Jean-François Copé : "contrairement au PS, nous valorisons le travail !".

Publié le par ump62

 

 

edito-440x480.jpg

 

Avec plus de 30% de notre richesse nationale consacrée aux dépenses sociales, la France est l’un des pays les plus généreux au monde. Santé, éducation sont gratuites pour tous ! C’est une grande fierté pour notre pays. Mais cette générosité n’est possible que si chaque Français contribue réellement à son financement en fonction de sa situation. Cette générosité n’est légitime que si, en face des droits, des devoirs sont exigés en contrepartie. Cette générosité n’est viable que si elle aide les plus défavorisés à sortir de l’assistanat sans les enfermer dans la pauvreté.

C’est bien dans cet esprit que, depuis 2007, notre majorité n’a eu de cesse de revaloriser le travail pour lutter contre la pauvreté et sortir notre pays de la logique de l’assistanat dans laquelle il était englué depuis les années Mitterrand. Parce qu’avant 2007, il était parfois plus avantageux de percevoir le RMI plutôt que de retrouver un emploi, nous avons créé le Revenu de Solidarité Active (RSA). La philosophie du RSA est de permettre à des personnes de reprendre un emploi tout en gardant une partie de leur allocation afin qu’il soit toujours plus rémunérateur de travailler que de vivre des revenus de l’assistance ! Le RSA est, à ce titre, une vraie avancée du quinquennat en matière de protection sociale.

Evidement, le RSA est perfectible,  à l’image de l’ensemble de notre système de protection sociale : il y a encore trop d’abus, de passe-droits ou de dispositifs inefficaces qui dénaturent la solidarité nationale. C’est pourquoi, à l’UMP, nous organisons une grande convention dédiée à la justice sociale le 8 juin prochain, pilotée par Marc-Philippe Daubresse, secrétaire général-adjoint.

Amélioration du système de protection sociale, lutte contre les fraudes, meilleur accompagnement dans le retour à l’emploi, droits et devoirs des bénéficiaires des minima sociaux, nous mettrons tous les sujets sur la table, sans tabou, pour mener un débat d’idées sain et porteur de propositions équilibrées. Dans le cadre de cette réflexion, les propositions de Laurent Wauquiez et de la droite sociale pour l’amélioration du RSA sont évidemment les bienvenues. Cela s’inscrit pleinement dans la logique que j’ai voulue dès mon arrivée à la tête de l’UMP : ouvrir grand les portes et les fenêtres du parti, pour que chacun vienne apporter sa contribution, vienne proposer ses idées, vienne débattre.

 A l’UMP, les clubs et think-tanks lancent des débats qui intéressent tous les Français, avec par exemple cette semaine la lutte contre l’assistanat, et formulent des propositions concrètes. A gauche, les think-tanks, n’hésitent pas, comme Terra Nova, proche de Dominique Strauss-Kahn,  l’a fait cette semaine à recommander aux responsables socialistes d’abandonner l’électorat populaire. Voila un bel exemple de ce qui nous sépare aujourd’hui : la droite, qui est toujours restée au contact avec les Français sur le terrain, essaye de trouver des solutions pour tous les citoyens sans exclure telle ou telle catégorie quand la gauche déconnectée fait de la politique comme d’autres du marketing, avec un cynisme électoral qui la pousse à tirer délibérément un trait sur l’électorat populaire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article