Le combat pour le pouvoir d'achat est plus que jamais une priorité !

Publié le par ump62

Lors de son déplacement dans les Ardennes le 19 avril dernier, le Président de la République a réaffirmé sa détermination sans faille dans son combat pour le pouvoir d’achat.

Bien sûr, nous devons l’assumer, nous n'avons pas pu mettre en œuvre tout ce que nous voulions pour renforcer le pouvoir d'achat, notamment depuis 2008. Notre pays, comme tous les autres, a été frappé par la plus importante crise financière, économique et sociale depuis la crise de 1929 ! Cela a inévitablement freiné la progression du pouvoir d’achat des Français.

Mais malgré la crise, le Président de la République n’a jamais renoncé à défendre le pouvoir d’achat des Français. Les mesures se sont multipliées pour sauvegarder le niveau de vie de nos compatriotes, par exemple :

  • la durée de travail nécessaire pour bénéficier de l’allocation chômage a été abaissée à 4 mois (contre 6 auparavant),
  • les allocations familiales sont revalorisées en fonction de l’inflation depuis 2008,
  • le minimum vieillesse va progresser de 25% sur l’ensemble du quinquennat
  • plus de 5 millions de foyers ont bénéficié d’une réduction d’impôt sur le revenu.

Et notre économie a été maintenue à flots par une courageuse politique de relance par l’investissement : les 39 milliards d’euros du plan de relance ont donné de l’emploi à des milliers de salariés et les 35 milliards d’euros du grand emprunt construisent la France du 21ème siècle.

Grâce à la réactivité du Président et à cette stratégie économique, la France s’en est plutôt mieux sortie que d’autres.

  • La France est entrée plus tardivement en récession que nombre de grands pays développés. En 2008 notre pays enregistrait une croissance légèrement positive de 0,2% quand les Etats-Unis stagnaient à 0%, le Royaume-Uni reculait de -0,1%, l’Italie de -1,3% ou l’Irlande de -3,5%
  • En 2009, aucun grand pays n’a enregistré une plus faible récession que la France (-2,5%) contre -4,9% au Royaume-Uni et en Allemagne. Cela s’est traduit par une meilleure résistance sur le marché du travail : le taux de chômage a augmenté de 1,7% en France contre 3,5% aux Etats-Unis ou 6,6% en Espagne.
  • En 2010, la France est l’un des rares Etats développés à avoir dépassé les 1,5% de croissance.
  • En 2011, la sortie de crise s’amorce et les indicateurs passent au vert. L’OCDE vient de relever sa prévision de croissance pour la France de 1,6% à 2%. Notre pays est porté par le rebond de l’industrie : la production de biens d’équipements a augmenté de 3,1% au 1ertrimestre 2011 et le secteur automobile connaît une croissance de 7% sur les 3 premiers mois de 2011…

A l’heure où la croissance revient, l’enjeu est désormais de tout faire pour que les salariés soient les premiers à bénéficier
pleinement des fruits de la reprise. Nous devons poser les règles d’un nouveau partenariat entre l’entreprise et ses salariés.

C’est toute l’ambition de la prime annoncée par le Président de la République mardi et qui sera discutée au Parlement avant l’été.

Les négociations entre syndicats patronaux et de salariés n’ayant pas avancé d’un iota depuis 2 ans sur ce thème du partage de la richesse de l’entreprise, le Président de la République a pris ses responsabilités au moment où il est nécessaire de redonner du pouvoir d’achat aux salariés en période de reprise économique.

Cette prime sera obligatoire dans les entreprises de 50 salariés et plus qui affichent des dividendes en hausse et facultatif dans les entreprises de moins de 50 salariés. Charge ensuite au patronat et aux syndicats de définir ensemble les modalités pratiques de l’attribution de cette prime.

J’estime qu’Il faut également aider les entreprises à grandir, à se développer et à créer de la richesse.
C’est le sens des propositions que nous ferons en direction des PME et des TPE lors de la convention sur l’emploi qui aura lieu le 3 mai prochain.


Mon objectif, c’est que 2012 soit le quinquennat des PME conquérantes.
Car les PME sont nos viviers d’emplois et de croissance. Et leurs succès sont le préalable à toute distribution de pouvoir d’achat.


Jean-François Copé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article