Démission du gouvernement de Manuel Valls

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

La démission du Gouvernement illustre le désarroi dans lequel se trouve le Président de la République face aux conséquences de son inaction.

Il a tenté de louvoyer entre une gauche irresponsable qui veut ajouter toujours plus de dépenses publiques, ignorant la nécessité de redresser les finances publiques et une tendance à la passivité qui lui semble naturelle, espérant tout d'une croissance miraculeusement retrouvée. Cette attitude a coûté très cher à la France qui perd toujours plus de ses forces économiques et de ses capacités à créer de l'emploi.

Il a choisi d'agir sur le Gouvernement pour, semble-­‐t-­‐il, lui donner davantage de cohérence. Tant mieux si cela permet d'engager au moins quelques vraies réformes ! Il est grand temps !

Mais la moitié du quinquennat déjà écoulée augure mal de la capacité du Président, quel que soit le Gouvernement qu'il choisira, à prendre les décisions indispensables et à provoquer le choc de compétitivité nécessaire. On peut aussi douter de la majorité parlementaire pour appuyer le changement de politique correspondant.

Je continue de craindre du Président une attitude attentiste sur le fond même s'il recherche manifestement les apparences de l'autorité. L'ambiguïté entretenue lors de l'élection présidentielle sur son véritable programme n'est toujours pas levée. Et j'en viens à penser que le Président se révèle incapable de concevoir l'avenir de la France.

François Fillon
Co-président par intérim

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article