33 milliards de hausse d'impôts : voilà le seul acquis des premiers mois de Présidence Hollande !

Publié le par ump62

« Nous assistions à une série de cafouillages et de reculs qui viennent, hélas, conforter cette impression d'un pays gouverné dans l'improvisation, l'impréparation et l'amateurisme par François Hollande ».

En ouvrant le point presse hebdomadaire de l'UMP, notre secrétaire général a pointé la « nouvelle marque d'indélicatesse » du Premier ministre socialiste, Jean-Marc Ayrault. Au lendemain d'une réplique insultante à l'égard de l'opposition lors de la séance d'actualité à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault a fait part de l'annulation, par le Conseil constitutionnel, de la loi sur le Logement avant même que le juge de la constitutionnalité des lois se prononce. « C'est indigne et c'est une confusion des genres absolument inacceptable de la part d'un Premier ministre qui multiplie toutes les fautes les unes après les autres. Un tel niveau d'amateurisme et d'impréparation, on n'a jamais vu cela », juge notre secrétaire général.

Lors de la discussion parlementaire sur le texte de loi sur le Logement, l'UMP avait dénoncé la manière dont étaient bafoués les droits du parlement. « Le Conseil constitutionnel l'a entendu », note notre secrétaire général pointant ce « nouveau cafouillage, énième manifestation de cette impréparation chronique du Gouvernement socialiste ». Rétroactivité de la taxation des heures supplémentaires, projet de récépissé pour les contrôles d'identité annoncé puis retiré, annonce de l'ISF sur les œuvres d'art annoncée puis retirée, annonce d'une redevance télé pour les résidences secondaires annoncée puis retirée, désaccords entre ministres sur l'objectif de réduction à 3% des déficits ainsi que sur le vote budgétaire, reculade devant le tollé des entrepreneurs estimant être pris fiscalement pour des "Pigeons"… « Tout cela n'est pas glorieux », observe notre secrétaire général ajoutant le rejet par les sénateurs, en tout début de semaine, du projet de loi sur la nouvelle tarification du gaz et de l'électricité.

« Tout cela peut expliquer l'extrême nervosité du Premier ministre, résultat de son incapacité à diriger l'équipe gouvernementale et de tenir ses ministres qui multiplient les couacs », constate notre secrétaire général. Trois toutes récentes reculades illustrent le « niveau élevé d'impréparation et d'improvisation de ce gouvernement » qui met sur la table des sujets qui divisent la société et qu'il retire dans la foulée en raison d'une « extrême impréparation » :

  • Le mariage homosexuel et l'adoption pour les couples homosexuels. « Toutes les associations concernées, toutes les parties prenantes, les experts, les psychiatres confient tous qu'ils n'ont été ni entendus, ni reçus par le Gouvernement ce qui est révélateur du comportement des socialistes », déplore notre secrétaire général pour qui ce texte « viendrait à bouleverser totalement l'équilibre juridique de notre droit de la famille » ;
  • Le droit de vote des étrangers. Devant la mobilisation très forte des Français contre ce projet et la détermination de l'UMP, comme en témoigne notre pétition qui a recueilli plus de 300 000 signatures, le Gouvernement a reculé sur ce projet qui « touche, là encore, un des piliers fondamentaux de notre droit, en l'espèce la remise en cause de notre lien indissociable entre le droit de vote et la nationalité », souligne notre secrétaire général ;
  • Le rapport Gallois sur la compétitivité commandé par le Gouvernement. « Ce projet a été balayé d'un revers de main par François Hollande, ce qui en dit long sur l'absence de courage de cette équipe gouvernementale », juge notre secrétaire général remarquant que le rapport Gallois va dans le sens des préconisations énoncées par le groupe de travail UMP sur la compétitivité animé par Bernard Accoyer, Pierre Méhaignerie et Hervé Novelli. « A la lettre près, ce rapport est quasiment celui que nous proposons », remarque notre secrétaire général pour qui la compétitivité, mère de toutes les batailles, est au cœur du projet économique de l'UMP ».

Il est pourtant un sujet sur lequel le Gouvernement socialiste n'a, hélas, pas reculé : celui des hausses d'impôts. « Le seul accomplissement de ce Gouvernement socialiste, c'est une hausse de 33 milliards d'impôts. Un véritable matraquage fiscal qui bloque tous les moteurs de la croissance française », pointe notre secrétaire général faisant un lien entre « la politique à vau-l'eau du Gouvernement, sans aucune boussole, sans aucune vision, sans aucune préparation, sans aucune décision courageuse » et les indicatifs très négatifs observés comme l'effondrement du moral des entrepreneurs, le très grand attentisme des ménages et le pré-indicateur de croissance atone du troisième trimestre.

« Tout cela laisse mal augurer de ce début de quinquennat. Dans une période où la France aurait besoin d'être particulièrement bien gouvernée, avec une vision claire pour notre pays , la présence de socialistes, communistes, Verts et des gauchistes dans cette majorité nous met dans une situation d'extrême fragilité et donc d'inquiétude », pointe notre secrétaire général.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article