Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Congrès de l'UMP du vendredi 28 juin au dimanche 30 juin

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Conformément à la décision du Bureau politique du 12 juin 2013, les adhérents de l’UMP seront appelés à voter du vendredi 28 au dimanche 30 juin.

Deux questions seront posées :

La première porte sur l'approbation de nouveaux Statuts, d'un nouveau Règlement intérieur et de la Charte de la primaire, proposés par la Commission de révision des Statuts, co-présidée par François Fillon et Jean-François Copé.

La seconde porte sur l'approbation de dispositions transitoires qui s'appliqueront si le « oui » l'emporte à la première question :

•Si le « oui » l’emporte, il n'y aura pas de nouvelle élection du président de l'Union en septembre 2013, l'élection des instances locales de l'Union sera reportée au lendemain des élections sénatoriales de 2014 et, jusque-là, les membres élus du Bureau Politique seront renouvelés en tenant compte des sensibilités de l'Union.
•Si le « non » l’emporte, une nouvelle élection du président de l'Union sera organisée en septembre 2013.
Le scrutin est informatisé et les procurations sont interdites. Tous les adhérents à jour de cotisation pour l'année 2012, peuvent voter :

•depuis l'ordinateur de son choix, sans interruption du vendredi 28 juin, 8 heures, au dimanche 30 juin, 18 heures ;
•depuis les ordinateurs mis à disposition dans les bureaux de vote établis par les fédérations départementales UMP, les vendredi 28 juin, samedi 29 juin et dimanche 30 juin, de 8 heures à 18 heures (adresses et horaires d'ouverture sont disponibles sur www.congres-ump.fr). Plus de 200 bureaux seront ouverts dans tous les départements.


La liste électorale est nationale et entièrement informatisée. Chacun peut donc voter où qu'il se trouve, depuis l'ordinateur de son choix ou dans l'un quelconque des bureaux de vote mis en place par les fédérations départementales indépendamment de sa fédération de rattachement.

De nombreux dispositifs anti-fraude sont prévus, et en cas d'usurpation d'identité des poursuites seront engagées. Les réclamations concernant le déroulement du scrutin pourront être adressées à tout moment à l’Autorité de supervision du Congrès, qui les traitera en temps réel.

Anne Levade
Etienne Blanc, Député de l’Ain
Hugues Portelli, Sénateur du Val d’Oise
Autorité de supervision du Congrès

 

 

Congrés national de l'UMP du 28 au 30 juin 2013 : votez !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Congrés national de l'UMP du 28 au 30 juin 2013 : votez !

Argumentaire - Victoire de l'UMP dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Découvrez l'argumentaire « Victoire de l'UMP dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne ». N'hésitez pas à le diffuser à un maximum de personnes. Découvrez l'argumentaire...

Le rapport de la Cour des Comptes dresse un réquisitoire très préoccupant sur l'état des finances de notre pays

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Le rapport de la Cour des Comptes sur « la situation et les perspectives des finances publiques » dresse un réquisitoire très préoccupant sur l’état des finances de notre pays et la politique du gouvernement. Il valide surtout les critiques et les propositions formulées depuis 6 mois par Jean-François Copé et l’ensemble de l’UMP dans le cadre des conventions pour notre projet.

Côté constat, la Cour des Comptes regrette que notre pays n’ait pas respecté ses objectifs en 2012 : les dépenses et le déficit publics ont moins baissé que prévu, et ils n’ont baissé qu’à cause de hausses massives d’impôts. Cela est d’autant plus inacceptable que, dans le même temps les pays européens, pourtant plus rudement frappés par la crise, ont réussi à mieux maîtriser leurs finances en augmentant moins les impôts.


Sur l’année 2013, la Cour des Comptes rejoint les critiques émises par les parlementaires de l’UMP, sous la conduite de Gilles Carrez, ce 25 juin. En clair la prévision de croissance du gouvernement pour 2013 est surévaluée de même que les recettes espérées. La Cour prévoit ainsi que le déficit public sera supérieur aux 3,7% annoncés dans le Programme de stabilité transmis à la Commission européenne. Elle anticipe un déficit proche de 4%, à cause de 0,3% de PIB de recettes en moins et des dépenses mal maîtrisées. Il y aura donc bien un dérapage de nos comptes de près d’1 point de PIB, soit 20 milliards d’euros, au regard des 3% de déficit initialement affichés par François Hollande pour 2013. Quand Gilles Carrez a fait cette affirmation, Pierre Moscovici a estimé qu’il était un menteur… Maintenant que la Cour des Comptes conforte ce que l’UMP affirmait, le Ministre des Finances dit-il aussi que Didier Migaud est un menteur ?

