Salles de shoot : une politique de santé publique contre la drogue doit être basée sur la prévention et la répression pour être efficace

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Marisol Touraine a réussi à faire voter dans le cadre de sa Loi Santé le financement et l'ouverture de salles de shoot.

Rarement une loi aura aussi mal porté son nom, en effet où se situe la "santé" dans ce texte où il n'y a ni volet éducation ni volet prévention par rapport aux drogues.

Quel message délivre cette loi aux jeunes : si un lieu pour se droguer est autorisé, la drogue est par conséquent autorisée !

L'ancien Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait été à l'initiative de la première salle de shoot ouverte à Paris, Gare du Nord, par décret. Le conseil d'Etat avait alors tranché sur l'illégalité des “lieux de consommation de drogue à moindre risque”.

La proposition de la ministre des Affaires sociales et de la Santé est donc une nouvelle fois contraire à la loi qui impose de lutter contre le fléau de la drogue, de sa vente à de sa consommation et à l'encontre des traités internationaux que la France a ratifié notamment la convention de New-York sur la lutte contre les trafics et la diffusion des drogues.

Enfin la question de la responsabilité pénale en cas d'overdose dans ces salles de shoot se pose. Le précédent à Montpellier en 1995 où une salle de shoot a été ouverte à Montpellier, à l'initiative de l'association Asud-Montpellier, est en la matière à méditer.

Après l'overdose d'une mineure l'expérience a été arrêtée et à l'époque, un des responsables de l'association avait été mis en examen pour “facilitation à autrui de l'usage de stupéfiants”.

Le procès n'a cependant jamais eu lieu, l'éducateur mis en examen étant mort avant la fin de l'instruction.

Le texte de madame Touraine se heurte ainsi à des risques juridiques majeurs et nous met à mal dans le cadre du respect de nos traités internationaux, toutes les autorités de santé publique dénoncent ces lieux d'addiction les salles de shoot n'étant pas la bonne façon de lutter contre les drogues.

Une politique de santé publique contre la drogue doit être basée sur la prévention et la répression pour être efficace et non sur le laxisme et l'abdication.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article