Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Inauguration de la permanence de Sophie Gauthy à Lens...

Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014
Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014
Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014

Réunion publique à Béthune...

Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014
Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014
Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014
Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014

------------------------------------

 

Jean-François Copé, Président de l’UMP, se rendra dans le Pas-de-Calais le lundi 03 février 2014.

Programme :

16h05 Inauguration de la permanence de Sophie Gauthy, tête de liste UMP à Lens 19 avenue du 04 septembre, Lens


17h15 Visite de l’usine TOLARTOIS 186 avenue de la ferme du Roy, Béthune


18h15 Point Presse Pub The Kerry Yob, 41 Grand place, Béthune


19h10 Réunion publique en présence de Pierre-Emmanuel Gibson, tête de liste UMP à Béthune Salle Olof Palme, Centre commercial Auchan, Avenue de Bruay, Béthune

Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014
Retour sur déplacement de Jean-François Copé à Lens et Béthune le 3 février 2014

Conseil régional : Philippe Rapeneau intervient pour le RC Lens

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Le Conseil régional Nord-Pas de Calais était réuni en Commission permanente le lundi 3 février 2014.

Au début de la séance, Philippe Rapeneau, Président du groupe de l’Opposition régionale, est intervenu pour évoquer les difficultés du RC Lens qui est à la recherche d’un stade pour l’accueillir pendant les travaux de rénovation du stade Bollaert.

Lens fait partie des neuf villes retenues pour accueillir l’Euro 2016 au côté de Paris, Saint-Denis, Lille, Lyon, Marseille, Bordeaux, Nice et Nancy.

Après bien des difficultés, les travaux d’agrandissement et de rénovation du stade Bollaert vont pouvoir démarrer pour une durée de 18 mois et c’est une chance pour le stade Bollaert, une chance pour Lens et une chance pour tout le territoire !

Pendant la durée des travaux, l’équipe de Lens ne pouvant  utiliser la pelouse du stade Bollaert, le RC Lens doit trouver un ou plusieurs stades pour accueillir ses matchs joués « à domicile ».

Au titre de la solidarité régionale, nous aurions pu penser que l’accueil du RC Lens, dans l'un des grands stades de la région, n’aurait été qu’une formalité. Or, c’est loin d’être le cas… A Lille tout particulièrement où le Président du LOSC, Michel Seydoux, semble vouloir faire jouer son droit de véto en invoquant des impossibilités techniques, l’état de la pelouse du stade Pierre Mauroy… ou des problèmes de sécurité.

Ce véto de Michel Seydoux est une douche froide pour les joueurs du RC Lens, pour ses dirigeants et pour les quelques 28 000 spectateurs qui fréquentent le stade Bollaert très régulièrement.

En ce qui concerne la sécurité, Philippe Rapeneau a relativisé cet argument en rappelant que le Grand Stade a été en capacité d'accueillir un match Lille-PSG pendant un week-end de la braderie de Lille.

Le Président du groupe de l’Opposition régionale a aussi rappelé que le Conseil régional a participé à hauteur de 45 millions d’Euros dans la construction de Stade Pierre Mauroy qui  accueille aujourd’hui le LOSC et qu’il serait grand temps que l’institution régionale invite chacun à faire preuve de solidarité régionale.

Suite à l’intervention de Philippe Rapeneau, Daniel Percheron a fait valider par la Commission permanente, le principe d’une intervention auprès de Président Seydoux afin que le Stade Pierre Mauroy puisse accueillir « 4, 5 ou 6 matchs du RC Lens ». Une démarche qu’il espère voir aboutir favorablement…

Valls-Vaillant : même combat !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

La France a compté de grands Ministres de l'Intérieur, y compris à gauche. Pour ne citer que quelques-uns d'entre eux, la France s'honore d'avoir eu Gambetta, Waldeck-Rousseau, Clémenceau… Manuel Valls rêve à haute voix d'inscrire son nom dans cette lignée. Peine perdue ! Ses résultats et sa méthode le rapprochent plus de Daniel Vaillant, Ministre de l'Intérieur de Lionel Jospin. N'est pas Clémenceau qui veut.