Côté prévisions pour la période 2014-2017, la Cour des Comptes tire aussi le signal d’alarme craignant que nos objectifs budgétaires ne soient pas tenus à cause d’hypothèses de croissance du PIB et des recettes trop favorables, ainsi que de programmes d’économie « hypothétiques ». La France serait ainsi un de plus mauvais élèves de l’Union européenne. La Cour appelle à corriger le tir très vite. C’est ce que demandaient instamment les parlementaires de l’opposition. Mais le gouvernement leur a adressé une méprisante fin de non-recevoir.

Côté réformes, la Cour propose de prendre en compte des pistes que nous avions déjà explorées dans nos propositions, comme le relèvement de l’âge de départ à la retraite, ou la réduction du nombre de fonctionnaires ainsi que l’allongement de leur durée de travail. Ironie du sort, ces recommandations interviennent le lendemain de l’annonce de Vincent Peillon de créer 10 000 contrats aidés dans l’Education nationale…

Le gouvernement doit entendre la voix de la raison. A défaut d’écouter l’opposition, qu’il entende la Cour des Comptes. Si nous ne changeons pas immédiatement de politique, la situation de notre pays peut encore dangereusement s’aggraver. L’heure n’est plus aux hausses d’impôts et de dépenses. Il faut en urgence baisser réellement le niveau des dépenses publiques afin de réduire durablement la dette, desserrer l’étau des marchés financiers, et de baisser les impôts pour donner de l’air aux Français et relancer la croissance.
 

Hervé Mariton
Délégué général en charge du projet de l'UMP

Réussite : « il faut remettre un souffle de liberté ! »

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Mercredi 26 juin, une dizaine d'entrepreneurs, de tous métiers, de tous parcours, sont venus témoigner de leur réussite, de leurs combats pour y arriver, mais aussi de leurs doutes et difficultés. Surtout, ils ont partagé leur inébranlable foi dans l'avenir.

Lire la suite...

Comment voter lors du scrutin des 28, 29 et 30 juin 2013

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Madame, Monsieur,

Le scrutin qui va se dérouler lors du Congrès extraordinaire des 28, 29 et 30 juin 2013 engage l'avenir de l'UMP. Votre participation y sera déterminante.

LES ENJEUX DU SCRUTIN

Il vous sera demandé de répondre à deux questions.

La première question porte sur l'approbation de nouveaux Statuts, d'un nouveau Règlement intérieur et de la Charte de la primaire proposés par la Commission de révision des Statuts, co-présidée par François Fillon et Jean-François Copé.

- Si vous répondez « oui », ces trois textes deviendront les nouveaux textes fondateurs de l'UMP.

- Si vous répondez « non », ces textes seront refusés et les anciens Statuts et Règlement intérieur continueront à s'appliquer.

La seconde question porte sur l'approbation de dispositions transitoires qui s'appliqueront si le « oui » l'emporte à la première question.

- Si vous répondez « oui », il n'y aura pas de nouvelle élection du président de l'UMP en septembre 2013, l'élection des instances locales de l'Union sera reportée au lendemain des élections sénatoriales de 2014 et, jusque là, les membres élus du Bureau Politique seront renouvelés en tenant compte des sensibilités de l'UMP.

- Si vous répondez « non », une nouvelle élection du président de l'UMP sera organisée en septembre 2013.

LE DÉROULEMENT DU SCRUTIN

Le scrutin est informatisé et les procurations sont interdites.

Chacun d'entre vous, s'il est à jour de cotisation pour l'année 2012, peut voter :

- depuis l'ordinateur de son choix, sans interruption du vendredi 28 juin, 8 heures, au dimanche 30 juin, 18 heures ;

ou

- depuis les ordinateurs mis à disposition dans les bureaux de vote établis par les fédérations départementales, les vendredi 28 juin, samedi 29 juin et dimanche 30 juin, de 8 heures à 18 heures (adresses et horaires d'ouverture sont disponibles sur www.congres-ump.fr).

La liste électorale est nationale et entièrement informatisée. Chacun d'entre vous peut donc voter où qu'il se trouve, depuis l'ordinateur de son choix ou dans l'un quelconque des bureaux de vote mis en place par les fédérations départementales indépendamment de sa fédération de rattachement.

La procédure est entièrement informatisée et il ne sera donc procédé à aucun émargement papier par les électeurs, l'émargement numérique se faisant en même temps que la validation définitive du vote.

Toutefois, afin d'assurer la régularité du scrutin, il vous sera demandé si vous votez dans l'un des bureaux de vote mis en place par les fédérations de présenter une pièce d'identité (carte d'identité, passeport, permis de conduire) qui sera photocopiée une fois que vous aurez voté.

Comment voter ?

Chacun d'entre vous, s'il est à jour de cotisation au 31 décembre 2012, pourra se connecter au système de vote au moyen de trois identifiants :

- son nom ;

- son prénom ;

- son numéro d'adhérent.

