Retour sur le séminaire des délégués de circonscription du 23 mars 2013

Publié le par ump62

 

8581918247_26a6d578db_z.jpg

 

La France gronde face aux erreurs désastreuses de François Hollande

« Travailler, travailler, travailler, se mobiliser à fond, laisser de côté les états d'âme et ne penser qu'à une seule chose : se mettre au service des Françaises et des Français à l'occasion des municipales de mars 2014. »

Les 350 délégués de circonscription qui ont participé toute la journée de samedi à une journée de travail et de formation sur les municipales 2014 n'ont pas attendu très longtemps pour que Jean-François Copé, président de notre famille politique, leur présente la « feuille de route chargée, passionnante, difficile » qui se présente à eux dans cette année pré-électorale.

Mais avant de rentrer dans le détail de la méthode, Jean-François Copé et l'ensemble des cadres et élus présents ont tenu à manifester leur amitié et leur affection à Nicolas Sarkozy. "L'annonce de sa mise en examen a évidemment provoqué un grand choc pour chacun d'entre nous. Et pour tout dire, je n'en comprends, pour ce qui me concerne, toujours pas les motivations sur le fond», a réagi Jean-François Copé, invitant tous les commentateurs qui s'expriment dans les médias « à prendre du recul ». Mais aussi à ce que l'on « respecte l'un des grands principes du droit français qui s'appelle la présomption d'innocence et qui mériterait sans doute un peu plus de retenue que cet espèce de déchaînement, de passion, tellement typique de l'époque dans laquelle nous vivons ».

Se présentant en « garant de l'esprit de rassemblement » qui anime notre famille, Jean-François Copé a invité chacun des membres de l'UMP à se concentrer dans le travail d'opposition et le devoir de propositions tel que notre famille politique, par la voix de son président, l'a fait lors de la défense de la motion de censure contre le Gouvernement socialiste.

« Soyons d'abord là pour nous occuper des Françaises et des Français », a lancé Jean-François Copé, passant en revue les mauvaises décisions que François Hollande a pris depuis 10 mois qu'il est au pouvoir, animé par une « haine antisarkozyste infantile ». Abrogation des réformes votées par notre ancienne majorité pourtant nécessaires pour moderniser notre pays et augmentation de 32 milliards d'euros des impôts. Toutes les composantes de notre société sont frappées par ce matraquage fiscal organisé.

« Depuis 10 mois qu'il est au pouvoir, François Hollande a pris toutes les mauvaises décisions. Cela a eu pour conséquence première de mettre en un temps record le pays en situation d'impasse. Il est en train de couler le pays », relève Jean-François Copé pour qui les observateurs, depuis Paris, « sous-estiment » l'ampleur du mécontentement. « La France gronde et notre objectif est de faire en sorte que ces mécontents comprennent qu'en votant UMP ils adresseront un gigantesque message à François Hollande qui l'obligera à changer de politique ».

Et pour ce changement de politique, l'UMP construit son projet qui s'articule autour de trois axes forts au niveau national : baisser les impôts et les dépenses publiques ; revoir totalement l'organisation du travail et en particulier « assumer la question des 35 heures » ; « arrêter d'emmerder les Français, pour reprendre une expression chère à Georges Pompidou en combattant les hyper réglementations, les changements de fiscalité permanents, simplifier les normes… »

Quant au niveau local, si chaque commune a ses particularités il n'en demeure pas moins que Jean-François Copé pointe les sujets régaliens qui préoccupent tous les Français, que cela soit l'explosion de la délinquance, les coups de canifs à la laïcité, les messages laxistes envoyés par la ministre de la Justice et aux conséquences désastreuses.

Il détaille également un socle d'engagements que les candidats UMP prendront dans le cadre de ces municipales : maîtrise des impôts locaux au contraire des élus socialistes qui les font exploser dans leurs communes, départements, régions ; mise en place de polices municipales armées et de caméras de vidéosurveillance, « ce que la gauche ne veut jamais faire »…

Et pour amorcer ce travail, notre famille politique a lancé, sous l'animation de Camille Bedin, secrétaire générale adjointe, la « révolution civique ». Déjà, dans une trentaine de départements, des militants viennent apporter une réponse, accompagner leurs concitoyens sur des problématiques touchant à l'emploi, l'accompagnement scolaire, l'accompagnement de projet… Des mains tendues qui montrent le vrai visage de notre parti fraternel et solidaire .

« Nous avons là une feuille de route fantastique. Dans un pays où tout est fait pour incarner la morosité, il nous faut incarner l'espérance. Nous sommes les seuls à pouvoir le faire », remarque Jean-François Copé invitant tous ceux qui le souhaitent à rejoindre nos permanences pour construire le devenir de leur ville.

 

8583012986_1b75f6da35_z.jpg

 

8583011020_2d1f1dc45d_z.jpg

 -----------------

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article