Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Argumentaire - Politique économique de François Hollande : le vrai frein à l'attractivité de la France

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

  • L'attractivité de la France s'est profondément dégradée depuis l'élection de François Hollande. Les entreprises internationales investissent de moins en moins en France.
     
  • C'est la conséquence d'une politique anti-compétitive et agressive envers les investisseurs.
     
  • Les grandes déclarations de François Hollande pour tenter de rétablir la confiance avec les investisseurs apparaissent en décalage avec la politique menée d'autant plus que les mesures proposées sont beaucoup trop limitées et parcellaires.
     
  • Les investisseurs attendent des réformes de structure, pas des mesurettes d'affichage.

Flash-info n° 11 (février 2014) : spécial Redecoupage des cantons

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

La gauche s'est enfermée dans une nasse fiscale

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Le rapport annuel de la Cour des Comptes publié cette semaine est un réquisitoire terrible pour la gestion calamiteuse de François Hollande basée sur les hausses d'impôts et de dépenses.

Tous les indicateurs sont au rouge pour 2013 comme pour 2014. Selon la Cour, la France ne tiendra pas son objectif de réduction des déficits pour 2013, malgré un effort budgétaire qui a porté à près de 90% sur les hausses d'impôts contre 10% sur les dépenses. Les recettes ont été de 16 milliards € inférieures aux prévisions, ce qui confirme l'adage selon lequel trop d'impôt tue l'impôt. La Cour prévoit une année 2014 marquée par l'augmentation des prélèvements obligatoires, des dépenses et de la dette qui crèvera le plafond des 2000 milliards €. C'est la double peine pour les contribuables : les impôts augmentent mais la dette explose jusqu'à atteindre des niveaux inédits et dangereux.
 

Jean-François Copé a été reçu mardi 11 février par Angela Merkel, Chancelière fédérale et Présidente de la CDU

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

 
Jean-François Copé a été reçu mardi 11 février par Angela Merkel, Chancelière fédérale et Présidente de la CDU

 

A cette occasion Jean-François Copé a réaffirmé que la vigueur du couple franco-allemand était indispensable et incontournable pour le bon fonctionnement de l'Europe. Pour retrouver un élan, il est nécessaire que la France accomplisse des réformes structurelles pour renforcer la compétitivité de son économie.

Le président de l'UMP a souligné la nécessité pour l'Europe de peser davantage sur son environnement immédiat et, pour ce faire, d'accomplir des progrès dans la construction d'une politique européenne de défense. Jean-François Copé a exprimé son souhait que l'Allemagne s'engage davantage sur cette question, dans un cadre européen où la concertation préalable entre partenaires est indispensable avant l'action.

Les élections européennes à venir et la question de la désignation du candidat du PPE à la présidence de la Commission ont également été évoquées. Les liens très forts entre l'UMP et la CDU doivent se concrétiser par des initiatives et manifestations communes.

Argumentaire - Rapport de la Cour des Comptes : un réquisitoire contre la gestion socialiste

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

  • La Cour des Comptes vient de confirmer ce que l'UMP redoutait depuis des mois : la gestion socialiste, basée sur les hausses d'impôts et de dépenses, est catastrophique pour les comptes publics.
     
  • En 2013 : les impôts ont massivement augmenté mais cela n'a pas permis de réduire le déficit ! C'est la double peine pour le contribuable.
     
  • En 2014 : la Cour des comptes prédit que le gouvernement ne tiendra pas ses objectifs.
     
  • Il faut changer de politique en urgence : la Cour des comptes recommande ce que l'UMP défend à savoir baisser massivement les dépenses pour réduire les impôts et la dette.

 

L'UMP n'a pas besoin des leçons de républicanisme du gouvernement !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Alors que la Cour des comptes tire le signal d'alarme face au lourd dérapage du déficit public, tout ce que le gouvernement trouve à faire c'est de multiplier les attaques contre l'UMP et son président pour tenter de détourner l'attention des Français de leurs échecs dans tous les domaines.

Tout d'abord, Monsieur Peillon, le Ministre de l'Education, qui prétend que Jean-François Copé fait le jeu d'extrémistes, simplement parce qu'il se soucie de ce qui est enseigné à nos enfants.

Ensuite, c'est Michel Sapin qui est missionné pour lancer à son tour des accusations indignes en mettant en doute l'attachement de Jean-François Copé à la République et en nous expliquant, encore une fois, que nous ferions le jeu du FN.

