« Une semaine et trois sorties de route ! » : Daniel Fasquelle dénonce les cafouillages de la majorité

Publié le par ump62

 

portrait DF

 

Alors que la majorité est aux commandes depuis six mois, elle aura, en tout et pour tout, adopté un seul texte, celui sur les emplois d'avenir.

Impréparation, indécision, amateurisme diront certains, ont conduit le gouvernement et la majorité à perdre le contrôle de la situation, avec trois sorties de route incroyables au terme d'une semaine qui aura donné raison à l'opposition dont les mises en garde auraient dû être écoutées. Après des mois d'inaction entre mai et août, ce sont de nouveaux mois précieux qui sont malheureusement gâchés en raison, cette fois-ci, d'une agitation désordonnée.

La première sortie de route concerne la proposition de loi sur la tarification progressive de l'énergie.  L'adoption de la motion d'irrecevabilité déposée par les sénateurs communistes sur ce texte compliqué, coûteux, qui remet en cause l'un des acquis du conseil national de la résistance prouve qu'outre le fond, c'est la méthode également qui est condamnée puisque cette proposition de loi a été présentée sans aucune étude d'impact et sans aucune concertation préalable.

Au- delà de ce texte, c'est toute la politique du gouvernement en matière d'énergie qui est remise en cause.

La seconde sortie de route concerne le rapport Gallois qui divise le gouvernement avant même sa sortie, lequel entretient le flou sur ses intentions en matière de compétitivité...

La troisième (et dernière ?), c'est l'annulation par le Conseil constitutionnel, du moins peut-on le penser, de la loi sur le logement. Là aussi, l'opposition avait dénoncé avec force un texte mal ficelé, un manque total d'écoute...

Ajoutant du cafouillage au cafouillage, le Premier ministre s'est d'ailleurs permis d'annoncer la décision du Conseil constitutionnel alors que celui-ci ne s'était pas encore réuni ! Jean-Marc Ayrault a aussi expliqué que c'était une victoire pour l'UMP et pas pour les Français. Mais nous sommes aussi les représentants des Français et mépriser le Parlement, c'est mépriser le peuple français que de croire que l'on peut passer en force en méprisant les droits de l'opposition !

Les socialistes se disaient prêts pour gouverner. En réalité, ils n'ont fait que critiquer l'action de la précédente majorité pendant 10 ans sans jamais avancer aucune réelle proposition. Ce que révèlent ces cafouillages, qui ne sont pas seulement de pure forme, c'est surtout une absence de vision et de politique, que ce soit dans le domaine économique, énergétique ou encore en matière de logement. Les Français, dont certains ont cru en toute bonne foi dans le discours de François Hollande, sont aujourd'hui effarés et espèrent être enfin écoutes pour qu'après la majorité, ce ne soit pas la France elle-même qui fasse une sortie de route !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article