Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La gesticulation et la surenchère, preuves d'impuissance d'un PS aux abois

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Après le déplacement de Manuel VALLS à Forbach et les propos de Thierry MANDON qualifiant le Front national de parti « national-fasciste », je dénonce les gesticulations du Ministre de l’Intérieur et la surenchère verbale à laquelle les socialistes se livrent.
En tant que vice-président de la Commission des affaires économiques, j'y vois là la preuve de l’impuissance du pouvoir en place à régler les vrais problèmes des Français qui attendent des mesures concrètes et une nouvelle politique économique, sociale et en matière de sécurité.
Après les résultats de dimanche dernier, le Parti socialiste est plus que jamais aux abois et fait surtout fausse route car, pour lutter contre les extrêmes, il faut des résultats concrets dans les domaines de l’emploi, du pouvoir d’achat et de la sécurité.
Malheureusement, jamais le décalage n’a été aussi grand entre des discours qui deviennent incantatoires et outranciers et les actes !
 
Daniel Fasquelle

Affaiblir notre défense nationale, c’est renoncer à une certaine idée de la France

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

La décision de François Hollande de supprimer près de 24 000 postes dans l’armée me préoccupe pour la France. Bien sûr, la défense doit participer comme chacun à l’effort de maîtrise de nos dépenses publiques, ce qu’elle a d’ailleurs largement fait ces dernières années. Mais la défense ne doit pas payer seule pour tous les autres.

D’un côté, François Hollande prévoit le recrutement de 60 000 professeurs sur 5 ans, alors que la Cour des comptes a démontré que « le ministère de l’Education nationale ne souffre pas d’un nombre trop faible d’enseignants, mais d’une utilisation défaillante des moyens existants.» De l’autre, pour l’année 2014, la défense assumera 60% des baisses d’effectifs alors que le Président de la République avait promis le 30 janvier dernier que : « la défense ne participera ni plus ni moins que les autres secteurs » à l’effort « de rigueur budgétaire ». Le choix est clair pour la gauche : la défense nationale est une simple variable d’ajustement budgétaire qui permet de financer ses dépenses idéologiques.

Ce choix stratégique à courte vue est lourd de conséquences dans un monde où les menaces s’accroissent. Ce n’est pas parce que l’Europe vit en paix que tous les risques géostratégiques ont disparu et qu’il faut baisser la garde !

C’est un motif réel d’inquiétude quant aux capacités de notre armée à mener les missions qui lui sont confiées. Notre pays est face à un risque de déclassement stratégique car tandis que nous désertons le champ de la défense nationale, la Russie, la Chine, les pays émergents investissent massivement dans leurs armées. La France pourra-t-elle encore intervenir comme elle l’a fait brillamment en Libye, au Mali, en Côte d’Ivoire ou en Afghanistan ? La France pourra-t-elle conserver son siège de membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU ? La France pourra-t-elle peser dans le monde sans une armée puissante ? Faire le choix d’affaiblir notre défense, c’est renoncer en partie à la politique de souveraineté et de grandeur voulue par le général de Gaulle.

Je m’inquiète aussi de la volonté du gouvernement de déposséder les militaires de leurs prérogatives traditionnelles en matière de gestion des personnels. Cela traduit une forme de défiance insupportable envers eux. Aujourd’hui, j’ai une pensée pour tous nos soldats qui servent la France au risque de leur sang, sans jamais se plaindre. Leur professionnalisme, leur dévouement, leur honneur méritent une autre reconnaissance.

Je n’oublie pas non plus ni le secteur industriel de la défense, qui est un fleuron de notre économie, ni les territoires, qui sont fragilisés par les décisions du gouvernement.

François Hollande peut encore changer de cap. Je l’appelle à reconsidérer l’orientation qu’il veut donner à notre défense nationale. Je ne me résoudrai jamais à ce que certains choix stratégiques entraînent la France sur le chemin du déclin et fassent de notre pays une puissance moyenne qui renoncerait à sa vocation universelle.

Jean-François Copé

Président de l'UMP

Rappel - Réunion publique avec Guillaume Peltier le 10 octobre 2013 à Calais

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

REUNION PUBLIQUE

avec

GuillaumePELTIER

Vice-président de l'UMP

Le jeudi 10 octobre 2013 à 19h00*

Salle du Minck - Place du Minck

62100 Calais

 

* : et non 18h00 comme initialement annoncé

Flash-Info62 n° 7 (octobre 2013)

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Education : autonomie, efficacité, responsabilité, le credo de l'UMP (complété)

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

15 septembre 2013 :

Depuis le début de l'année, notre famille politique travaille à un projet politique alternatif qu'elle construit dans le cadre des Etats généraux de la reconquête.

La fiscalité, l'autorité, le travail, la réussite, l'Europe ont déjà fait l'objet de conventions spécifiques et ont permis, grâce à une démarche participative avec les militants, les membres du bureau politique, les parlementaires et notre site internet –plus de 50 000 contributions à ce jour – de mettre en avant des propositions innovantes.