La manœuvre est grossière et hypocrite de la part de la majorité !

Qui a cru judicieux de relancer à 40 jours du premier tour des municipales le débat sur l'intégration à des fins électoralistes ?

Qui est en échec sur l'emploi, la sécurité, l'immigration ?

Qui multiplie les débats sociétaux qui attisent les craintes et le rejet ?

Alors, au lieu de prétendre que la droite fait le jeu des extrêmes, le gouvernement devrait commencer à assumer que c'est bien lui qui compte sur les extrêmes pour lui éviter une lourde déconvenue aux municipales.

Rien n'empêchera l'UMP de continuer à défendre, comme elle l'a toujours fait, les valeurs républicaines en ne se souciant ni des petits commentaires de Monsieur Peillon, ni des diplômes honorifiques que le professeur Sapin prétend remettre.
 

Argumentaire - Le « genre » : un « fantasme » bien réel

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

  • Malgré les dénégations de la gauche, le « genre » est omniprésent dans les documents du PS comme dans ceux du gouvernement.
  • Les programmes ABCD de l'égalité semblent jouer un rôle pour le moins trouble dans la diffusion du genre dès l'école primaire, ce qui peut légitimement inquiéter les parents.
  • Le gouvernement doit renoncer à introduire le genre à l'école. La nécessaire lutte pour l'égalité entre les femmes et les hommes ne peut pas passer par la négation de l'altérité sexuelle. Le rôle de l'école c'est de transmettre des savoirs fondamentaux, pas d'inculquer des idéologies.

J.-F. Copé : "Je veux que nous assumions une politique d'intégration courageuse et exigeante"

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Depuis 20 mois, le gouvernement a abandonné la politique d'intégration. A quelques semaines des élections municipales, Jean-Marc Ayrault relance le sujet avec un rapport qui n'a qu'un seul objectif : faire monter le FN et flatter un vote communautaire, au risque de diviser encore les Français. Personne n'est dupe !


Le gouvernement va ainsi présenter sa feuille de route sur la politique d'intégration le 11 février. Le projet dévoilé par les médias s'inscrit dans la droite ligne des 5 rapports commandés par le Gouvernement et que j'avais dénoncés en décembre. Jean-Marc Ayrault a fait semblant de faire marche arrière mais la philosophie générale est toujours la même : c'est la société française qui doit s'adapter aux nouveaux arrivants et non l'inverse. Avec toujours plus de droits ! Sans que soient évoqués les devoirs en contrepartie.

Insidieusement, on sent une mise en accusation de la société française qui serait responsable de l'échec de l'intégration, parce que pas assez ouverte. Il faudrait ainsi faire du « testing » auprès des personnels de santé que le gouvernement semble accuser de refuser des soins aux étrangers. A cette logique de suspicion, je préfère une logique de valorisation. Mettons sur le haut du podium ceux qui ont des parcours exemplaires. Il y en a tant parmi nos concitoyens d'origine étrangère !

A travers ce défi de l'intégration, la question qui se pose est centrale : quelle France voulons-nous ? Est-ce que nous voulons une juxtaposition de communautés qui ne partagent presque rien ou bien voulons nous poursuivre l'aventure de la France, un creuset républicain qui s'enrichit d'apports extérieurs mais qui assume ses racines et son histoire, transmet ses valeurs et son art de vivre ?

Dans cette feuille de route, il n'y a pas une proposition pour lutter contre les dérives intégristes ou les dangers du communautarisme. C'est le grand tabou que le gouvernement feint d'ignorer. Moi, je refuse la désintégration nationale. Je revendique le principe d'assimilation républicaine qui ne nie pas les différences mais qui invite à mettre l'accent sur ce que nous avons en commun. Prenons trois exemples qui montrent les divergences d'approche entre la gauche et l'UMP.

La question de la langue pour les étrangers qui arrivent en France. On voit que des étrangers ont du mal à s'intégrer parce qu'ils ne parlent pas le français, alors que sa maîtrise est la première clé de l'égalité des chances. Quelle solution, selon ce rapport ? Mettre davantage d'interprètes dans les services sociaux pour faciliter leur accès aux droits. En réalité, pour faciliter l'intégration des étrangers, il faut renforcer l'apprentissage du Français ! Aujourd'hui, des cours de Français sont obligatoires en amont d'un regroupement familial, dans le pays d'origine. Mais il y a seulement une obligation d'assiduité sans suivi ni contrôle. C'est tout à fait insuffisant. L'UMP propose qu'il y ait une obligation de résultats. Voilà un moyen de renforcer et de réussir l'intégration.