En cas de perte du numéro d'adhérent, une procédure informatisée sera mise en place sur le site dédié au vote accessible depuis www.congres-ump.fr pour vous permettre d'obtenir votre numéro d'adhérent par envoi d'un e-mail puis, le cas échéant, d'un SMS.

En cas d'échec de cette procédure, vous pourrez demander à ce que ce numéro vous soit communiqué par votre fédération de rattachement ou, à défaut, par une demande au siège national de l'UMP.

Après authentification, vous pourrez répondre à chacune des questions.

Un mail de confirmation vous sera adressé une fois la procédure de vote achevée.

Le vote est strictement personnel. De nombreux dispositifs anti-fraude sont prévus, et en cas d'usurpation d'identité des poursuites seront engagées.

Comment formuler une réclamation auprès de l'Autorité de supervision du Congrès ?

Vous pourrez formuler une réclamation concernant le déroulement du scrutin en remplissant un formulaire disponible sur chacune des pages du site dédié au vote accessible depuis www.congres-ump.fr.

Toute réclamation sera traitée en temps réel par l'Autorité de supervision du Congrès et pourra donner lieu à toute vérification qu'elle jugera nécessaire, y compris le cas échéant sur place et sur pièce.

L'Autorité de supervision du Congrès a à cœur que ce Congrès extraordinaire soit un succès et mettra tout en œuvre à cette fin.

Avec mes sentiments les meilleurs,

Anne Levade
Autorité de supervision du Congrès

Congrès décentralisé des 28, 29 et 30 juin 2013 : bureaux de vote dans le Pas de Calais

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Congrès décentralisé des 28, 29 et 30 juin 2013 : bureaux de vote dans le Pas de Calais
Congrès décentralisé des 28, 29 et 30 juin 2013 : bureaux de vote dans le Pas de Calais

Décès de Jean-Robert Salommez

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

-24 juin 2013 :

 

C'est avec une immense peine que je vous fais part du décès de notre ami et compagnon Jean Robert Salommez. Il nous a quitté ce vendredi 21 juin...

 

Son corps repose au salon funéraire 23 quai du Commerce à Saint Omer qui est ouvert de 9 heures à 18 heures 30.

 

Vous pouvez aussi laisser vos condoléances et témoignages sur le site : www.avis-de-deces.net

 

Ses obsèques se dérouleront ce mercredi 26 juin à 14h30 en la cathédrale de Saint Omer.

 

Frédéric Sablon

Délégué de la 8ème circonscription

 

-21 juin 2013 :

Joël DARRE vient de nous annoncer le décès de Jean-Robert Salommez, un visage bien connu des militants.

Au GP depuis 12 ans, "Fidèle et toujours serviable, c'est une figure de notre équipe qui disparait !" commente avec tristesse Joël DARRE.

L'UMP62 adresse ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Jean-Robert.
 

Décès de Jean-Robert SalommezDécès de Jean-Robert Salommez

Villeneuve-sur-Lot : la « victoire remarquable » de Jean-Louis Costes

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Sauvons nos restaurants !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

 Sauvons nos restaurants.com !

Aujourd'hui l'appellation de « restaurant » n'est pas réglementée. N’importe quel établissement peut donc utiliser ce nom, qu'il prépare à manger sur place ou non. De nos jours, on ne fait donc pas nécessairement la cuisine dans un restaurant….

Cette absence de réglementation est anormale. Elle ne permet pas au consommateur d'être correctement informé. Elle place sur un pied d'égalité celui qui fait l'effort de cuisiner ses plats et celui qui se contente de faire appel à l'industrie agro-alimentaire, instituant de plus une forme de concurrence déloyale.

Si on ne réagit ce sont de nombreux emplois qui seront progressivement détruits car dans nos cuisines, il n'y aura bientôt que des micro-ondes !

Il y aussi un vrai risque de banalisation de la restauration française alors que 40 % des touristes étrangers disent venir en France pour notre gastronomie.

Daniel Fasquelle, député du Pas-de-Calais et maire du Touquet-Paris-Plage a donc déposé un amendement dans le cadre du projet de loi consommation en discussion la semaine prochaine à l'Assemblée nationale.

Cet amendement s'inspire de ce qui a été fait pour la boulangerie puisque seuls ceux qui pétrissent le pain sur place peuvent bénéficier de cette appellation.

Le site : http://sauvonsnosrestaurants.com/ présente cet amendement qui réserve l’appellation de « restaurateur » et l’enseigne de « restaurant » à ceux qui proposent à leur clientèle des plats cuisinés sur place à base de produits bruts. Le député-maire appelle ainsi le grand public à soutenir son initiative.

Chacun doit pouvoir en effet contribuer à sauver notre gastronomie française et les emplois qui y sont attachés.