Accessibilité pour les personnes handicapées : le Gouvernement recule le respect de nos obligations légales !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Avec la loi de février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, la loi donnait dix ans aux transports et aux établissements accueillant du public (boutiques, écoles, transport, services publics…) pour se mettre aux normes d'accessibilité. Mais le gouvernement Ayrault a décidé de rallonger les délais et de revenir sur le principe de l'accessibilité pour tous, qui concerne pourtant des millions de personnes, celle-ci étant loin d'être une réalité. Il y a quelques jours, l'Association des paralysés de France publiait son baromètre annuel révélant qu'environ 50 % des écoles et seulement 42% des réseaux de bus étaient accessibles aux personnes à mobilité réduite.

En 2012, la ministre déléguée aux Personnes handicapées et la Lutte contre l'exclusion, Marie-Arlette Carlotti, s'était engagée à «maintenir le 1er janvier 2015 comme date butoir ». Encore une promesse non tenue par le Gouvernement Ayrault.

HANDI POP' tient à manifester son vif mécontentement à l'égard d'une telle décision qui, une fois de plus, cède à la facilité au lieu de s'engager à bras le corps dans la lutte contre les discriminations liées au handicap.

Le 20 février dernier, notre famille politique, a organisé une convention nationale pour relancer une politique du handicap ambitieuse et pragmatique. Nous avons appelé l'Etat à assumer son rôle en la matière et à ne pas se "défausser" sur les collectivités locales, ni reporter l'objectif d'accessibilité. L'esprit de la loi du 11 février 2005 nous est très précieux à chacun et nous souhaitons qu'il soit enfin véritablement applicable dans tous les domaines de la vie en société. Le handicap doit être le champ essentiel et premier de la solidarité nationale !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article