Entretien avec Carole Marien, Conseillère régionale

Publié le par ump62

(Propos recueillis par Ch. Loeuillet)4ncmarien

 

ChL : Carole, merci d’avoir accepté ce premier «Questions-réponses ». Peux-tu nous parler de toi ?

Carole Marien :J’ai 25 ans… Je suis titulaire d’un BAC Economique et social, d’un DUT Techniques de commercialisation et depuis fin 2010 du diplôme d’état d’infirmier.

ChL : deux domaines qui n’ont pas grand-chose à voir l’un avec l’autre…

Carole Marien : comme beaucoup de jeunes de nos jours,  j’ai emprunté des chemins sinueux pour trouver mon avenir professionnel. Cependant, le commerce et les soins aux personnes ont au moins un point commun : les relations avec autrui… Si l’aspect commercial n’a pas satisfait mes attentes, c’est sans doute parce que le relationnel établi avec le «client» est purement mercantile. Dans le soin, pas de contrepartie, le client devient patient et je me retrouve pleinement dans l’exercice de cette profession.

ChL : et côté loisirs ?

Carole Marien : j’ai passé de nombreuses heures sur les terrains de football. J’ai débuté le football au plus jeune âge à Guarbecque, en club mixte, puis j’ai poursuivi  ma passion vers 16 ans en féminine à Bruay-la-Buissière puis à La Roche Sur Yon au plus haut niveau. Au fil du temps, le plaisir prenant ses distances, j’ai passé un diplôme d’initiateur pour entraîner les plus petits et transmettre ma passion durant quelques saisons à Guarbecque.

ChL : la place de la politique dans tout ça ?

Carole Marien :je suis Conseillère régionale depuis mars 2010 et conseillère municipale à Guarbecque, village d’environ 1400 habitants, à proximité de Béthune.

ChL : une vocation ?

Carole Marien :je ne suis pas issue de sciences po et je ne sors pas d’une fac de droit… Au fil du temps, je me suis impliquée dans mon village en y prenant un certain plaisir. De nouvelles rencontres, du bénévolat pour l’organisation de manifestations, l’intégration au comité des fêtes... De fils en aiguille, j’avais envie de m’investir davantage. Dans le même temps, j’ai découvert  une personnalité :  Nicolas Sarkozy !

ChL : c’est à Nicolas Sarkozy que l’on doit ton adhésion à l’UMP ?

Carole Marien : j’ai pris ma première carte en 2006, séduite par cet homme dynamique et très simplement je me suis dit : «Il veut que la France change, il montre de l’envie, il a de bonnes idées, il propose, il agit…». Et puis, les législatives suivant les présidentielles, André Flajolet a été réélu député. Une véritable chance pour moi : toujours à l’écoute et disponible,  il m’apporte tout son soutien et j’apprends beaucoup à ses côtés. S’en est suivi  un investissement au sein des jeunes pop (jeunes de l’UMP) en prenant « en charge » les jeunes pop de Béthune et  en organisant  des rencontres, des manifestations, les soutiens pendant  les campagnes électorales… Au sein de l’UMP, je suis élue conseillère nationale dans la 9ème circonscription, membre du bureau départemental, du Comité départemental et du Conseil national.

ChL : tu es Conseillère régionale depuis un an maintenant, que retiens-tu de cette expérience ?

Carole Marien :tout d’abord un groupe, le groupe Majorité présidentielle (UMP-Nouveau Centre), présidé par Philippe Rapeneau. Un groupe soudé qui travaille beaucoup et qui communique davantage ! Le travail en commission est aussi très important : je suis membre de la commission «Jeunesse et sports» et de la commission «Santé, Plan anti-cancer». Deux commissions intéressantes en concordance avec mes passions et ma profession. L’exercice n’est pas toujours aisé et nos demandes souvent insatisfaites mais nous sommes vigilants, actifs et soucieux de l’intérêt de tous. Personnellement, j’apprends chaque jour un peu plus, dans tous les champs d’action du Conseil régional. J’interviens également dans des conseils d’administration de lycées et divers organismes…

34888_415348109163_637424163_4638914_7101242_n.jpg

ChL : et sur le  «terrain», ça se passe comment ?

Carole Marien : très bien même si j’ai découvert un certain sectarisme sur le territoire. Or pour moi, les divergences d’opinions  n’excluent pas l’accueil, la courtoisie, la politesse, et l’impartialité… sans doute l’idéalisme de la jeunesse ! Au quotidien, il faut souvent se battre, rétablir la vérité face à des élus de gauche qui tirent à vue sur le Président de la République et le Gouvernement. Certaines joutes sont parfois un peu sportives mais elles sont nécessaires car je souhaite vraiment que notre région relève la tête et que les habitants du Nord-Pas de Calais  retrouvent  dynamisme et optimisme !

ChL : quelques mots sur la réforme des collectivités…

Carole Marien : récemment on m’a dit :  «C’est mauvais pour vous ça et pour les femmes en général !»

Pour moi, la réforme des collectivités territoriales est importante. Parce qu’un Conseiller régional n’a que peu de visibilité, parce qu’il faut une optimisation entre Région et Département, parce qu’un élu est reconnu sur SON territoire et qu’il doit être un interlocuteur privilégié. Alors moins de femmes élues ? Cela reviendrait à dire que la femme n’a sa place en politique que sur une liste paritaire or l’investissement sur le terrain, pour chacun, ne me semble pas réservé aux hommes !

ChL : le jeune adhérente à l’UMP de2006 a-t’elle toujours foi  en Nicolas Sarkozy ?

Carole Marien :je n’ai aucun regret sur mon choix de 2007. Nicolas Sarkozy était le meilleur candidat pour mener la «barque»Il avait promis des réformes et il tient ses promesses : la réforme des retraites, la réforme de la Taxe Professionnelle, la maîtrise du budget... Ce n’est certes pas très populaire mais entre faire plaisir et faire ce qui est nécessaire, il a choisi… A l’occasion du Congrès des maires de France, Nicolas Sarkozy a déclaré : «La première définition du responsable, c’est que c'est à lui qu'il revient de dire non. La première définition de l’irresponsable, c'est qu’il lui revient d'aligner les oui». Je souhaitais un président responsable capable de prendre les choses en main et je suis satisfaite des actions qu’il mène !

ChL : une conclusion ?

Carole Marien : la vie est courte et j’en prends conscience un peu plus chaque jour notamment auprès des personnes atteintes par la maladie. Paradoxalement, c’est ce qui me donne de l’énergie, l’envie d’apprendre, de rencontrer de nouvelles personnes, de me battre pour les autres. Le quotidien n’est pas toujours facile et n’est  sans doute pas à l’image de ce que l’on espère mais soyons solidaires, attentifs aux autres et optimistes, parce qu’après tout… «demain le soleil se lèvera et qui sait ce que la marée peut apporter… ».

ChL : Merci Carole !

26117_367515249163_637424163_3661488_1848386_n.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article