Jean-François COPE : "Les Français ne doivent pas s'égarer"

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Interview publié dans Le Républicain Lorrain  le 15 janvier 2014

Lors de son étape du jour à Forbach, le président de l'UMP, Jean-François Copé, tentera d'imposer Alexandre Cassaro pour éviter un duel PS/FN. Un vrai défi. Interview.

 

Après les déboires conjugaux de Nicolas Sarkozy, ceux de François Hollande. Faut-il mettre un terme définitif au statut de Première dame du pays ?

 

Jean-François Copé: « Ce statut n'existe pas. Même s'il n'est pas choquant que celle-ci puisse répondre au courrier des Français. Ce qui est en jeu dans cette affaire, c'est l'image de la fonction présidentielle. Rien d'autre. Je suis très attentif au respect de la vie privée, mais les unes de la presse internationale sont ravageuses. Par ailleurs, les Français ont définitivement tiré un trait sur les prétentions de la célèbre formule: "Moi, président, je serai exemplaire". »

 

Dieudonné est remonté sur les planches avec un spectacle expurgé de tout antisémitisme. Manuel Valls a-t-il eu finalement raison de taper du poing sur la table?

 

« J'ai soutenu sur ce point la démarche du ministre de l'Intérieur parce que je considère que la République doit faire preuve d'autorité face à des comportements racistes, xénophobes ou antisémites. Il était temps de mettre fin à ce silence convenu face aux propos monstrueux de Dieudonné. J'ai pris acte de ses promesses de changer de discours, il appartient maintenant aux juges de faire leur travail. Restons vigilants. »

 

Vous venez à Forbach soutenir la candidature d'Alexandre Cassaro aux municipales. Entre le maire sortant et le numéro 2 du FN, la partie s'annonce difficile.

 

« Je reconnais là le prisme de votre métier, avec cette tendance à désigner les gagnants avant que les élections aient eu lieu et qui généralement ne donne jamais sa chance à l'UMP. Et si pour une fois on laissait parler les électeurs. Nous avons un jeune et brillant candidat qui n'a rien à voir avec l'échec de la gestion dispendieuse socialiste et un FN incapable de gérer les villes, comme on l'a vu à Vitrolles ou à Marignane. Il faut une nouvelle génération incarnée par Alexandre Cassaro pour redynamiser économiquement Forbach. C'est le sens de ma visite dans le bassin minier. »

 

Au-delà de Forbach, face au FN en embuscade, l'échéance électorale apparaît une épreuve pour la gauche et peut-être plus encore pour la droite. Paris, Lyon, Toulouse et même Marseille pourraient lui échapper.

 

« Attendez le verdict des urnes. À qui les électeurs de Forbach veulent confier leurs économies, tout en disant stop à François Hollande et à ses promesses non tenues? Après 20 mois, le constat d'échec de la gauche est terrible. Les Français ne doivent pas s'égarer vers les extrêmes comme le FN. Ils doivent saisir cette occasion, sans quoi François Hollande aura beau jeu de ne rien changer à sa politique conduisant à l'explosion des impôts et du chômage. Les municipales constituent un rendez-vous majeur pour lequel j'invite les Français à voter pour l'UMP dès le premier tour. Je trouve, dans cette période, un peu facile, et pour tout dire pas très démocratique, de chercher des circonstances atténuantes à la gauche en trouvant très excitant de faire monter le Front national. Peut-être en contradiction avec ce que pensent les Français. »

 

Christian Estrosi assure, au contraire, que les municipales procèdent d'enjeux locaux, pas nationaux.

 

« J'ai parlé ce matin en comité politique avec Christian Estrosi. Il considère lui-même très important de lier les deux dimensions, parce que pour la première fois dans les sondages à trois mois du scrutin, plus de 25 % des Français disent vouloir en faire aussi un enjeu national. »

 

En Lorraine, quels sont vos espoirs de conquête?

 

« Partout. Je vois, à droite, des candidats qui se sont lancés en campagne très souvent rassemblés. Je suis très confiant sur nos chances de réussite. Et pas seulement sur Metz et Nancy. »

 

Propos recueillis par Xavier BROUET.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article