Carole Marien, adjointe aux sports à Béthune (Voix du Nord du 12/05/14)

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Vous trouverez ci-après un portrait de Carole MARIEN réalisé par Christian LARIVIERE publié ce lundi 12 mai 2014 dans LA VOIX DU NORD, édition Béthune.

Carole Marien, l’adjointe aux sports qui rêve d’un club phare pour Béthune

Plus jeune conseillère régionale UMP, elle entame à Béthune son deuxième mandat municipal – le précédent était à Guarbecque – avec déjà une carrière derrière elle. À 29 ans, Carole Marien, la nouvelle adjointe aux sports, passerait presque pour une femme d’expérience. Elle en a en tout cas dans le domaine du football pour avoir joué à haut niveau à Bruay puis La Roche-sur-Yon.

« J’ai commencé à jouer à 5 ans, raconte la jeune femme. C’était la grande époque de l’OM. Avec mon frère, nous étions fascinés par Basile Boli et Jean-Pierre Papin. » À 15 ans, elle prend une licence dans l’équipe féminine de Bruay alors qu’elle prépare le bac à Aire-sur-la-Lys. « Pour continuer le foot, j’ai cherché des études courtes : un DUT techniques de commercialisation à Lens. » Bientôt, elle s’aperçoit que si elle aime les relations humaines dans le commerce, elle n’a pas la fibre mercantile et elle se reconvertit en suivant des études d’infirmière.

« Pas l’étiquette la plus facile à porter »

Entraînant les jeunes dans sa commune natale, en 2008, Carole Marien s’y fait élire au conseil municipal. « Ni mon père directeur commercial, ni ma mère secrétaire médicale ne font de politique mais ils m’ont toujours soutenue. Mes deux grands-pères s’étaient présentés à Guarbecque sur des listes opposées », s’amuse-t-elle. Le déclic de la politique lui vient pendant la campagne victorieuse de Nicolas Sarkozy. Elle rencontre Pierre-Emmanuel Gibson, adhère à l’UMP : « Ce n’est pas l’étiquette la plus facile à porter dans notre région. » Elle colle des affiches pour André Flajolet : « J’ai beaucoup appris à ses côtés. En 2012, nous avons eu des divergences sur les moyens de communication et nos chemins se sont éloignés. »

Entre 2010 et 2012, elle exerce des responsabilités au sein de l’appareil et découvre que « les jeunes y sont très considérés. J’ai eu l’occasion de me rendre dans les ministères, à Matignon, à l’Elysée, de rencontrer les personnes les plus importantes. Ça reste gravé. » Comme est resté gravé dans sa mémoire le souvenir de la campagne présidentielle perdue, « extraordinaire par sa ferveur ».

« Le sport apprend le dépassement de soi »

Habitant Béthune depuis 2011, elle se lance aux côtés de Pierre-Emmanuel Gibson parce qu’elle entrevoit « une fenêtre de tir ». Et puis il y a eu « ce choix de raison » de faire alliance avec Olivier Gacquerre. « Ça se passe bien. Nous formons une belle équipe, assure l’ex-footballeuse. Qu’on nous laisse la chance de montrer ce qu’on peut faire pour la ville. » Pour réussir dans le domaine qui lui a été confié, elle compte tirer profit de son expérience sur les stades : « Le sport apprend le dépassement de soi. Il forge un tempérament, oblige à avoir l’esprit d’équipe, à être plus fort quand l’autre est un peu moins bien. »

« À Béthune, il manque un club de haut niveau. Sans dénigrer le futsal, qui a une très bonne équipe mais qui est un sport jeune, la ville a besoin d’un club phare qui fasse venir du monde », poursuit l’adjointe qui a commencé à rencontrer les présidents et se donne jusqu’à fin juin pour définir une feuille de route. En s’interrogeant sur ce qui serait susceptible d’offrir une vitrine, comme le basket féminin pour Arras.

« Savourer les petits moments de la vie »

Si elle se dit redevable aux enseignements des stades et des batailles politiques, Carole Marien dit avoir aussi beaucoup appris dans l’exercice de son métier d’infirmière. « Accompagner des fins de vie remet les choses à leur place », s’exclame une presque trentenaire vivant en couple, qui a quitté en mars son emploi à l’hôpital de Saint-Venant – elle avait d’abord été infirmière au lycée de Bruay – pour se consacrer à ses deux mandats de conseillère régionale et d’adjointe au maire. En tâchant, dans une vie d’élue ne laissant que de rares soirées de liberté pour le cinéma ou le concert, de se ménager un espace pour suivre un match au stade Bollaert, faire un peu de cuisine, associer des saveurs en préparant des cocktails. Enfin, « pour savourer les petits moments de la vie. C’est important ».

LA VOIX DU NORD – Lundi 12 mai 2014

Carole Marien, adjointe aux sports à Béthune (Voix du Nord du 12/05/14)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article