Nesredine Ramdani, un laboureur en terre de mission...

Publié le par ump62

Nesredine Ramdani, délégué de la 11ème circonscription, a eu les honneurs de la Voix du Nord dans son édition du 16 mai 2011...

 

Depuis cinq ans qu'il est apparu dans le paysage politique héninois, Nesredine Ramdani a plus connu la traversée de la vallée des larmes que la remontée du long fleuve tranquille. Autrement dit, le responsable UMP pour le bassin minier rame dur pour implanter un mouvement qui, dans l'Héninois, n'arrive pas à se trouver de base électorale. Rencontre avec un militant qui connaît désormais la part de masochisme qui est en lui... PAR PASCAL WALLART

Une présidentielle et législative curieusement dépourvue d'effet Sarko, deux municipales calamiteuses, des régionales guère plus glorieuses et une cantonale à vite oublier... C'est qu'il faut avoir la foi militante sacrément chevillée au corps pour, dans ces conditions-là, s'accrocher désespérément au gouvernail du navire UMP héninois.

Lorsqu'on sait, qu'en sus, Nesrédine Ramdani a eu à faire face à une guérilla interne avec Laurent Bocquet (désormais résolument hors des eaux UMP), on se dit qu'il faudra un jour que l'état major gaulliste le canonise cet homme-là... Trêve de plaisanteries, malgré vents (force 5) et marées (d'équinoxe), Nesrédine Ramdani est toujours fidèle au poste. « Ne pensez pas que je vais déserter parce que le bateau tangue. On m'a toujours dit que c'est au creux de la vague qu'on reconnaît les vrais marins !

 » commente-t-il en loup de mer qu'on ne soupçonnait pas. En tout cas, son endurance a tapé dans l'oeil de Daniel Fasquelle qui, depuis son élection fédérale, a fait de l'Héninois le responsable du bassin minier. Et lui a confié l'animation des Vendredis de l'UMP pour lesquels il galope à travers le département pour évoquer aussi bien la ruralité que les problématiques de santé. « C'est une véritable bouffée d'oxygène qui me permet de rencontrer d'autres personnes et d'aller au-delà des clivages politiques » s'enthousiasme-t-il. Un rendez-vous qui devrait avoir son point de chute héninois, cet automne, autour, vraisemblablement, de la problématique de la dépendance.

Quant à la vie politique héninoise, l'heure est encore et encore à la remobilisation des troupes après l'énième désillusion cantonale. Et de distribuer des points qui ne sont pas bons à une municipalité Binaisse « à la gestion pépère » désespérante « car les gens ont la fâcheuse impression que rien ne bouge et qu'il n'y a aucun projet pour dynamiser la ville ». Et quand on lui objecte que la remise à flots des finances communales était peut-être à ce prix, M. Ramdani ne l'entend pas de cette oreille : « C'est bien de retrouver un équilibre budgétaire mais il faut aussi reconstruire l'avenir car gérer une ville n'est pas gérer un ménage.

Rétablir les comptes, c'est bien mais les gens ne voient pas la différence puisqu'en plus rien n'a changé sur leur feuille d'impôt ! » Face à un FN « qui joue aujourd'hui sur du velours » et « qui pose parfois de bonnes questions mais en ayant des solutions irréalistes », l'UMP va continuer à essayer « de proposer une alternative en continuant à labourer cette terre de mission ». En croisant pourquoi pas le chemin d'autres : « La récente proposition de Patrick Piret est plutôt bonne mais encore faut-il que les gens qui y adhèrent puissent tenir leurs engagements. Connaissant le passé de chacun... » Hum, hum... Le trek dans la vallée de larmes semble loin d'être terminé !

Source : lundi 16.05.2011, 05:12 - La Voix du Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article