Proche par la méthode car Daniel Vaillant incarnait il y a 12 ans le déni comme Manuel Valls incarne aujourd'hui l'irresponsabilité. Daniel Vaillant déclarait « qu'il peut y avoir un sentiment d'insécurité qui dépasse l'insécurité réelle ». Manuel Valls affirmait la semaine dernière que « les résultats sont bien là » sur le front de l'insécurité, alors que les cambriolages et les atteintes aux personnes progressent fortement. Il explique aujourd'hui qu'il paye sur l'immigration « le bilan très mauvais » de ses prédécesseurs. Faut-il lui rappeler que cela fait 20 mois qu'il est en poste ? Il doit aujourd'hui assumer pleinement son échec plutôt que de chercher des excuses.

Mais, en cela Manuel Valls est cohérent avec une communication gouvernementale lunaire : le chômage augmente, c'est la faute de Nicolas Sarkozy. L'insécurité explose, c'est la faute de l'héritage. Les déficits dérapent, c'est la faute de l'UMP. Des enfants boycottent l'école, c'est la faute de la droite. Les nominations de complaisance se multiplient, c'est la faute « à pas de chance »… A l'entendre, la gauche n'a rien fait, rien promis, n'est responsable de rien, n'a de comptes à rendre à personne. A l'écouter, on croirait qu'elle est dans l'opposition et non dans la majorité.

Manuel Valls s'approche aussi malheureusement par les résultats de Daniel Vaillant. Sous Lionel Jospin, entre 1997 et 2002, la délinquance avait explosé de 17,7% et les violences aux personnes de 70%. Pour Manuel Valls, aucune circonvolution sémantique, aucune contorsion statistique ne peut masquer la vérité : le bilan est exécrable pour la sécurité (1021 cambriolages par jour en 2013) comme pour l'immigration. Les expulsions de clandestins baissent de 25%. Les régularisations augmentent de 27% et les naturalisations progressent de 14%. Les vannes de l'immigration sont grandes ouvertes : aujourd'hui les clandestins ont toutes les chances d'échapper aux expulsions, puis d'être régularisés et enfin naturalisés. Tout cela n'est pas le fruit du hasard, mais bien la conséquence directe des choix de Manuel Valls qui a notamment assoupli les critères de régularisation, bradé la naturalisation et déserté le champ de la lutte contre l'immigration irrégulière. Manuel Valls est bien le pire Ministre de l'Intérieur depuis Daniel Vaillant.

Cette démission du gouvernement face à l'immigration irrégulière encourage le communautarisme. François Hollande et Manuel Valls portent la lourde responsabilité d'affaiblir l'autorité de la République et doivent s'en expliquer devant les Français. Ils doivent surtout sans tarder mettre un terme à cette politique laxiste qui fragilise notre pays et exaspère nos concitoyens.

A l'UMP, nous assumons sans trembler une ligne d'autorité et de fermeté en matière d'immigration. Une ligne adoptée à 91% lors de notre Conseil national du 25 janvier. Il faut mettre fin aux régularisations hors circonstances exceptionnelles. Il ne faut pas donner la nationalité sans manifestation de la volonté. Il faut limiter l'immigration familiale et réduire l'attractivité sociale de notre pays. Il faut refondre notre politique de l'asile et réformer Schengen pour mieux contrôler les flux aux frontières de l'Europe.

Pour ma part, je refuse de laisser le communautarisme saper la République ! Et j'appelle tous les Français, qui ne supportent plus ni les échecs répétés du gouvernement dans tous les domaines, ni sa communication trompeuse, à sanctionner sévèrement la gauche lors des élections municipales en votant dès le premier tour pour les candidats de l'UMP.

