sclérose et de l'idéologie bornée.

X. Bertrand était en déplacement à Arras le 12 juin

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

-13 juin 2013 :

 

A l'invitation de Philippe Rapeneau, Xavier Bertrand a effectué un déplacement à Arras le mercredi 12 juin 2013.
 
Programme chargé pour l'ancien Ministre avec l'inauguration de la parenthèse Ronald Mc Donald au Centre Hospitalier d'Arras, la visite des entreprises Haagen Dazs et Maxei*, une table ronde avec des chefs d'entreprise et un échange avec les militants autour d'un verre de l'amitié.
 
 
X. Bertrand était en déplacement à Arras le 12 juinX. Bertrand était en déplacement à Arras le 12 juin
X. Bertrand était en déplacement à Arras le 12 juinX. Bertrand était en déplacement à Arras le 12 juin
X. Bertrand était en déplacement à Arras le 12 juinX. Bertrand était en déplacement à Arras le 12 juin
X. Bertrand était en déplacement à Arras le 12 juinX. Bertrand était en déplacement à Arras le 12 juin

Argumentaire - Hausse de l'insécurité

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a rendu public le bilan de François Hollande depuis son élection. La délinquance générale a progressé fortement sur un an.

Argumentaire - Relâchement de la lutte contre l'immigration clandestine

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

La lutte contre l’immigration illégale s’est fortement relâchée depuis l’élection de François Hollande. C’est manifestement le fait d’un choix politique...

La famille est notre avenir, pourquoi la fragiliser ?

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Notre politique familiale a fait consensus entre la droite et la gauche pendant des décennies. Voilà qu'aujourd'hui, le gouvernement la remet en cause par petites touches, au risque de pénaliser les familles et de fragiliser notre modèle social.

Raboter le quotient familial, ce n'est pas la réforme courageuse que nous présente le Gouvernement, ce n'est pas une mesure de réduction du déficit – puisqu'en parallèle le gouvernement a annoncé de nouvelles dépenses. Baisser le quotient familial, c'est augmenter l'impôt sur le revenu des familles, alors même que François Hollande avait promis, le 16 mai dernier, de ne plus augmenter la pression fiscale : « l'idéal serait de ne pas augmenter un taux de prélèvements sur les ménages dans l'année 2014 ». Et ce ne sont pas quelques « riches » qui sont concernés mais 1,3 million de ménages appartenant aux classes moyennes.

La hausse du quotient familial va aussi renforcer les injustices dans notre pays. Le quotient familial n'est pas une niche fiscale : c'est un moyen de garantir l'équité devant l'impôt en réduisant les écarts de niveau de vie entre couples sans enfant et couples avec enfants. Il est normal qu'il y ait une solidarité entre personnes qui ont les mêmes revenus, mais pas le même nombre d'enfants. C'est cette solidarité que François Hollande a choisi de mettre à mal. Ce choix est d'autant plus contestable que plus les familles ont d'enfants, plus elles sont pénalisées par le rabot du quotient.

La réduction du quotient, la baisse des avantages sur les emplois à domicile, la modulation en fonction des revenus de la PAJE et du complément de libre choix d'activité, risquent de décourager le travail des femmes. Est-ce vraiment ce que souhaite la gauche qui se dit très engagée sur la question de l'égalité professionnelle ?

Au-delà même de la pénalisation des familles concernées, le gouvernement fait un choix dangereux pour l'économie de notre pays et l'avenir de son modèle social. La priorité n'est pas à la hausse des impôts mais à la baisse des dépenses dans un pays où la pression fiscale est déjà la plus élevée de toute l'OCDE (hors Danemark) ! Recourir encore à l'impôt c'est prendre le risque d'aggraver la récession et le chômage qui frappent notre pays. Pourquoi d'ailleurs toucher à la politique familiale, dont chacun reconnaît le succès, alors qu'il y a tant d'autres domaines où des économies sont indispensables et urgentes : unification des régimes de retraites, fusion des collectivités locales, réduction du nombre de fonctionnaires, hausse du temps de travail ?

Surtout, la fragilisation de notre politique familiale peut entraîner à terme une baisse de notre taux de natalité. Or la vitalité de la France est l'un de ses principaux atouts : si nous avions la même dynamique démographique que l'Allemagne, notre système des retraites serait déjà caduc. Le renouvellement des générations est la clé de voûte de notre modèle social. François Hollande joue donc avec le feu en choisissant le malthusianisme plutôt que le soutien aux familles.

A l'inverse, j'affirme que, dans une France ébranlée par la crise, il faut conforter la famille. La famille est le premier lieu de solidarité et le premier lieu de transmission des valeurs, elle assure la pérennité de la Nation : la soutenir, c'est construire la France de demain.

Francois Fillon : retour sur l'émission "Des paroles et des actes" du 6 juin

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Argumentaire - François Hollande confirme la suppression de 24.000 postes au Ministère de la Défense

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

François Hollande a confirmé vendredi 24 mai devant l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) sa volonté de supprimer 24 000 postes au ministère de la Défense

Jean-François Copé à Londres: « L'Europe n'a de sens que si elle apporte des réponses »

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Quelques jours après la Convention sur l'Europe lors de laquelle il a exhorté les Français à sortir du dialogue franco-français, à s'ouvrir au monde pour mieux en appréhender les enjeux, Jean-François Copé, président de l'UMP, a poursuivi sa tournée européenne et a rencontré mercredi dernier, 5 juin, le Premier ministre du Royaume-Uni, David Cameron.

Les entretiens à Downing Street ont principalement porté sur la nécessité de réformer l'Europe pour gagner en efficacité et retrouver ainsi le soutien des citoyens au projet européen

« Il y a un certain nombre de sujets sur lesquels l'Europe, telle qu'elle fonctionne aujourd'hui, doit faire l'objet d'un aggiornamento », a confié Jean-François Copé jugeant « extrêmement intéressant » le diagnostic établi par son hôte en janvier dernier dans un discours où il invitait l'Union Européenne à une série de réformes.

« L'Europe n'a de sens que si elle apporte des réponses. Quelles réponses pour mieux protéger les citoyens, permettre à nos entreprises de relocaliser les activités, de créer de la croissance, de créer du savoir-faire, de rester dans la compétition mondiale ? », détaille Jean-François Copé qui avait réclamé lors de la Convention UMP « une Europe des résultats ».

L'UMP et le Parti conservateur ont décidé de créer, au plus haut niveau, un groupe de travail commun pour réfléchir à ces questions, à cette « Europe des résultats ». « Nous sommes tombés d'accord sur l'idée de travailler ensemble, UMP et parti Conservateur britannique sur ces questions, a confié Jean-François Copé qui avait déjà évoqué cette question à Cologne, le 31 mai, pour un séminaire réunissant l'UMP et la CDU, le parti de la chancelière Angela Merkel.

A un an des élections européennes, cette réflexion entre partis « de droite et du centre, profondément européens » est pour le président de l'UMP « une bonne manière de répondre à la montée des populismes en Europe ».

Jean-François Copé a ensuite été reçu par William Hague, Ministre des Affaires étrangères. L'entretien a porté sur la question syrienne, sur la situation au Proche-Orient ainsi que sur l'intervention française au Mali.

Avant de repartir, Jean-François Copé a donné une conférence à la London School of Economics (LSE) dont le thème était « La place de la France en Europe, après une année de présidence socialiste ».