Une France forte dans une Europe qui protège...

Publié le par ump62

  title_1.jpg

 
Réformer profondément l’espace Schengen pour mieux protéger les Francais
 
Nicolas Sarkozy a sauvé l’euro en réformant profondément, avec ses partenaires européens, la gouvernance de la zone et en faisant converger les politiques économiques des pays. C'est le même principe que Nicolas Sarkozy veut aujourd'hui appliquer en faisant converger les politiques d’immigration de l’espace Schengen qui laisse aujourd’hui certaines de ses frontières extérieures totalement ouvertes à l’immigration illégale. Pour Nicolas Sarkozy, la France – comme tout pays européen – doit pouvoir protéger ses frontières nationales en l'absence d'une frontière extérieure efficace.
   
   
   
 
Mettre en oeuvre une politique commerciale européenne qui défende nos entreprises et nos emplois par un « Buy European Act »
 
Les marchés publics sont un enjeu important puisqu’ils représentent 10 à 15% de la richesse mondiale. Or, actuellement, l’Union européenne a ouvert tous ses marchés à la concurrence tandis que d’autres pays n’en ouvrent aucun.

L’Union européenne doit faire preuve de beaucoup moins de naïveté dans sa politique commerciale. S’il est élu, Nicolas Sarkozy proposera la réciprocité dans les accords commerciaux entre l'UE et les autres pays du monde. Dans cette perspective, il souhaite que l’Europe se dote, sur le modèle américain, d’un « Buy European Act » pour que les entreprises produisant en Europe soient « celles qui bénéficient de l'argent public européen ».
   
   
   
 
Soutenir et favoriser nos PME par un « Small Business Act » européen
 
Pour favoriser au niveau européen le développement des 23 millions de petites et moyennes entreprises, qui représentent les deux tiers des emplois du secteur privé en Europe, Nicolas Sarkozy entend créer un
« Small Business Act » européen pour soutenir nos PME
. Avec cette mesure, l’Europe devra s’obliger à réserver une part de ses marchés publics à ses PME, comme c’est le cas aux Etats-Unis. Sinon, a-t-il promis, la France « appliquera unilatéralement sa propre charte des PME jusqu’à ce que les négociations aboutissent ».

 

            

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article