RAPPEL - Comité départemental le 31 janvier 2014 au Portel

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

2014 doit être l’année de la reconquête avec en ligne de mire immédiate les élections municipales de mars prochain. Avant cette échéance déterminante, il nous a semblé nécessaire de nous retrouver en Comité départemental le :

 

Vendredi 31 janvier 2014 à 20h00

Salle Maurice Chevalier, 47 bis rue d’Outreau 62480 - Le Portel-Plage

(100 m du parking de la place de l’Eglise)

 

Ce Comité départemental est élargi aux candidats aux élections municipales.

 

Points à l’ordre du jour : bilan de l’année 2013 et perspectives pour 2014, point sur les élections municipales, fonctionnement de l’UMP62, point financier, questions diverses…

 

Nous comptons sur votre participation nombreuse ; merci de confirmer votre présence :

Tel : 03 21 16 11 00 - Fax : 03 21 16 11 01 - federation.ump62@wanadoo.fr

 

RAPPEL - Elections municipales : documents à télécharger (complété)

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Afin de vous aider à vous préparer dans la perspective des élections municipales de 2014, nous vous donnons la possibilité de télécharger ici des documents d'information susceptibles de vous intéresser.

Derniers documents ajoutés :

-arrêté du Préfet du Pas de Calais fixant date d'ouverture du dépot des candidatures

-plaquette AMF pour communes de - de 1000 habitants

-plaquette AMF pour communes de + de 1000 habitants

-plaquette AMF pour les électeurs
 

 

Memento officiel du Ministère de l'Intérieur pour les communes de plus de 1000 habitants

Memento officiel du Ministère de l'Intérieur pour les communes de moins de 1000 habitants

Pendant ce temps en Normalie - Inversion de la courbe du chômage : l'échec de François Hollande

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Argumentaire - Explosion du chômage : François Hollande doit rendre des comptes

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

  • François Hollande a perdu son pari personnel d'inverser la courbe du chômage en 2013.
     
  • Plutôt que de tenter de masquer la réalité de l'explosion du chômage, François Hollande doit prendre acte de son échec, rendre des comptes aux Français et changer de politique.
     
  • L'UMP propose de renouer avec l'emploi en travaillant plus, en formant mieux les Français et en donnant plus de liberté à chacun.

Argumentaire - Explosion de la délinquance en 2013 !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

  • La délinquance a explosé en 2013. Les atteintes aux biens et aux personnes se sont multipliées.
     
  • La responsabilité du gouvernement est engagée. Les discours laxistes et les décisions angéliques ont créé un climat d'impunité favorable au développement de la délinquance.
     
  • Manuel Valls s'est réfugié dans le déni alors que l'urgence est au rétablissement de l'autorité républicaine proposé par l'UMP.

Redécoupage des cantons : 20 communes "Bourg-centre" impactées

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

L’un des premiers effets du redécoupage, élaboré sans concertation par le Ministre de l’Intérieur, sera d’abord financier. Certaines communes bénéficient de dotations de l’Etat (fraction « Bourg-centre de la Dotation de Solidarité Rurale) car elles sont considérées comme «Bourg-Centre» ou «Chef-lieu de canton».

  

A ce jour, 42 communes sont bénéficiaires de ces dotations mais avec ce projet de redécoupage, 20 communes* ne seront plus considérées, à partir de 2015, comme chef-lieu de canton et 11 communes seront exclues du dispositif « bourg-centre » car elles ne bénéficient pas d’une population égale à 15% de la population totale des nouveaux cantons. La future perte de recettes de ces communes peut être évaluée à près de 3 millions d’euros (estimation basée sur les dotations 2013).

  

Ce seront autant de dotations qui manqueront à ces communes pour fonctionner et pour investir. Comment pourront-elles poursuivre leurs projets ? Augmenter l’impôt qui pèse déjà tant sur les contribuables du Pas-de-Calais ?

  

Dès réception de la carte, les élus du groupe Union@ction.62 sont intervenus auprès de Monsieur Manuel VALLS, Ministre de l’Intérieur, pour demander le maintien, au-delà de 2015, des dotations aux communes actuellement éligibles.