« Dans notre société, nombre de choses considérables ont déjà pour partie changé depuis cinq ans, c'est pourquoi il faut revoir de fond en comble le projet de notre famille politique » , estime Jean-François Copé qui assume, en qualité de président de l'UMP « une rénovation profonde de programme qu'il convient de faire sans tabou, sans langue de bois, sans crainte de déranger le politiquement correct ».

Et s'il y a un sujet sur lequel « le politiquement correct est le plus puissant », c'est bien celui de l'éducation à qui l'UMP consacrait sa convention de jeudi dernier qui a permis de mettre sur la table des propositions « décapantes et innovantes » et de mettre en avant un besoin de liberté, cette nécessité de «libérer l'école pour libérer et épanouir les talents».

Ce mot liberté correspond à une « intuition profonde » de Jean-François Copé : « au bout de cinq années de pouvoir socialiste, les Français vont aspirer à la liberté. La liberté de se libérer du poids des impôts, taxes, réglementations qui étouffent la France, la liberté d'entreprendre, de réussir, d'échouer, d'aller et venir en toute sécurité, de dire ce qu'on pense. La liberté sera au cœur de notre projet de demain », assure Jean-François Copé pour qui « la clé de la réforme en matière d'éducation, c'est la confiance accordée aux acteurs de terrain, celle de libérer l'école, de responsabiliser les chefs d'établissements et les enseignants pour le bénéfice des élèves ».

L'occasion de critiquer « la folie dépensière des socialistes » qui vont recruter 60 000 personnes supplémentaires dans l'Education nationale, la récente réforme des rythmes scolaires « imposée dans la douleur » aux familles et aux collectivités locales qui ne seront pas en mesure d'assurer le financement mais également la charte de la laïcité épinglée également par les militants présents qui se sont étonnés qu'elle émane de ceux-là même qui n'ont pas voté la loi contre le port de la burqa et qui ont également injurié notre famille politique lorsqu'elle voulait débattre de la laïcité !

A une gauche qui, au nom d'une vision ultra-égalitariste, refuse l'excellence et le mérite, choisit le nivellement par le bas et ignore les besoins spécifiques de chacun, l'UMP propose un vrai chemin d'éducation pour nos enfants sur la base de trois principes énoncés par Hervé Mariton, délégué général au projet : autonomie « pour sortir d'un système embolisé », efficacité « car il y a tant de moyens si mal employés » et responsabilité « en faisant confiance aux acteurs de terrain que sont le chefs d'établissements, les enseignants et les parents ».

Avant d'engager les débats avec les militants présents au siège ainsi qu'avec les parlementaires et maires de villes qui ont engagé des actions novatrices en matière d'accompagnement éducatif, avec les représentants syndicaux, les représentants de parents d'élèves et d'établissements scolaires publics et privés, Hervé Mariton a présenté les 36 premières propositions de l'UMP en matière d'éducation : autonomie des établissements scolaires que ce soit pour la gestion de l'équipe enseignante, du budgets mais aussi de la pédagogie ; suppression du collège unique « pour une grande personnalisation des parcours » ; réorganisation de l'enseignement en cycles et des classes en groupes de niveau pour personnaliser les enseignements, suppression de la carte scolaire, mise en place d'une véritable évaluation des enseignants par les chefs d'établissements, intensification de la formation initiale et continue des enseignants aux nouvelles pratiques pédagogiques , évolution des obligations de service et du temps de présence des enseignants dans l'établissement pour accompagner les élèves, accueillir les parents, ce qui induit une revalorisation de leur métier et de leur salaire...

Réunion des cadres de l'UMP le Samedi 5 octobre 2013 à Paris

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Afin de les associer pleinement à l’organisation des prochaines actions de l’UMP et d’évoquer avec eux le rôle déterminant de chacun dans la préparation des prochaines échéances notamment les élections municipales, Jean-François Copé a souhaité inviter tous les cadres de l'UMP à une réunion des cadres qui se tiendra avec l’ensemble de l’équipe dirigeante de l’UMP :

 

Samedi 5 octobre 2013
de 10h00 à 16h00
(accueil café dès 9h00)

Siège national de l’UMP
238 Rue de Vaugirard
75015 PARIS
(métro : ligne 12, Station VAUGIRARD)

 

Si vous avez reçu une invitation et pour que vosu soyez accueillis dans les meilleures conditions, pensez à  vous inscrire dès maintenant auprès de la Direction des Fédérations en appelant le 01 40 76 62 52 ou 01 40 76 60 96 ou par e-mail à ccirode@u-m-p.org.

Argumentaire - Education : Il faut reporter la réforme des rythmes scolaires

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

  • La réforme des rythmes scolaires n'est pas financée : les communes vont devoir augmenter les impôts pour faire face et ce sont les Français qui vont payer !
     
  • Elle est mal préparée : les parents, les enfants et les enseignants sont déroutés ! Les activités périscolaires ont un intérêt pédagogique et une qualité qui varient en fonction des communes, ce qui risque de renforcer les inégalités.
     
  • L'UMP demande le report de la réforme des rythmes scolaires tant que son financement et son application efficace ne sont pas garantis.

Tract - Stop à la réforme des rythmes scolaires !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Tract - Stop à la réforme des rythmes scolaires !
Tract - Stop à la réforme des rythmes scolaires !

--------