Budget 2011 du Conseil régional : 3 questions à Philippe Rapeneau

Publié le par ump62

photo p. rapeneau

Le Conseil régional s'est réuni en séance plénière les 15, 16 et 17 décembre 2010 pour l'adoption de son budget 2011. Le groupe Majorité présidentielle ayant voté contre ce budget, nous avons posé trois questions à Philippe Rapeneau, son Président.

 

ChL : en décembre dernier, lors des débats budgétaires au Conseil régional, vous avez vivement réagi à l'augmentation de la taxe régionale sur les cartes grises :

Philippe Rapeneau : oui parce que les conducteurs, et nous le sommes tous, ne sont pas des vaches à lait. Avec 13 euros de plus par cheval fiscal, la taxe régionale sur les cartes grises est passée de 32 à 45 euros ! Les conseillers régionaux socialistes et écologistes n’ont pas attendu longtemps avant de retrouver leur vieux réflexe du matraquage fiscal. Nous avons voté contre cette scandaleuse augmentation inutile et injuste...

ChL : l'Exécutif régional juge pourtant cetet augmentation indispensable !

Philippe Rapeneau : les recettes de la Région sont largement suffisantes sans avoir recours à ce coup de matraque fiscal. Ce qui est insuffisant, c’est la maîtrise des dépenses de fonctionnement du Conseil régional, de son train de vie. Les frais généraux, poour ne donenr qu'un exemple,  vont encore augmenter de 14,5 % en 2011. Il faut arrêter de s’en prendre encore et toujours aux habitants du Nord-Pas de Calais, qui pour beaucoup n’ont d’autres solutions que d’utiliser leur voiture, et qui doivent déjà subir 2 taxes régionales sur l’essence. En Nord-pas de calais, il faudra désormais débourser 270 euros pour une voiture de 6 CV neuve ou d’occasion 

ChL : autre sujet de désaccord avec l'Exécutif régional, l'emploi des jeunes.

Philippe Rapeneau : oui et c'est plus grave encore car c'est une occasion ratée ! L’emploi des jeunes : une occasion ratée ! Nous avions proposé une aide directe de 3 000 euros pour l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans parce que c'est le premier emploi qui est difficile à trouver. Ce système d’aide directe a déjà fait ses preuves, en Alsace notamment, permettant en moins d’un an à 1 000 jeunes de trouver un premier emploi.

Les socialistes, les Verts, les Communistes et le Front National n’ont pas voulu de notre proposition, préférant laisser de trop nombreux jeunes dans l’impasse... C'est regretable mais nous ocontinueront d’agir et de proposer des solutions durables pour les jeunes et leur avenir !

Publié dans Conseil régional

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article