Luc Chatel : « François Hollande donne le sentiment de n'être plus que le commentateur de ses propres échecs »

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

« Oui, Monsieur le Président, la reprise est là ! Elle est bien là, en Allemagne, en Grande Bretagne, aux Etats Unis. Elle est là, partout, sauf en France », déplore Luc Chatel, secrétaire général de notre famille qui a tenu, ce lundi, à réagir à l'interview du 14 juillet de François Hollande lors de laquelle il a annoncé, à nouveau et un an après, que la reprise était là !

« François Hollande récidive », ajuste Luc Chatel qui estime que le président de la République est « déconnecté » pour ne pas voir qu'en matière de croissance, de chômage, de déficits, la France était le seul des grands pays à accumuler les mauvais résultats. Croissance en berne, dette qui explose, chômage qui ne cesse d'augmenter... Et pourtant, pour Luc Chatel, « la crise n'est pas une fatalité ». D'autant que tous les pays bénéficient d'une reprise mondiale « à laquelle, seule, la France échappe », regrette-t-il.

Plutôt que de se donner les moyens de combattre cette crise, « François Hollande hésite entre déni et impuissance. Il a donné le sentiment de n'être plus que le commentateur de ses propres échecs sur les impôts, le chômage, la croissance » observe le secrétaire général de l'UMP.

Il y a donc urgence à agir, à réformer. « Alors qu'il y a mille chômeurs de plus chaque jour en France, François Hollande renvoie à un rendez-vous en septembre. Quel aveu d'impuissance » estime Luc Chatel rappelant que François Hollande avait « tant de fois promis la pause fiscale » mais matraqué fiscalement le Français, avait promis la relance de l'apprentissage « alors que le Gouvernement de François Hollande, depuis deux ans, est celui qui a le plus coupé les crédits de l'apprentissage et est revenu sur l'apprentissage ».

Promesses non tenues, incapacité à agir et réagir de François Hollande. Sans parler d'un « problème de tempo. François Hollande veut aller vite mais veut prendre son temps, veut accélérer mais ne pas se précipiter, semblant comme dépassé par la vitesse du monde qu'aujourd'hui », pointe Luc Chatel.

Le pacte de responsabilité est d'ailleurs le symbole criant de cette inaction. Lancé, sur le principe, le 31 décembre dernier, il peine à voir le jour et se retrouve déjà dans une impasse. « Ce pacte de responsabilité apparaît comme le révélateur d'une parole présidentielle qui a définitivement perdu toute crédibilité. Il est le symbole de cette incapacité de « M. Hollande à passer de la parole aux actes », note Luc Chatel.

Devant l'urgence économique et sociale, devant les difficultés qu'éprouvent les Français au quotidien, notre famille politique a déjà formulé de nombreuses propositions. L'UMP est aujourd'hui « la seule force d'opposition crédible et capable de relever le défis de l'alternance », souligne Luc Chatel.

C'est tout l'enjeu du Congrès du 29 novembre prochain qui permettra à l'UMP, dans 150 jours, de « changer d'époque », d' « ouvrir une nouvelle ère », de « redonner espoir aux Français ». Un Congrès de la refondation que préparent, depuis un mois, le secrétaire général Luc Chatel et les co-présidents Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article