2014, le début de l'alternance !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

En 2013, les Français, et particulièrement les classes moyennes, n'ont pas été épargnés : hausses d'impôts, chômage à des niveaux record et appauvrissement des Français.

Face à cette situation notre mouvement a la responsabilité de réfléchir, de proposer et d'agir pour le bien commun et l'avenir de notre pays. L'UMP doit porter son projet et ses valeurs pour redonner espoir en notre pays, en nos citoyens et en nos entreprises. C'est dans cet esprit de rassemblement que toute l'équipe dirigeante de notre mouvement s'est réunie lors d'un séminaire exceptionnel. De ces réflexions ont émergées plusieurs mesures d'urgence en matière économique et sociale. Ces mesures constituent les grandes lignes du projet d'alternative pour la France qui réunit notre famille politique.

A l'UMP nous avons foi en chacun et nous défendons le principe de liberté, individuelle et collective. La reconquête de cette liberté, au cœur de notre devise républicaine, devra passer par un allégement des normes concernant le travail et la production et par un assainissement de nos comptes publics.

Libérer le travail c'est d'abord sortir des 35 heures qui ont fait tant de mal à notre économie. Dans un monde globalisé, notre pays ne peut pas s'en sortir sans travailler plus. La durée du travail doit être négociée dans chaque entreprise : je crois aux vertus du dialogue social et à la responsabilisation des employeurs. Libérer le travail, c'est aussi simplifier des règles devenues illisibles et dissuasives. Nous devons passer au contrat de travail unique grâce à la fusion CDD et CDI et simplifier un code du travail dont la lourdeur est aujourd'hui la principale caractéristique.

Libérer la production c'est baisser les charges sociales payées sur les salaires en supprimant les cotisations sociales « famille ». Pour que notre économie soit compétitive nous ne pouvons plus faire peser autant le financement de notre protection sociale sur les entreprises. Libérer la production c'est aussi encourager l'épargne productive en harmonisant la fiscalité sur le capital avec les pays comparables européens.

Libérer notre pays et les Français c'est limiter notre dépendance à la dette publique et alléger la pression fiscale qui a atteint aujourd'hui les limites de l'acceptable. C'est pourquoi je propose une mesure drastique : réduire de 10%, soit 130 milliards d'euros, notre dépense publique. La moitié de cette réduction servirait à une baisse des impôts, afin de redonner de l'oxygène à des Français qui étouffent depuis 18 mois ; et l'autre moitié permettrait le remboursement d'une partie de la dette. Libérer notre pays et les Français c'est aussi faire des économies en mettant fin à des aberrations administratives. Je propose une simplification drastique de notre mille-feuilles administratif notamment en fusionnant certaines régions.

Ces propositions sont ambitieuses et pour que la main du politique ne tremble pas lorsque viendra le temps de faire preuve de courage dans l'action, je propose un pacte de confiance : comme en 1958, nous devrons faire passer en 6 mois, par voie d'ordonnance, ces réformes indispensables.

En 2017, nous regagnerons la confiance des Français en étant rassemblés autour de nos valeurs et crédibles dans nos propositions. Le chemin jusqu'en 2017 est encore long : l'alternance se prépare et se gagne dès 2014 !

2014, le début de l'alternance !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article