  

De leur côté, Jean-francois Rapin (Maire de Merlimont) et Patrick Masclet (Maire d'Arleux et Président de l'Association des Maires du Nord, sont intervenus le mercredi 29 janvier au bureau de l'AMFà Paris sur la dotation "Bourg-Centre". Andre Laignel, Président du Comité des finances locales, leur a répondu que le Premier ministre s'était personnellement engagé pour que celle-ci ne soit pas supprimée.

  

Jean-Francois Rapin a demandé et obtenu qu'un vœoeu officiel soit formulé par l'AMF pour le maintien de cette dotation "Bourg-centre" à 32 euros par habitant.

    

* : voir ci-dessous le tableau des communes du Pas de Calais impactées

    

Merci au groupe Union@ction.62 pour les informations communiquées

  

Tableau des communes impactées par la perte de la dotation "Bourg-centre"

Redécoupage des cantons : 20 communes  "Bourg-centre" impactées
Redécoupage des cantons : 20 communes  "Bourg-centre" impactées

Carte du redécoupage des cantons

Faire-part de décès des cantons du groupe Union@ction.62

Redécoupage des cantons : 20 communes  "Bourg-centre" impactées

Le Conseil national valide les têtes de liste aux élections municipales et européennes

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

« Le Conseil national est pour nous primordial et remplit pleinement son rôle. C'est l'occasion pour nous de rencontrer, d'échanger avec des personnalités politiques de premier plan et d'évoquer avec eux nos problèmes mais également de la vie de notre parti pour lequel nous sommes tellement engagés. Ceux qui ont contesté juridiquement cet aspect là après la tenue de notre Conseil national de Villepinte, en 2012, auraient dû venir sur place et ils auraient compris combien ils se trompaient ».

David, élu de la Nièvre et conseiller national résumait ce sentiment mais également la joie de revoir la famille UMP à nouveau réuni à Paris lors du Conseil national de ce 24 janvier. Autour de Jean-François Copé étaient présents les anciens Premiers ministres François Fillon et Jean-Pierre Raffarin, des anciens ministres, Xavier Bertrand, Bruno Le Maire, Nadine Morano, Brice Hortefeux, Claude Guéant, Luc Chatel, Michèle Alliot-Marie, Valérie Pécresse, Roger Karoutchi, le Commissaire européen Michel Barnier…, les présidents de Groupe au sénat et à l'Assemblée, Jean-Claude Gaudin et Christian Jacob, l'ancien Président du Sénat Gérard Larcher, de très nombreux parlementaires dont Sébastien Huygue, Eric Ciotti… sans oublier Hervé Mariton, délégué général au projet accompagné de Valérie Debord et Bruno Retailleau, délégués généraux adjoints…

Un Conseil national particulièrement chargé dans une année électorale également chargée qui, le matin, a procédé à un certain nombre d'importantes validations : charte des engagements des candidats UMP aux élections municipales, têtes de liste UMP aux élections municipales dans les villes de plus de 30 000 habitants, têtes de liste dans chacune des régions aux élections européennes, nouveaux statuts, situation financière... Sans oublier les premiers fondements de la ligne politique de l'UMP dont les premières mesures d'urgence pour redresser la France.

