Le chômage n'est pas une fatalité !

Publié le par Fédération UMP du Pas de Calais

Au mois de septembre le chômage en catégorie A a bondi de 60 000 personnes. Cela représente dans l'absolu la plus forte hausse du chômage enregistrée sur un mois en catégorie A depuis l'élection de François Hollande.

C'est un chiffre catastrophique qui ne peut pas être imputé au seul bug informatique d'août comme Michel Sapin tente de le faire croire pour exonérer le gouvernement de ses responsabilités.

De l'aveu même du Ministère du Travail, la compensation du « bug » pèserait pour 16 000 à 18 000 personnes en catégories ABC, contre une hausse de + 54 200 demandeurs d'emplois dans ces mêmes catégories. Au mois de septembre, la hausse du chômage, hors bug, est donc de l'ordre de 37 200 personnes supplémentaires en catégories ABC. Soit plus de 1200 demandeurs d'emplois supplémentaires chaque jour de septembre.

Il est donc malhonnête de parler d'une confirmation de « tendance à l'amélioration » alors que le mois de septembre illustre une dégradation brutale du marché de l'emploi. La communication du gouvernement à ce sujet est indécente, alambiquée et donc incompréhensible : il semble oublier que derrière les chiffres tronqués, il y a des hommes et des femmes dans la difficulté.

Les Français ne doivent pas être trompés : malgré une politique massive de recours aux contrats aidés et les artifices de toutes sortes, le gouvernement ne parvient pas à masquer la dégradation de la situation de l'emploi dans notre pays. Sa responsabilité est engagée : le chômage augmente à cause de 18 mois d'une politique économique anti-compétitive qui paralyse notre économie.

Il est urgent de changer de politique de l'emploi. Cela passe par une libération des énergies des Français en réduisant les dépenses, les impôts, les contrôles et les normes. Le chômage n'est pas une fatalité !

Jean-François Copé
Président de l'UMP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article