L’association des élus régionaux de France (AERF), outil majeur de la reconquête des territoires

Publié le par ump62

 

Partir à la reconquête des territoires perdus. Cet objectif affiché par Jean-François Copé lorsqu’il a pris les rênes de l’UMP est désormais celui, très concret, d’Hervé Novelli qui préside désormais une toute nouvelle association politique dans la galaxie de l’UMP : l’association des élus régionaux de France (AERF) dont le congrès fondateur se déroule ce mercredi 5 octobre.

« Nous avons perdu pied dans les territoires. Face aux élus socialistes qui ont attisé la crainte et la peur sur de nombreuses réformes dont celle des collectivités locales, nous n’avons pas su apporter de réponses fortes tant dans notre parole que dans notre structuration. L’explication des réformes est la condition nécessaire de leur acceptation. Cela nous n’avons pas su le faire si bien qu’il y a eu un sentiment d’abandon », constate Hervé Novelli, secrétaire général-adjoint de l’UMP, qui veut faire de l’AERF une association puissante et structurée.

Ouverte à tous les élus régionaux, l’AERF est désormais le lieu et le cadre permanent de rencontres, de réflexions, de formations des élus régionaux qui tiennent à ce que les régions se consacrent pleinement à leur mission première, l’action économique.

Sur le plan politique, l’AERF répondra systématiquement à l’association des régions de France (ARF), association présidée à ce jour par le Parti socialiste qui instrumentalise les régions à des fins de politique nationale et d’opposition systématique à l’action gouvernementale. 

« L’AERF parlera au nom de tous les élus régionaux de l’UMP et du Nouveau Centre et rétablira toute contre-vérité, tout amalgame », prévient Hervé Novelli expliquant que l’AERF est « le premier étage d’une fusée, le creuset d’une organisation plus large ».

Structure de soutien à la majorité présidentielle qui se bat pour réformer le pays et protéger les Français, l’ambition de l’AERF « est de reconquérir les territoires que nous avons perdus pour remettre les régions dans le bon chemin. Nous voulons améliorer la gestion territoriale, en alléger les coûts et moderniser l’organisation des collectivités », note Hervé Novelli satisfait que l’initiative informelle et empirique née au lendemain des régionales sous l’impulsion de Valérie Pécresse et de Philippe Richert ait débouché sur cette « initiative concrète, stratégique et vitale ».

Une charte détermine le cadre d’action et la philosophie de l’AERF :

  • la réforme territoriale constitue une opportunité car elle conforte le rôle des régions et renforce leur ancrage démocratique ;

  • les régions doivent prendre toute leur part : dans l’effort de rigueur exigé par la crise financière ; à l’effort de maîtrise des finances publiques ; au débat national dans un esprit constructif ;

  • le dialogue sera sans a priori ni tabou avec le Gouvernement ;

  • les régions d’Outre-mer contribuent avec leurs identités propres à la construction de la France décentralisée d’aujourd’hui.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article