Président du Conseil national, Jean-Pierre Raffarin, a tout de suite placé cette journée sous le signe de l' «unité et du courage, charpente et fil directeur de notre journée ». Unité d'une famille politique « qu'il faut conforter et affirmer » et courage de nos élus, responsables, candidats qui, « devant le discrédit des socialistes et face à la situation économique dégradée de notre pays portent un projet, des propositions non pour l'UMP mais pour la France ». Au lendemain de la Convention nationale de jeudi dernier dédiée aux élections municipales et à la reconquête des territoires, Michèle Tabarot, secrétaire générale de l'UMP, a rappelé les six engagements majeurs que porteront tous les candidats UMP aux élections municipales pour améliorer la vie quotidienne des Français : avoir une gestion responsable des deniers publics afin de ne pas augmenter les impôts durant le mandat ; lutter contre la délinquance et l'insécurité grâce à la vidéo-protection, aux polices municipales et à la responsabilisation des familles ; assurer le développement économique dans nos communes ; rompre avec l'assistanat en demandant aux bénéficiaires des minima sociaux qui peuvent travailler de consacrer quelques heures par semaine à la collectivité, défendre la qualité de la ville ; améliorer le quotidien des habitants par une offre de service adaptée à leurs besoins, notamment dans le domaine de la petite enfance, de la culture et du sport. Ces engagements ont ensuite été détaillés par Franck Riester, candidat à Coulommiers, Guillaume Larrivé, candidat à Auxerre, Camille Bedin, candidate à Nanterre et Gérald Darmanin, candidat à Tourcoing.

« La mobilisation pour les élections européennes sera également majeure », a assuré Jean-Pierre Raffarin pour qui « l'Europe est dans les gênes de l'UMP ». « Oui, l'UMP, issue de sensibilités différentes comme l'UDF, le RPR a pour première marque de fabrique l'Europe. Nous sommes profondément pro européens. Nous aimons tellement l'Europe que nous voulons une Europe plus proche de ses concitoyens, une Europe des solutions, des résultats, de l'efficacité au service de la paix et des Européens », revendique Jean-François Copé pour qui l'Europe doit s'interroger mais surtout lever toutes les craintes, les carcans, les processus décisionnels compliqués qui l'empêche d'être forte et efficace. Pour le président de l'UMP il y a nécessité de transformer l'Europe. « Nous sommes dans une crise de confiance et pour résoudre cette crise il faut plus de réformes structurelles, plus de convergences entre les pays et notamment entre les deux piliers de l'Europe, la France et l'Allemagne. Mais faut-il encore, remarque Jean-François Copé que « la France arrête de décrocher au niveau économique et que la France, grande puissance européenne cesse d'être de plus en plus isolée et qu'elle remette la compétitivité et la croissance dans ses priorités ».

A quatre mois des élections européennes, Jean-François Copé a livré les principaux axes de la campagne UMP : convergences fiscales et sociales entre Etats membres et notamment avec l'Allemagne ; constitution de grands groupes industriels européens délestés des complexités administratives pour faire face aux protectionnismes américain, chinois… ; constitution d'une grande centrale d'achat européenne ; remise à plat de Schengen devant un système « à bout de souffle » et face à une libre circulation qui montre des « défaillances majeures » ; la mise en place d'une grande puissance diplomatique et militaire « car notre mission est de protéger nos citoyens ».

Statutairement, les conseillers nationaux ont adopté à 90% la création d'une nouvelle instance, la Haute autorité, conseil des sages présidé par la constitutionnaliste Anne Levade, composée de neuf personnes dont quatre « indépendantes », comprendre non adhérentes à l'UMP. Anne Levade avait présidé la Commission des nouveaux statuts.

Les conseillers nationaux ont également validé à 89% la commission nationale des recours composée également de 9 membres, à 88% la commission permanente consultative des statuts composée de 18 membres, à 86% le nouveau bureau politique composé de 30 membres. Ils ont également accueilli, à 93%, l'arrivée d'une nouvelle personne morale associée à l'UMP, le Mouvement populaire calédonien.

Côté finances, Catherine Vautrin, trésorière nationale et députée de la Marne, a présenté le budget de l'UMP. 2013, « année record en dons », a permis à l'UMP de redresser ses comptes et de présenter aux conseillers nationaux un budget à l'équilibre et même en excédent. Elle a souhaité qu'en 2014 chaque don corresponde à une action politique. A 85%, les conseillers nationaux de l'UMP ont adopté le budget 2014 de l'UMP qui pourra compter sur une augmentation des cotisations tant des adhérents (+ 5 euros) que des élus.