L'enseignement de l'Histoire. Cette feuille de route insiste sur la nécessité de mieux valoriser les apports de l'immigration dans l'Histoire de France. Bien sûr que cela peut avoir son intérêt. Mais cela ne doit en aucun cas se faire au détriment de notre Histoire, ce roman national magnifique qui va de Clovis à de Gaulle, en passant par Jeanne d'Arc et Henri IV, qui est notre patrimoine commun et que nous devons transmettre à nos enfants. Attention à ne pas renvoyer systématiquement les jeunes Français issus de l'immigration à leur identité d'origine. A les enfermer dans cette identité alors qu'ils sont ou ont vocation à être Français à part entière. En réalité, quelles que soient notre origine, nos convictions, notre identité, nous devons nous approprier toute l'Histoire de France. De ce point de vue, je regrette la tendance à la culpabilisation, à la repentance permanente qui ne facilite pas l'intégration.

Dernier exemple, les aides sociales. Le Gouvernement considère que l'accès aux aides sociales est difficile dans notre pays pour les personnes étrangères ou d'origine étrangère. Il propose ainsi de simplifier l'accès aux aides. Il parle d'une harmonisation des conditions de résidence. Il semble que ce soit pour les réduire à la baisse… Je considère au contraire que nous avons un système social très généreux, très attractif. A mes yeux, les droits sociaux doivent avoir des contreparties. Et pour les droits non-contributifs (comme par exemple les aides au logement), il faut une durée de résidence d'au moins 2 ans sur le territoire national. La logique, c'est qu'on vient en France pour travailler, pour innover, pour participer à la réussite de la France, pas pour toucher des aides…

La feuille de route Ayrault porte en germe l'échec. Nous ne réussirons pas l'assimilation sans exigence ! Comment donner envie d'aimer la France si nous n'assumons pas, avec fierté, notre amour de la France ?

Bureau transitoire des Jeunes Populaires

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Bureau transitoire des Jeunes Populaires

Jeudi 6 février, Jean-François Copé a réuni et installé officiellement le Bureau transitoire des Jeunes Populaires.

Composé de 22 membres, ce bureau transitoire a pour mission de coordonner l'action nationale des Jeunes Populaires jusqu'à l'élection d'un nouveau Président des jeunes.

Un directoire de 4 membres sera prochainement désigné pour faciliter le fonctionnement quotidien.

Les membres du Bureau transitoire des Jeunes Populaires :

Guillaume Blanchard (RDJ de Seine-et-Marne)
Augustin Bœuf (RDJ de Seine-Maritime)
Pierre-Henri Bovis (Candidat aux élections municipales sur la liste d’opposition à Achères - Yvelines )
Marine Brenier (RDJ des Alpes-Maritimes)
Matthieu Dap (RDJ de Meurthe-et-Moselle)

Pierre-Henri Dumont (Délégué national UMP Campus, Tête de liste aux élections municipales de Marck) - voir photo

Fabrice Durand (RDJ des Bouches du Rhône)
Clément Forestier (RDJ des Hauts-de-Seine)
Sophie Fraissignes (Déléguée nationale Jeunes Pro)
Jonas Haddad (Secrétaire national de l'UMP en charge de l'entrepreneuriat)
Sébastien Leblanc (Secrétaire Départemental Adjoint de la fédération du Nord)
Pierre Liscia (Responsable des Jeunes pop du 18ème à Paris)
Florian Maître (RDJ Savoie)
Marie-Astrid de Montmarin (RDJ des Yvelines)
Robin Réda (RDJ de l'Essonne)
Bastien Regnier (Conseiller National - Responsable Jeunes UMP 9 ème circonscription de Loire-Atlantique)
Emilie Rochefort (RDJ du Calvados)
Elsa Schalck (RDJ du Bas-Rhin)
Andrea Ségura (RDJ de Haute Saône)
Stéphane Tiki (Secrétaire national)
Nicolas Tryzna (RDJ du Val-de-Marne)
Jeremy Visconti (RDJ de l'Oise)