Interventions de Daniel Fasquelle dans le cadre du projet de loi de finance

Publié le par ump62

 

 

portrait DF

 

Contre les 30 milliards d'impôts supplémentaires
Inefficace car, avec 30 milliards d'impôts supplémentaires, vous allez éteindre les deux moteurs de la croissance française : la consommation et les entreprises.
Pour ce qui est de la consommation, le journal Le Monde en fait la démonstration dans son numéro du 2 octobre, que je tiens à la disposition du ministre, sous le titre « Impôts, tout le monde va payer ». Pour les foyers concernés, la hausse ne sera pas négligeable : entre 3 et 7 %. Pour certains, et pas les plus riches, elle pourra même atteindre 10, voire 20 %. Ces augmentations s'ajoutent aux mesures déjà prises dans le cadre du projet de loi de finances rectificative et qui touchent de plein fouet la classe moyenne, comme c'est le cas notamment de l'exonération des heures supplémentaires.
 
Pour défendre les entreprises
Vous tapez donc sur les contribuables consommateurs, et à travers eux sur notre économie. On pourrait s'attendre à ce que les entreprises créatrices d'emplois soient épargnées ; il n'en est rien. Pas de politique de la demande, pas de politique de l'offre et finalement, pas de politique économique du tout. Le résultat en est que tous ceux qui croient dans le travail, le mérite et l'esprit de réussite sont découragés, quand ils ne deviennent pas pigeons… voyageurs en envisageant de quitter notre pays pour des cieux plus sereins.
 
Pour défendre la compétitivité
Pour améliorer la compétitivité des entreprises, j'ai une proposition à vous faire. Elle est simple et peut s'appliquer immédiatement, sans besoin d'un rapport, Gallois ou autre : acceptez nos amendements ! Retirez du projet de loi de finances toutes les mesures qui vont nuire aux entreprises et à l'emploi !
Si vous ne voulez pas écouter l'opposition – puisque M. le ministre préfère lire son journal et M. Eckert bavarder avec son voisin – écoutez au moins vos amis ! Au premier rang desquels Didier Migaud – je cite un ancien député socialiste, voyez que je suis plein de bonne volonté –, Premier président de la Cour de comptes, qui n'a de cesse de vous demander de réduire vos dépenses plutôt que d'augmenter les impôts.
Incohérence également vis-à-vis de vos engagements européens. Vous avez soutenu le traité dont l'article 9 vous demande d'œuvrer à la convergence et à la compétitivité ; or vous faites tout l'inverse. Votre projet acte la divergence avec l'Allemagne et porte atteinte à la compétitivité des entreprises. Vous avez voté un traité la semaine dernière et vous vous en écartez aujourd'hui. Sans compter bien évidemment l'incohérence entre les déclarations du président de l'Assemblée nationale et celles du ministre du budget sur les 3 % de déficit : on ne sait plus qui écouter, qui croire, qui suivre !
 
Pour défendre les emplois à domicile
Inefficace et incohérent, ce projet est aussi injuste. Injustice à l'égard des neuf millions de travailleurs que vous mettez dans la difficulté avec la fin de l'exonération des heures supplémentaires. Injustice à l'égard des travailleurs agricoles, injustice à l'égard des familles, alors qu'elles devraient être préservées, injustice enfin à l'égard des services à la personne.
Allez à l'écoute de ceux qui travaillent dans ces entreprises. J'en ai rencontré ce week-end, je peux vous assurer qu'ils sont scandalisés par votre politique injuste
 
Pour défendre les brasseurs :
Injustice également à l'égard des brasseurs, nombreux dans ma région et qui dénoncent à juste titre une mesure insensée, injuste et dangereuse qui va détruire de nombreux emplois. Pourquoi vous en prendre tout à coup aux brasseurs ? Il y a quantité de petites brasseries dans ma région, qui créent de l'emploi et de l'activité, qui renforcent l'attractivité économique et touristique de nos territoires. Pourquoi vous en prendre à elles ? Tout cela n'a décidément aucun sens et est profondément injuste.
Injustice enfin et surtout vis-à-vis de tous ceux qui vont perdre leur emploi à cause de votre manque de courage et de vision. Monsieur le ministre, vous annoncez le redressement dans la justice. Votre projet de loi prépare en réalité la récession dans l'injustice. C'est pourquoi je ne le voterai pas

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article