Mariage et adoption pour les couples homosexuels : nous voulons un référendum

Publié le par ump62

edito_320x190.jpg

 

Ce dimanche 13 janvier dernier, la manifestation contre le projet d’ouverture du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe a été un immense succès populaire rassemblant des Français de tous horizons, dont un nombre important de militants et d’élus de l’UMP. Il ne s’agit pas ici d’ergoter sur le nombre des manifestants : personne ne peut sérieusement contester que plusieurs centaines de milliers de Français ont défilé dans ce qui restera la plus grande manifestation parisienne depuis celle de 1984 pour l'école libre.

Il n’y avait dans ces cortèges ni haine, ni agressivité, mais simplement des citoyens qui posaient des questions légitimes sur l’organisation de la famille, sur la place que nous voulons donner aux enfants dans notre société, sur l’avenir de la filiation, sur les implications à long terme de cette « réforme de civilisation » que prépare la gauche, selon les mots mêmes de Christiane Taubira. Ces questions, des millions de Français se les posent aussi. Ils demandent simplement que leurs voix soient entendues et respectées et réclament un grand débat national suivi d’un référendum. Quoi de plus démocratique que ces revendications ?

Ces attentes, exprimées par des centaines de milliers de Français, méritent infiniment mieux que la fin de non-recevoir condescendante que leur a opposée François Hollande sous prétexte que la question aurait déjà été tranchée par l’élection de mai dernier, ou qu’un référendum serait impossible sur la famille. Mais, les Français n’ont jamais signé à François Hollande un chèque en blanc pour révolutionner le droit de la famille. Sauf la peur d’être désavoué, rien n’empêche le Président de la République de proposer à la Nation un référendum sur une question relative à la famille. En voulant passer en force, François Hollande prend le risque d’accentuer une cassure profonde de notre société.

La force d’un véritable homme d’Etat serait à l’inverse de rechercher un consensus acceptable pour tous plutôt que de se satisfaire d’une situation de division nationale. J’ai d’ailleurs la conviction que ce consensus est possible : il consiste d’abord à prendre le temps d’un débat apaisé pour que chacun prenne la mesure des enjeux du projet gouvernemental. Ensuite, il s’agit d’organiser un référendum (comme 66% des Français le souhaitent, selon un sondage Ifop du 27 septembre) qui rende la parole au peuple souverain sur ce sujet qui engage toute la société. Enfin, si les Français rejettent par référendum l’ouverture du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe, gauche et droite doivent travailler ensemble à l’élaboration d’une alliance civile qui n’ouvrirait pas droit à l’adoption, mais offrirait un contrat juridiquement protecteur aux couples homosexuels.

A l’inverse du jusqu’au-boutisme de la gauche, l’UMP va donc défendre une position ouverte, équilibrée et rassembleuse : organisation de débats sur l’avenir de la famille, mobilisation pour obtenir un référendum, élaboration du projet d’une alliance civile qui protège les couples de même sexe. En période de crise, notre responsabilité, dans l’opposition, est de tout faire pour éviter que la société française se morcelle davantage.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article